Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Les coups de cœur de Anne-Marie Germain de la bibliothèque MÉDIATHÈQUE ALBERT CAMUS à LES PENNES MIRABEAU, France


Voilà un petit livre qui procure un plaisir intense dans la découverte de mots que l'on ne soupçonne pas. Au travers de textes courts qui abordent les sujets les plus divers Rollin place son lecteur face à un vocabulaire d'une richesse inouïe et dont la compréhension pour certains d'entre eux nécessite la consultation impérative du dictionnaire. Quel bonheur de découvrir la richesse de notre langue, des mots inconnus aux nuances si variées qui permettent d'exprimer très exactement ce que l'on ressent sans user d'un vilain franglais.
Un livre destiné à tous les curieux, tous les amoureux des mots et du vocabulaire et tous ceux qui veulent vivre une aventure extra-ordinaire teintée d'humour dans la forêt des mots.


  • Le choix des bibliothécaires : Les trois lumières - Claire Keegan - Sabine Wespieser éditeur, Paris, France - 02/08/2016

Une petite fille est conduite par son père chez un couple d'amis très loin de chez elle car l'arrivée imminente d'un bébé concentre toute l'attention des parents. La petite fille apprendra petit à petit à apprivoiser cette nouvelle vie et à découvrir ce couple qui lui prodigue attention et amour toute chose qu'elle ignorait totalement jusque là. Le roman est raconté par l'enfant, rythmé par ses questions et ses étonnements, son ouverture graduelle aux autres et au monde. Le rythme est lent car il est calqué sur la vie quotidienne avec ses travaux et ses joies simples, illuminé par la présence de cette enfant. L'écriture est simple, efficace et très poétique. L'ambiance est lumineuse et chaleureuse ; les personnages attachants car ils savent reconnaître le bonheur lorsqu'il se présente et le vivre intensément. Ce roman procure à sa lecture un sentiment de plénitude, de plaisir intense et de douceur inaccoutumée comme une plongée dans un univers rarement accessible qui se dévoile le temps de quelques pages. Je vous conseille vivement cette lecture.


  • Le choix des bibliothécaires : Il reste la poussière - Sandrine Collette - Denoël, Paris, France - 02/08/2016

La lecture de ce roman a été un grand moment et une rencontre avec un auteur hors du commun. L'histoire est simple : quatre frères dont les aînés sont de jumeaux adolescents au début de l'histoire, le second est mutique voire handicapé et le petit dernier 4 ans est le souffre douleur des grands. Ils vivent tous dans la steppe argentine sous l'autorité implacable de la mère. Ils élèvent des moutons dont ils tirent une maigre pitance malgré un travail de forçat. La mère, c'est sous ce vocable qu'elle est désignée tout au long du roman, leur donne les ordres pour la journée puis s'en retourne vaquer à ses occupations. Aucun amour, aucun geste tendre ne la lie à ses enfants. Elle est la seule à seule à s'autorise quelque distraction. Tous les samedis elle va à la ville acheter les quelques provisions nécessaires à leur survie puis se rend au bar où elle joue aux cartes avec acharnement. C'est au cours de l'une de ces parties que le destin de la famille va basculer. Une violence hors du commun lie cette famille et Raphaël le petit dernier subit les pires sévices de la part de ses frères qui le font vivre dans une terreur permanente. Malgré la solitude, le manque d'amour et la peur qui le taraude en permanence Raphaël va trouver la force et l'espoir dont il aura besoin pour se forger un avenir.
Le récit est celui d'une rédemption, un roman initiatique sur des sentiers inédits. Il questionne avec acuité les tréfonds de l'âme humaine et la possibilité d'émerger de l'enfer pour peu que l'on ait, comme Raphaël, l'âme bien trempée et une volonté farouche d'arriver. L'écriture est simple, sans fioriture mais précise comme un scalpel. L'auteur sait décrire avec majesté les paysages désolés et arides de la steppe, le manque d'eau, la poussière et le vent glacial qui balaie ces terres inhospitalières.
Ce roman est un véritable coup de coeur que je vous conseille de lire sans tarder.
Un auteur à suivre.


  • Le choix des bibliothécaires : Le régiment noir - Henry Bauchau - Actes Sud, Arles, France | Leméac, Montréal, Canada - 06/09/2013

Ce roman raconte l'histoire de Pierre, un garçon que sa famille veut former dans un but précis et rejette à la fois. Fasciné par les récits que lui a fait son grand-père qui a été artilleur et a combattu les cosaques il veut suivre son exemple. C'est alors que révolté par l'attitude de ses parents et leur duplicité, il émigre au États-Unis pour tenter de concrétiser son rêve et s'engage dans l'armée nordiste. Pierre est très doué pou la guerre. Il comprend d'instinct les manoeuvres à effectuer et permet à son régiment de gagner de nombreuses batailles. Sa rencontre avec Johnson un esclave noir va radicalement changer sa vie. Il va dès cet instant apprendre «à penser noir» et va créer un régiment uniquement composé de soldats noirs qui se battrons au côté des blancs.
Le début de ce roman est sublime. Tout est suggéré, dit avec une force extraordinaire, une économie de mots fascinante. Le récit est au présent. Le narrateur décrit les scènes et les situations et laisse de temps en temps la place aux dialogues des personnages puis reprend le fil du récit.
Ce roman est un formidable roman initiatique, un apprentissage de soi et des autres. Il est cependant difficile à lire. Malgré cela je vous incite à vous y plonger.


Pour cette nouvelle enquête entre Toulouse et Paris, le commandant Alexandre Vauvert va faire équipe avec une profileuse parisienne et albinos Eva Svärta. Cette dernière intelligente, secrète et mystérieuse est dotée d'un sixième sens hors du commun. La découverte dans une ferme isolée, habitée par deux frères, de plusieurs dizaines de cadavres, dont certains horriblement mutilés, va les mettre sur la piste d'un effroyable meurtrier surgi de l'ombre. Celui-ci vide ses victimes de tout leur sang et s'approprie leur visage. Eva, au péril de sa vie, réussira à pénétrer au coeur de l'horreur pour mieux cerner la psychologie et les motivations de ce tueur d'un autre temps. Le prix à payer sera terrible et la conduira au seuil de l'indicible au sein même de sa propre famille. Tout comme il lui fera prendre conscience de la dualité qu'elle porte en elle, cette part de mal incarné par ses yeux rouges.

Le lecteur anticipe très vite ce face à face inéluctable qui est le coeur même du roman. Cependant la surprise est totale car ce duel ne se déroule pas dans les conditions que l'on croyait avoir deviné. Ceci n'est qu'une des facettes du talent de Sire Cédric. Sa maîtrise des recettes d'un bon thriller est parfaite avec rebondissements et courses poursuites haletantes mais avec ce plus qui fait toute la différence : l'imagination et la créativité. Il fait preuve également d'une grande maîtrise dans la description des situations et dans la création d'atmosphères oppressantes. Il procède par petites touches, utilise métaphores et ellipses poétiques pour nous faire ressentir avec un réalisme terrifiant les peurs paniques que vivent les personnages.

Sire Cédric rajeunit avec bonheur le mythe du personnage d'Elisabeth Bathory dont la version moderne est aux prises avec deux flics à la personnalité attachante. De fièvre et de sang est le deuxième roman de ce jeune auteur au talent prometteur et je ne saurais trop vous conseiller de plonger dans cette lecture captivante qui vous entraînera loin des sentiers battus.


David, photographe de presse, est poussé par sa compagne Kristel à une réflexion sans concession sur sa vie professionnelle qui ne le satisfait plus vraiment. Il est alors entrainé par Aurore, journaliste, sur la scène d'un crime particulièrement atroce pour un reportage aux connotations sensationnelles qu'il condamne.
Pourtant lorsque Kristel sera victime d'un jeune homme visiblement en proie à des hallucinations, David se lancera avec Aurore dans une course poursuite éperdue sur les traces d'un mystérieux adolescent albinos. Au cours de cette enquête il se trouvera confronté à des manifestions aux limites du réel. De son côté le commandant Vauvert pistera très vite David dont les traces recoupent de manière troublante celle du tueur. Leur confrontation qui se transformera rapidement en collaboration les mènera jusqu'aux confins de l'inimaginable.

Sire Cédric nous livre là son premier roman, mélange de thriller et de littérature de l'étrange. Il est bien construit, haletant, servi par une belle écriture mais cependant un peu convenu. En effet le lecteur subodore très vite la confrontation entre Vauvert et David, puis leur alliance contre les forces du mal. Malgré cela les personnages sont attachants, leur psychologie bien campée. L'intrigue ne connait aucun ralentissement, les rebondissements bien placés contribuent à maintenir le lecteur en haleine. Le subtil mélange entre les manifestations de l'étrange et les contraintes de la vie quotidienne donne un bel équilibre à l'ensemble du récit. L'écriture très évocatrice, poétique et brutale à la fois, vous entrainera sans effort au coeur même de l'indicible et du désespoir le plus profond. Ce roman ne vous laissera pas indifférent et ne vous lâchera pas avant d'avoir lu le dernier mot.


  • Le choix des bibliothécaires : Zumbi - Jean-Paul Delfino - Buchet Chastel, Paris, France - 09/04/2010

Semba est un jeune guerrier africain qui, un jour, est capturé par les âmes damnées des négriers brésiliens. Sa vie devient alors un enfer. L'auteur sait mettre à nu avec talent l'élite lisboète au Brésil alors sous domination portugaise. Ces blancs, non contents de promener avec morgue leur supériorité d'homme blanc, sont un concentré de toute l'ignominie, de tous les vices, de toutes les déviances et perversions dont l'espèce humaine est capable. Rien ne vous sera épargné dans la description des sévices infligés à ces malheureux esclaves. Il y a plus terrible encore dans ce roman. En effet les motivations qui conduisent les blancs à ces comportements extrêmes et avilissants sont tout simplement écoeurantes et l'on peut parler de puanteur en ce qui concerne ces derniers. Sous le fallacieux prétexte d'absence d'âme chez les noirs, le clergé totalement dévoyé, cautionne tous les traitements qui leur sont infligés mais approuve également des pratiques amorales et taboues au sein de la bourgeoisie. Le portrait que l'auteur trace de l'élite blanche est saisissant d'autant plus qu'il est inspiré de faits réels, il se révèle être une véritable révélation tant le récit est précis, documenté, argumenté et dénué de tout esprit partisan ou de vengeance. Il est servi par une écriture fluide, simple et belle qui va droit au coeur, une syntaxe sans fioriture d'une redoutable efficacité au service des personnages et du déroulement du récit.
Dès la première page ce livre vous captivera et vous entraînera dans une histoire difficile au milieu de laquelle vous verrez poindre l'espoir ténu mais tenace de Semba de changer de vie, rejoindre ces ex-esclaves évadés qui ont fondé une ville quelque part là-bas derrière la forêt.... Jean-Paul Delfino sait communiquer avec passion son amour du Brésil, alors n'hésitez pas ouvrez «Zumbi»


Conseillé avec enthousiasme par un ami, j'ouvre ce «testament d'un pêcheur à la mouche» avec le l'appréhension de me jeter dans un monde de spécialistes à mille lieux de mes goûts et préoccupations. Je suis immédiatement happée par une écriture lumineuse, légère, humoristique et burlesque, qui vous prend par la main et vous entraîne avec détermination dans le sillage des pêcheurs à la mouche.

Le grand plaisir que procure ce livre c'est de découvrir la nature par le petit bout de la lunette : les facétieuses fario qui observent les pêcheurs et se jouent de leur piètres ruses, les grosses truites voraces qui sortent le soir pour festoyer à la surface des mares, le soleil qui miroite à travers les branchages posant des bouquets d'étincelles sur rivières et bosquets les transformant en des lieux féeriques. C'est enfin le monde des pêcheurs, quelques fois hâbleurs, mais, le plus souvent humbles et contemplatifs devant la nature, détenteurs d'une vraie sagesse et d'une connaissance fine et intelligente de la nature et de ses secrets.

Cette succession de récits, loin de lasser, plonge petit à petit son lecteur dans une méditation contemplative et il se prend à réfléchir, philosopher sur l'homme et ses activités, sur ce lien perdu avec la nature. Et tout d'un coup apparaît avec force la vacuité de notre monde et sa frénésie de consommation, la superficialité de nos vies.

L'on sort de ce livre comme d'un bain, en s'ébrouant, régénéré, reconstruit, avec une richesse redécouverte tout au fond de soi grâce à la contemplation : le bonheur de vivre dans le respect des êtres et de la nature. Et l'on éprouve également un petit sentiment de jalousie à la pensée de ne jamais vivre cette communion rare avec la nature que procure la pêche à la mouche ! !


Au cours de son service national dans un petit village de brousse, Amantle trouve, au fond d'un placard, des vêtements ensanglantés. Une courte enquête lui apprendra que ces derniers appartenaient à la petite Néo, disparue quelques années auparavant prétendument victime de la voracité d'un lion.
Ce roman raconte la persistance de crimes rituels dans certains pays d'Afrique noire. Ces crimes, perpétrés par des personnes possédant un certain statut social, visent à les maintenir dans leur position, mieux à les aider à progresser. Les familles concernées ne peuvent que subir car ces horreurs sont tolérées, admises par l'ensemble de la société qui laisse les assassins dans une totale impunité.
Ce roman à l'écriture sobre, sans effet superflu, est porteur d'un message d'espoir. En effet l'héroïne, éprise de vérité, mènera son enquête envers et contre tous et parfois au péril de sa vie. Elle est en effet la première à oser protester, s'élever contre l'ordre établi, reprocher à la police, aux pouvoirs publics et politique leur inertie. Amantle réussira à transmettre à l'ensemble des villageois son exigence de vérité pour enfin avec eux, tenter d'esquisser un avenir meilleur. Parce que cette volonté vient d'une simple fille du peuple, l'on se prend à espérer que l'Afrique va enfin se libérer de l'emprise de ses traditions et entrer dans la modernité.
Un très beau roman, difficile de par le sujet évoqué, à lire absolument.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia