Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le chemin de la vie : entretiens avec Laure Adler

Couverture du livre Le chemin de la vie : entretiens avec Laure Adler

Auteur : Maurice Nadeau

Date de saisie : 22/05/2013

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Verdier, Lagrasse, France

Prix : 16.00 €

ISBN : 9782864326410

GENCOD : 9782864326410

Sorti le : 25/04/2011

Maurice Nadeau s'entretient avec Laure Adler à l'occasion de son centième anniversaire. Il explique son parcours : la naissance de sa maison d'édition, de la "Quinzaine littéraire", ses découvertes de nombreux écrivains importants du XXe siècle (W. Benjamin, M. Lowry, J. Rulfo, G. Pérec, J.M Coetzee, M. Houellebecq...), et son engagement toujours vivace. Un ouvrage captivant sur l'un des plus grands acteurs français du monde littéraire.


  • Les présentations des éditeurs : 03/05/2011

«Maurice est un blagueur. Un ironique. Un doux rêveur. Il n'en fait qu'à sa tête et n'en démord pas. C'est son désir qui le guide, éclairé par ses intuitions. Au fond, c'est un solitaire, mais qui peut avoir des tendresses.

Maurice est de grande taille et, quand il vous prend dans ses bras, on a le sentiment d'être protégé.

Maurice est un lecteur. Qu'il soit journaliste, écrivain ou éditeur, sa vie, faite d'austérité, de concentration et d'oubli de soi, est celle d'un lecteur. La lecture est une accoutumance, puis une addiction. Chez Maurice, c'est un choix qui est devenu au fil des ans une règle et un mode d'exister. Maurice est le lecteur qui a su nous faire partager le plus grand nombre de découvertes dans la littérature du XXe siècle, publiant, analysant, disséquant, commentant les textes du monde entier avec lesquels il nous donnait rendez-vous afin que nous ne puissions pas les manquer.

Maurice n'a pas de bornes. Il se moque de l'âge, de l'origine, de l'histoire personnelle d'un écrivain. Ce qui l'intéresse, c'est le texte. Il a avec lui des rapports de gourmandise. Il ouvre les livres, les hume, les lâche, les reprend, les laisse reposer, les met en pénitence, les reprend et les relit. Après, il donne son avis.

Maurice a raison : comme il le dit dans ces entretiens, s'il continue à vivre, c'est parce qu'il lit.»

Laure Adler

Maurice Nadeau aura cent ans en mai 2011. Ce livre veut lui rendre hommage à la fois en tant qu'éditeur, directeur de journaux - dont la Quinzaine littéraire qu'il dirige aujourd'hui - et en tant que lecteur.



  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 11 mai 2011

Au petit bonheur la chance, au grand malheur l'esquive, Maurice Nadeau revient sur les moments clés de sa vie, avec une pudeur affectueuse et un sens du coq-à-l'âne réjouissant. Il dit avoir mauvaise mémoire, pourtant les souvenirs qu'il évoque ici sont vifs et vivants...
D'une curiosité insatiable, Maurice Nadeau a toujours gardé l'oeil ouvert sur les nouvelles générations.


  • La revue de presse Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 5 mai 2011

De celui qui était alors essayiste, directeur de «la Quinzaine littéraire», éditeur chez Denoël et membre du jury Renaudot, Pivot écrivait : «C'est le meilleur», ajoutant que cela n'allait pas «sans un certain terrorisme, parfois injuste, contre tout ce qui est classique, bien écrit, trop bourgeois.»...
A Laure Adler, il confie qu'il est «tout près de l'éternité». Le fils d'une femme de ménage et d'un jeune mort de Verdun s'y présentera sans avoir jamais triché. C'est rare, dans ce métier.


  • La revue de presse Valérie Marin La Meslée - Le Point du 5 mai 2011

Il a hésité à publier le premier roman d'un certain Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte, et combien de talents ont ainsi éclos chez lui pour s'épanouir ensuite ailleurs. Pour entendre ces voix nouvelles, France Culture a réalisé une soirée de lectures par des comédiens à l'Odéon, avec une apparition qui sera diffusée le 21 mai à 23 heures, et c'est à partir de leurs entretiens pour la même antenne que Laure Adler a proposé aux éditions Verdier, en coédition avec Radio France, un livre vivant et généreux intitulé Le chemin de la vie.


  • Les courts extraits de livres : 03/05/2011

Extrait de l'avant-propos de Laure Adler

J'ai rencontré Maurice Nadeau il y a trente-cinq ans. J'étais étudiante en philosophie et lectrice assidue de La Quinzaine littéraire. Je n'aurais manqué un numéro sous aucun prétexte et me précipitais au kiosque dès sa parution. C'était chaque fois, pour moi, l'occasion de faire le point, une ouverture sur les grands mouvements littéraires européens ainsi qu'un approfondissement des enjeux intellectuels et politiques qui nous tenaient, à l'époque, fiévreusement en alerte. Je lisais, en accordant une confiance totale à une équipe dont l'intégrité, la sincérité et le désintéressement ne pouvaient être mis en doute, tant j'avais la certitude qu'elle était à mille lieues des lobbys et des groupes de pression qui sévissaient déjà alors. J'achetais donc les livres dont La Quinzaine faisait l'éloge. J'étais rarement déçue. J'admirais les papiers de Maurice Nadeau, sa manière si singulière de s'engager intellectuellement, de parler de lui sans pour autant jamais se mettre en avant. Il écrivait ce qu'il pensait. Et nous, la communauté des lecteurs, nous étions sous le charme de cet esprit frondeur, caustique, et quelquefois sévère.
Un jour de printemps, j'ai osé aller le voir sans prendre rendez-vous. Je n'avais rien prémédité. J'ai frappé à la porte et je suis tombée sur lui. Tout à trac, je lui annonce : «J'aime tellement votre journal. Pourrais-je y collaborer ?» Rétrospectivement, j'ai du mal à comprendre mon audace, sans doute dictée par ce lien mystérieux que j'avais tissé avec lui en le lisant. Il me répond sans lever les yeux du papier qu'il était en train de rédiger : «Pourquoi pas ? Apportez votre article le jour du bouclage. On verra.» Un «on verra» qui mettait un terme à l'entretien.
J'ai publié un premier papier. D'autres ont suivi. Puis ma thèse m'a accaparée. Mais je n'ai jamais cessé d'acheter et de lire et de continuer à rencontrer Maurice au gré de ses aventures éditoriales et, plus tard, des délibérations du prix France Culture dont il était, depuis sa création en 1978, l'un des jurés les plus influents.
Pendant une brève période je fus éditrice chez Denoël, qui était alors également sa maison d'édition. Son bureau était au rez-de-chaussée : un véritable placard à balais. Il riait tout le temps et se moquait des vaniteux qui empruntaient le grand escalier pour aller voir les chefs...

Maurice est un blagueur. Un ironique. Un doux rêveur. Il n'en fait qu'à sa tête et n'en démord pas. C'est son désir qui le guide, éclairé par ses intuitions. Au fond, c'est un solitaire, mais qui peut avoir des tendresses.
Maurice est de grande taille et, quand il vous prend dans ses bras, on a le sentiment d'être protégé.
Maurice est un lecteur. Qu'il soit journaliste, écrivain ou éditeur, sa vie, faite d'austérité, de concentration et d'oubli de soi est celle d'un lecteur. La lecture est une accoutumance, puis une addiction. Chez Maurice, c'est un choix qui est devenu au fil des ans une règle et un mode d'exister. Maurice est le lecteur qui a su nous faire partager le plus grand nombre de découvertes dans la littérature du XXe siècle, publiant, analysant, disséquant, commentant les textes du monde entier avec lesquels il nous donnait rendez-vous afin que nous ne puissions pas les manquer.
Maurice dit souvent : Voilà. Voilà, c'est comme ça. C'est comme ça quoi ? La vie, le réel, l'ima ginaire. Les trois s'entrecroisent chaque jour, chaque nuit dans son univers.
Maurice n'aime pas la triche, les emprunts, les citations approximatives. Lui qui fut si longtemps enseignant a gardé de l'amour de son métier la précision, la rigueur, mais aussi le désir de transmettre.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia