Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le soleil du fleuve

Couverture du livre Le soleil du fleuve

Auteur : André Paradis

Date de saisie : 25/02/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ibis rouge, Matoury, Guyane Française

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782844503848

GENCOD : 9782844503848

Sorti le : 02/12/2010

  • Les présentations des éditeurs : 05/03/2011

Un samedi matin à l'aube, le beau-fils d'un bijoutier se fait voler une mallette pleine de pierres précieuses. Pour cela, les truands n'hésitent pas à couper la main qui retenait la mallette. Peu à peu de bouche à oreille, les notables, mais aussi les brigands de Cayenne sont mis au courant de ce crime. Lorsque l'un des voleurs est assassiné, cette banale affaire de vol prend une ampleur considérable, surtout que dans ce même samedi un couple est trouvé massacré. Y-a-t-il un lien ? Ces pierres précieuses qui suscitent tant de convoitises, passeront ainsi de main en main, d'un bout de la Guyane à l'autre, un peu moins nombreuses après chaque escale. Un roman à travers lequel André Paradis nous décrit les facettes diverses et multiples de la Guyane tant dans ses paysages que dans ses populations et ses classes sociales.

Enseignant puis écrivain, André Paradis vit depuis 45 ans en Guyane, Pendant 21 ans, il a été l'auteur d'une chronique satirique quotidienne sur Radio-Guyane, La plaine à l'oreille. Après Marronnnages (nouvelles) puis L'année du fromager (roman), il public en 2006 Des hommes libres, un roman qui obtiendra le prix Carbet des lycéens.


  • Les courts extraits de livres : 05/03/2011

Les diamants débarquèrent de l'avion de la Suriname Airways en provenance de Belém le 27 mai vers une heure trente du matin, avec six heures de retard. La valise de faux cuir brun qui les contenait ne payait pas de mine, mais une petite chaîne d'acier brillant la reliait au poignet de son accompagnateur, signe certain que celui-ci lui accordait une certaine importance.

Bien sûr, la valise ne contenait pas que des diamants : il y avait surtout des pierres de couleur originaires du Brésil, dont quelques émeraudes d'un joli prix, et une rangée de pépites de taille et de formes intéressantes, mais l'essentiel de sa valeur venait d'un lot d'une douzaine de diamants dont l'origine n'était pas forcément celle indiquée sur les certificats qui les accompagnaient, mais ceci est une autre histoire et qui ne nous retiendra pas.

L'homme que la chaîne attachait à la valise était jeune et élégant, d'un type humain parfaitement indéterminé, et donc d'une nationalité invérifiable au regard du policier (comme de l'ethnologue) le plus imaginatif. Il se rendit d'un pas ferme, comme s'il avait l'habitude des lieux vers les bureaux de la douane, où il présenta un passeport brésilien, qui fut étudié avec soin avant d'être accepté, et il fut admis dans un autre bureau intérieur où ce genre particulier d'importation recevait les attentions qu'il méritait. Cela ne prit que quelques heures, car la marchandise était on ne peut plus en règle, et son nouveau propriétaire légal était venu lui-même la chercher avec toutes les garanties exigées. Il était cinq heures quarante-cinq quand la valise, qui avait changé de poignet, put quitter l'aérogare de Cayenne-Rochambeau, à bord d'une Renault Clio blanche mais pas très propre, qui attendait juste en face de la sortie des passagers, en accord avec la police, dont la complicité est en principe nécessaire pour stationner à cet endroit. A six heures dix, à l'heure où le soleil prenait son élan juste sous l'horizon, la valise, toujours au même poignet gauche, descendait de voiture devant une grande bijouterie du centre de Cayenne. Elle n'avait que deux mètres à faire pour passer de la voiture à la boutique, mais elle ne les fit pas. Elle était à peine sortie de la voiture qu'elle se trouva face à face avec le canon scié d'un fusil de chasse Remington calibre douze, et là, quelqu'un s'irrita de ce que la chaîne qui la reliait au poignet avait une serrure dont la clef n'était pas immédiatement disponible. Si bien que, pendant que d'autres fusils agitaient leur canon en tous sens pour faire respecter l'ordre et la paix indispensables, le poignet fut tout simplement tranché d'un coup de sabre, ce qui bien sûr provoqua un hurlement qui attira l'attention des très rares passants de cette heure matinale, mais ils ne virent rien d'autre que deux voitures qui démarraient en trombe, devant deux hommes dont l'un perdait son sang et hurlait à pleins poumons.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia