Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Corset

Couverture du livre Corset

Auteur : Hubert Barrère | Charles-Arthur Boyer

Date de saisie : 04/06/2011

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Rouergue, Arles, France

Collection : Bibliothèque du costume

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782812602160

GENCOD : 9782812602160

Sorti le : 24/04/2011

  • Les présentations des éditeurs : 11/05/2011

Le corset ne se résume pas à l'image que nous en avons aujourd'hui et qui provient directement de son usage au cours du XIXe siècle : celle d'un dessous affinant la taille des femmes essentiellement. En fait le corset, présent dès l'Antiquité (période minéenne, vers 1700 av J.-C.), est un vêtement tantôt masculin tantôt féminin. Masculin, il est protecteur, à l'instar de l'armure d'où il pourrait tirer son origine, pour ensuite devenir pourpoint, puis gilet. Féminin, il est le plus souvent décoratif et joue un rôle d'accessoire vestimentaire ; on peut alors le rapprocher de tous les jeux de laçages, tressages, sangles, ceintures et noeuds qui ont émaillés l'histoire du costume. Réapparu à la Renaissance, la première grande période du corset parcoure le XVIe et le XVIIe siècle européens.
À l'instar d'un crayon et d'une gomme vestimentaire, il souligne ou reproportionne, affine ou gonfle, magnifie ou sublime ainsi les formes et les courbes vestimentaires comme corporelles selon les époques, mais surtout affirme un maintien, une droiture et une rigidité de la silhouette des femmes mais aussi des hommes (redingote, gilet du costume 3 pièces, veste des officiers militaires.). Il est ainsi inséparable d'une histoire de la beauté et du goût mais aussi des conventions sociales. Il faut attendre le XIXe siècle pour qu'apparaisse tout à la fois un usage médical et une connotation plus sensuel/ sexuelle correspondant dans les deux cas à un passage du dessus au dessous du vêtement, et donc à un caractère intime, privé, caché, secret. Il devient alors objet de conquête et de convoitise, de séduction et de fantasme. Il disparaît après la Première Guerre mondiale pour réapparaître dans les années 1950 selon de nouvelles matières et de nouvelles formes (tissu élastique, guêpière, etc.), et atteindre une nouvelle apogée comme objet de mode dans le prêt-à-porter et la haute couture britannique et française des années 1980 à aujourd'hui.

Hubert Barrère, créateur de mode connu pour ses créations de corsets, collabore avec les plus grandes maisons de luxe, tel Dior, Chanel ou Dolce Gabbana. En 1996, il reçoit le Grand Prix de la Mode de la Ville de Paris. En 1997, il devient directeur artistique du brodeur Hurel. En 2008, il est élu président du Fashion Group Paris. Ses créations sont présentées dans le monde entier.

Depuis le milieu des années 1980, Charles-Arthur Boyer porte un regard critique sur la création contemporaine. Membre de l'Association internationale des critiques d'art (AICA) depuis 1997, il est rédacteur à la revue d'art contemporain Art Press depuis 1994, et a collaboré au magazine Jardin des Modes de 1990 à 1996, et à la revue FauxQ de 2008 à 2010.



  • La revue de presse Catherine Mallaval et Marie-Joelle Gros - Libération du 2 juin 2011

Et voilà comment un objet constricteur est devenu un agent provocateur. Et voilà comment une carapace destinée à recouvrir, écraser, resserrer, étroitiser, soulever, écarter, élargir, profiler, tout à la fois le ventre, les reins, la taille, et les hanches, se retrouve cette année encore à pimenter les défilés, bombiser Lady Gaga et autres pin-up chantantes, électriser les fétichistes, exciter les princes de la nuit à tendance gothique et enserrer la taille des nouvelles mariées. Au panier les esprits corsetés, le corset, menacé de mort par l'après-Mai 68, est toujours là, droit dans ses baleines. Objet si fascinant qu'il en est devenu, ce printemps, l'unique sujet d'un livre. Bien plus qu'un chapitre dans la folle histoire de la lingerie.


  • La revue de presse Émilie Eyzat - Le Point du 26 mai 2011

Libertin, austère, excentrique, le corset cache sous les flots de mousseline un salivant mystère... "Pour la Bibliothèque du costume, Hubert Barrère, créateur de mode, et Charles-Arthur Boyer, critique d'art, se sont penchés sur l'histoire de ses ouatines, baleines et broderies fines.


  • La revue de presse Delphine Peras - L'Express, mai 2011

De l'Antiquité à nos jours, du corsetus, qui désigne un habit masculin rigide ou souple, avant de devenir, au xiiie siècle, un vêtement plus féminin, à l'accoutrement de Wonder Woman ; du pourpoint domestique à la Renaissance au costume folklorique, le corset n'a pas toujours été du domaine de l'intime...
ssurément, voici un livre dont on ne se "lacera" pas...


  • Les courts extraits de livres : 11/05/2011

LE CORSET, CET AMBIGU OBJET DE MODE

Montré, il brave la morale ; deviné, il fascine le regard ; masqué, il trouble les sens. Mais qu'il étreigne ou qu'il épouse le corps, le corset est ainsi : il verrouille tout ce qui pourrait céder à l'invite qu'il déclare. Et en dira toujours plus sur la personnalité de celui ou de celle qui le porte que ce qu'il est en lui-même ; au point de réinventer son propre passé !
Il ne peut donc ni se réduire à cette pièce de lingerie que nos arrière-grands-mères rangeaient pudiquement parmi les gaines de maintien, les soutiens-gorge à balconnet et autres sous-vêtements d'avant-guerre, ni à cet agent provocateur de défilés de haute couture que seule la frondeuse Madonna semble pouvoir arborer fièrement comme vêtement à part entière.
En fait, dans sa nature et son histoire, il n'a cessé de se transformer tout en restant unique. Raconter le corset au fil du temps est donc beaucoup moins simple qu'il n'y paraît car il ne s'agit pas seulement de retracer son évolution parallèlement à celle du vêtement en général, mais bien de saisir toutes les articulations et les implications de son développement vis-à-vis de nos rapports successifs au goût, à la beauté et à la grâce, mais aussi au corps, à l'intime, aux bonnes manières, et donc à l'identité. Et, surprise, à une identité aussi bien masculine que féminine !
A travers tous ses méandres de fils et de noeuds, de laçages et d'enfilages, bienvenue, donc, dans l'univers magique et singulier du corset, et les portraits inattendus mais riches de significations qu'il nous dresse de chaque époque.

Contrairement à ce que Ion pourrait croire de prime abord, les racines historiques du corset sont sujettes à de nombreux débats. Si d'aucuns s'accordent sur l'apparition du mot dans le langage commun vers le XIIIe siècle, l'origine de l'objet lui-même est plus ancienne. Le mot corset renvoie au vieux français «cors», lui-même dérivé du latin corpus qui nous a légué le mot corps. Le corset serait donc au plus près du corps physique au point d'en avoir la même souche étymologique. «Cors» nous adonné trois dérivés équivalents : corsage, corset et corser. Jusqu'au XVIIIe siècle, le corsage définit tout à la fois un vêtement et ce qu'il recouvre : le buste en lui-même, des épaules jusqu'aux hanches. Corps a même été, pendant plusieurs siècles, un synonyme de tronc. Le corps c'est le tronc, l'ossature, la structure, plutôt masculine ; le corsage c'est le buste, la chair, les formes, en particulier celles des femmes. Le corset est bien autre chose, et ne dérive pas, bien que certains le suggèrent, du mot corsage, tout au contraire. Allons plutôt du côté du verbe corser. N'utilisons-nous pas ce terme en cuisine à travers l'expression «corser un plat», c'est-à-dire lui «donner du corps» ? Autrement dit, en relever la substance et la puissance comme en révéler la saveur et le goût. Corseter cette chair molle et blanche du buste du corps physique va avoir ce même objectif de la relever autant que de la révéler, de lui apporter une structure et une consistance, mais surtout du volume et des formes. Le corset, c'est donc un tuteur du corps et de l'esprit, et une armure qui se fait parure. Autrement dit, une cage de fer sous un décor de soie. Hervé Bazin ne disait-il pas : «La discipline est un corset plus sûr que la bonne volonté» ? Cette double signification définit bien la complexité et l'ambiguïté même du corset : habit norme, codifié, façonné par des règles étrangères au vêtement, celles de la maîtrise intérieure et celles de l'apparence extérieure. Une sorte de médiateur avant la lettre entre le vulnérable du moi intime, le présentable de l'image de soi, et les dangers du monde extérieur. Et tous les mots qui lui sont attachés, intrinsèquement liés, ont tous la même polysémie : tenir et retenir au sens «d'avoir bien appris, d'avoir retenu sa leçon» ; tenir et «avoir de la tenue» ; maintenir et «avoir du maintien» ; porter et «avoir un bon port», terme toujours en vigueur dans cet autre domaine de discipline qu'est la danse à travers le «port de tête»... Et tous suggèrent que l'allure est faite d'effort, de rigueur et, donc, de morale !


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia