Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Les coups de cœur de Isabelle Ignaczak de la bibliothèque BIBLIOTHÈQUE JEAN BALESDENS à NAOURS, France


Je découvre Henry Bauchau grâce à mon ami libraire et pourtant, il a écrit de nombreux livres. Celui-ci m'a éblouie. Cet auteur parvient avec une écriture simple à parler de pensées très philosophiques, à interpeller. J'aime beaucoup ce genre de livre que vous reposez souvent après avoir lu quelques lignes ou quelques pages pour fermer les yeux, et votre esprit se met à penser, réfléchir, se questionner, vagabonder. C'est pour moi signe d'une grande qualité d'écriture. Ils sont rares les auteurs qui me font cet effet. Je mets plus de temps pour les lire. Ils m'habitent longtemps.

Le narrateur nous parle de son amitié pour Stéphane. Comme j'aimerai connaître une amitié comme celle-ci. Intense, sans parler beaucoup, juste le regard, l'attitude qui porte l'autre, qui le pousse un peu plus loin, au delà de ce qu'il pensait être possible. Certains passages sont "simplement" beaux. Ils ne se sont pas connus longtemps, la seconde guerre les a séparés avec la mort de cet ami.

D'ailleurs le narrateur va rencontrer celui qui l'a tué. Un homme plein de haine. Là, l'auteur va nous emmener dans les couloirs secrets de la pensée de cet homme. De son fonctionnement moral. Impressionnant !

Cela, c'était dans le passé. Le présent, c'est sa belle-fille qui se bat à l'hôpital et qu'il va voir très souvent en prenant le boulevard périphérique. Et tout cela se mêle. Le présent, le passé, les souvenirs, les pensées sur cette amitié, la mort comme une fin en soi, sur l'amour. Il pose un regard sur ce qu'il a vécu, sur les personnes qu'il a rencontrées plein d'humanité. Il analyse les sentiments, les actes avec justesse. Il nous surprend. Toujours avec cette écriture sobre.

Ah... Je suis frustrée. Je me rends compte que ce livre mérite que l'on parle de lui bien mieux que je ne le fais.

Il est évident que je ne vais pas m'arrêter là avec cet auteur. Son écriture m'a séduite. D'emblée. Une écriture qui enrichit. Je veux découvrir ses autres livres, ses poèmes.


Le violoncelle poilu, ce sont trois nouvelles extrêmement touchantes et remuantes ayant pour thème la guerre 14-18. Elles ont été écrites par Hervé Mestron lors d'une résidence d'auteur à Péronne. Péronne est une ville de la Somme, le département dans lequel je vis, où se trouve un musée, l'historial de la grande guerre.

Dans la première et la troisième nouvelle un objet s'adresse à nous. Un violoncelle pour la première et un fusil à baïonnette pour la troisième. Et par moment cela vous prend aux tripes. Ce qu'ils disent, c'est comme une évidence et pourtant cela a eu lieu. L'absurde. Au nom de la guerre. Ce pauvre violoncelle qui sera ballotté dans une housse qui gratte, oublié dans une grotte, qui vivra avec Maurice son musicien, l'horreur de la guerre et des tranchées. Mais la musique...la musique saura faire oublier parfois ces moments horribles. Et ce pauvre fusil, qui a tué, qui ne le voulait pas, mais à qui on n'avait pas demandé son avis. Qui était pris dans l'histoire. Et maintenant dans ce musée. On le regarde, avec haine ou admiration. Jusqu'au jour où on le sortira de sa vitrine pour... non il ne veut pas. C'est trop dur.

Dans la seconde, c'est un enfant qui rend visite à son grand-père à l'hôpital. Lui, d'habitude, peu bavard, va se mettre à parler, parler, parler. Comme si le fait d'avoir touché la mort de près, lui avait rappelé l'urgence de vite raconter avant de mourir. Raconter pour que la famille comprenne pourquoi il était si peu proche d'eux et démonstratif.

La guerre, oui quelle absurdité. "Les hommes sont fous"

Bref je ne saurais que vous conseiller de lire ce recueil pour le coté historique mais aussi et surtout pour la sensibilité de l'écriture, pour la beauté de ces histoires et les émotions qu'elles donnent.


  • Le choix des bibliothécaires : Mon voisin - Milena Agus - Liana Levi, Paris, France - 14/07/2012

Avez-vous lu ce petit livre ? Non ! Mais faites-le vite ! Il est si beau.

C'est une nouvelle. Cela commence dans la mélancolie. La tristesse même. Cette femme est abîmée. Son enfant aussi. Un peu à part. Et puis il y a ce voisin. Ce si beau voisin et son fils. Petit à petit, par des gestes, de petites paroles qui deviendront plus douces, plus graves, plus profondes, la vie reprendra ses droits. Je ne vous en dirai pas plus.

Laissez-vous prendre à cette histoire. Laissez-vous bercer par ces mots qui font du bien. Qui enveloppent. Admirez la beauté de l'Italie. Ses ruelles, son ciel, ses plages, sa chaleur...

Ces quelques pages sont intenses. Elles feront entrer en vous une vive émotion. A fleur de peau... Les mots parfois vous toucheront très fort. Parce qu'ils sont tellement vrais.

Une merveille ce petit livre. Lisez-le vite ! Et je peux vous assurer que ce n'est pas son prix qui vous freinera. Une broutille !


Il est magnifique ! Il est grand. Il a un joli titre. Il y a un texte qui attrape dès les premiers mots. Il dit et c'est beau et c'est essentiel. Il y a des illustrations aux couleurs chaudes. Il y a de l'attente entre les pages. Il y a de l'amour et de la poésie entre les lignes. Il y a de la hauteur. De l'immense. Des regards. Des doutes. Du léger. Du possible. Il y a du chaud, du bleu, une rue qui ne se traverse pas et des moineaux qui volent...

Et il y a une bibliothécaire qui a lu ce livre et qui va se l'offrir alors qu'il est dans sa bibli parce qu'elle le veut pour elle toute seule. C'est un album jeunesse et c'est une merveille à lire pour les adultes. Je vais faire comme je le fais souvent avec les grands qui viennent à la bibli. "Vous avez quelques minutes là ? Lisez-ça...c'est juste beau".

Quand Henri Meunier et Régis Lejonc font un livre ensemble, il est toujours magnifique ! J'aime beaucoup, beaucoup, beaucoup...


  • Le choix des bibliothécaires : Nour, le moment venu - Mélanie Rutten - MeMo, Nantes, France - 14/07/2012

Et voilà. Elle m'a encore touchée là... dedans le coeur. J'adore ces livres. Mélanie Rutten glisse une douce philosophie dans ses pages. Tout y est beau. Le titre, le texte, les images, les couleurs... Avec cette auteure, on est vraiment dans l'instant présent. Elle nous apprend à regarder et savourer ce qui se passe...au moment venu. Mais elle nous apprend aussi la patience. Même si cela peut être inquiétant, parfois il est bon d'attendre. Surtout lorsque l'on fait pour un joli cadeau, du bleu-doux et de l'évident. Lire Mélanie Rutten, c'est trouver le calme et la sérénité et c'est regarder la vie autrement.
Nour... qui m'a dit que cela voulait dire lumière ? Et en quelle langue déjà ? Mais oui... Nour est un album lumineux.
Je le dis encore. J'adore.


  • Le choix des bibliothécaires : J'aime t'embrasser - Davide Cali - Ed. Sarbacane, Paris, France - 14/07/2012

Attention ! Petit bonheur...Oh non ! Grand bonheur de lecture. C'est beau, c'est beau, c'est beau ! C'est doux, c'est doux, c'est doux ! C'est plein d'amour, d'amour, d'amour ! Plein de rien et plein de tout. Plein de vie. Plein de rose. D'ailleurs lorsqu'on enlève la jaquette du livre, on trouve une couverture toute rose avec juste un couple qui s'embrasse et le titre. C'est tout joli, avec ou sans. J'adore J'aime t'embrasser. J'adore. Je fonds.

De ces deux auteurs j'avais beaucoup aimé, et j'aime toujours autant, Moi j'attends. Petite merveille aussi. Avec celui-ci, j'ai été tout aussi touchée. Avec un peu de ceci et un peu de cela, ils font passer beaucoup d'émotions. La vie au travers de baisers. La naissance d'un amour, les disputes, les enfants, les souvenirs, les voyages, les odeurs, les sensations, sous la pluie, sous le soleil, en été, en hiver... Ah la la que c'est beau, c'est beau, c'est beau !

A lire vite ! A ne pas rater ! A déguster ! A offrir ! A s'offrir ! Pour se donner le rose aux joues.


  • Le choix des bibliothécaires : Le loup de la 135e - Rebecca Dautremer - Seuil Jeunesse, Paris, France - 14/07/2012

Cet album vient de sortir et c'est un gros coup de coeur pour moi. Ma libraire jeunesse me l'a mis dans les mains dès que je suis entrée dans la librairie samedi. Elle savait très bien ce qu'elle faisait. Elle savait que je ne repartirai pas sans. Oh non pas dans un souci de vente, non ! Elle voulait que je ne rate pas ce livre. Parce que c'est un p'tit bijou.

Les illustrations de ce livre grand format sont à tomber. Des doubles- pages...waouuuh ! Et elles ne sont pas de Rebecca Dautremer. Et non ! Elle, sur cet album, elle est auteure. Et oui ! Les illustrations sont d'Arthur Leboeuf. Ce dernier a un sacré coup de crayon. Les personnages, les rues, les immeubles de briques rouges avec leurs escaliers de secours, les voitures -Cadillac, Pontiac, Chevrolet, Buick-Brodway, le pont de Brooklyn, les panneaux publicitaires, tout y est. Et le texte de madame Dautremer est vraiment très chouette. Le ton est en accord avec le quartier d'Harlem.

"Tu en ris maintenant, mais à l'époque, t'étais pas aussi fier : Chili Vince, le caïd de la 135e, s'était fait tirer les oreilles par un grand-père ! Il s'en était pas laisser compter le vieux Jonhson ! Tes chaussures à bout pointu et ton joli chapeau en poil de chameau, ça n'a pas du l'impressionner beaucoup !"

Elle sait tout faire cette dame !

Ce petit chaperon rouge version Harlem est un livre cool, bien balancé. Très chouette quoi ! A ne surtout pas rater !


  • Le choix des bibliothécaires : 50 minutes avec toi - Cathy Ytak - Actes Sud junior, Arles, France - 14/07/2012

Et voilà. Enfin je l'ai lu. Je l'attendais avec impatience ce livre-là. Pour deux raisons. La première parce que j'aime cette collection destinée aux ados. La collection D'une seule voix. La deuxième parce que c'est Cathy Ytak qui l'a écrit. Et que j'aime son écriture. D'une telle sensibilité et à la fois d'une grande force. Alors voilà, j'ai lu 50 minutes avec toi. Et je me suis pris une grande émotion. Parce qu'il est fort ce texte oui. Il remue. Il retourne.

Le père s'écroule d'un coup à ses pieds. Le fils s'écarte mais ne fait rien, il n'appelle pas les secours. Au lieu de cela, il s'adresse à ce père violent...

Et là, on va entrer dans cette famille. Dans la violence du père, des faits et des mots. On va être triste pour cet enfant puis pour l'ado. On va le comprendre. Et c'est...et cela laisse sans voix.

Il est important ce texte. Il dit avec justesse. Il dénonce. Il fait réfléchir. Il bouscule. Il montre. Il dit la peur et le courage à la fois. Il dit aussi que l'on peut vivre et surmonter. Il dit qu'un jour on devient plus fort. Il dit la décision.

Il dit tout ça et il le dit très bien. Il nous le fait ressentir.

Je l'attendais ce livre. Oui parce que l'auteure écrit avec sensibilité et force à la fois... et encore une fois elle a touché profondément.


  • Le choix des bibliothécaires : Laver les ombres - Jeanne Benameur - Actes Sud, Arles, France - 14/07/2012

Elle est chorégraphe. La danse l'aide à vivre. A placer son corps dans le monde. Elle ressent une peur. Une peur qui la relie à sa mère. La peur de sa mère qu'elle a prise en elle. Sa mère qu'elle veut mettre au centre de son prochain spectacle. Sa mère à qui elle pense souvent, qu'elle aime. Sa mère refuge. Mais d'où vient cette peur ? Que cache-t-elle ?

L'écriture de Jeanne Benameur est impressionnante. On ne lit pas, on ressent. Dès les premiers mots, elle nous pénètre. Elle se glisse en nous. Elle nous fait vibrer d'émotions. Elle nous désarme, nous fragilise. Ecriture émotive, sensible et intime qui fait comprendre, qui laisse entendre l'inacceptable. Ecriture qui bouleverse. L'amour est présent aussi...bien sûr. Les mots sont forts, ils tombent les uns après les autres.

C'est un roman intense que nous livre là Jeanne Benameur.

Lisez-le.


  • Le choix des bibliothécaires : Le mariage en papier - Stéphanie Duvivier - Actes Sud junior, Arles, France - 14/07/2012

Au départ il y a un court métrage. Excellent court métrage avec Cécile de France et Zakariya Gouram et réalisé par Stéphanie Duvivier. Un petit film qui raconte l'histoire de Lise, étudiante fauchée qui décide de faire un mariage blanc pour de l'argent. Son mari s'installe donc chez elle avec sa grand-mère malade. Ce qui n'était pas prévu. Lise au début fâchée va apprendre à vivre avec cette compagne attendrissante. Découvrir la famille. Et c'est juste beau. Touchant.

Actes Sud a eu une excellente idée. Demander aux réalisateurs de courts métrages de transformer leur film en livre. Et c'est une chouette réussite. Le mariage en papier en fait partie. La collection s'appelle Ciné-roman. Elle s'adresse aux ados. Et il y a plein d'autres titres à découvrir...ce que je vais m'empresser de faire parce que si ils sont aussi bons que celui-ci, ça promet de bons moments de lecture-ciné à passer.

Je vous l'ai déjà dit mille fois mais je le dis encore. Actes sud est vraiment une excellente maison d'édition (non je n'ai pas d'actions chez eux... je le pense vraiment ! Quand c'est bien il faut le dire). Ils sont inventifs, découvreurs de talents. Ils redonnent vie aux choses en créant des collections comme celles-là, vraiment très chouettes. En jeunesse, en adultes...je suis très rarement déçue...ça y est, c'est dit !

Alors voilà, j'ai encore fait une belle découverte. Je vous la conseille. A partager avec les ados. C'est pas que pour eux, non mais !


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia