Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Il faut rentrer maintenant

Couverture du livre Il faut rentrer maintenant

Auteur : Eddy Mitchell | Didier Varrod

Date de saisie : 03/04/2012

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : La Martinière, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-7324-5147-3

GENCOD : 9782732451473

Sorti le : 08/03/2012

  • Les présentations des éditeurs : 04/04/2012

«J'avais déjà ressenti lors de la dernière tournée qu'il fallait avoir le courage de voir les choses en face. Être chanteur n'est pas une drogue. Ni une addiction. C'est un immense plaisir. Il fallait que cela reste ainsi. Et là j'étais limite. J'avais la hantise du concert de trop. Vous savez, le concert de tous ces vieux chanteurs qui ont perdu leur voix...
Je suis revenu en peignoir et j'ai remercié le public : "Ce n'est pas tout ça, mais il faut rentrer maintenant... Vous pouvez fumer. Repos !"»

Chanteur, crooner, acteur, Eddy Mitchell incarne à lui tout seul un petit bout de l'histoire de France. Celle de l'après-guerre, fascinée par l'Amérique libératrice, son rock'n'roll et son cinéma. Rocker et auteur de ses propres chansons, il a su être le témoin affûté de l'évolution de la société française.

Toujours en équilibre entre Belleville et Nashville, celui que l'on surnomme souvent «Schmoll» a accepté de sortir de sa réserve naturelle pour se confier au journaliste Didier Varrod.
L'enfance buissonnière, l'adolescence passée dans les cinémas de quartier, les débuts tonitruants dans le rock, la guerre d'Algérie, Mai 68, de Gaulle, la traversée du désert, le retour en grâce, l'Amérique rêvée jusqu'à la réalité, «La dernière séance», les souvenirs de tournage sur Coup de torchon ou Le bonheur est dans le pré, les copains - Coluche, Gainsbourg, Johnny, Dutronc... -, les démons, la politique, le temps qui passe, toutes ces choses et bien d'autres encore sont racontées dans ce livre, entre humour ravageur et sens de l'autodérision.

On ne présente pas Eddy Mitchell. Il a publié trois livres : Galas, Galères en 79 (Jacques Grancher), Cocktail Story en 86 (RMC Editions) et P'tit Claude, autobiographie sur son enfance en 94 (L'Arbre à cames).

Didier Varrod, son co-auteur, fut directeur artistique de Polydor de 1991 à 1994, y produisant l'album Rio Grande d'Eddy Mitchell. Producteur d'Encore un matin sur France Inter qu'il présente chaque jour, auteur de nombreuses émissions télé sur des stars de la chanson, il a écrit de nombreux livres, notamment sur Barbara, Balavoine, Cali (Plon, Fayard).



  • La revue de presse Sophie Delassein - Le Nouvel Observateur du 29 mars 2012

Après avoir fait ses adieux à la scène, Eddy Mitchell remet un pied dans la lumière en publiant «Il faut rentrer maintenant» (Editions de La Martinière), avec Didier Varrod. D'emblée, pourquoi le cacher, on se demande si on va le faire, autrement dit si on va vraiment s'avaler 313 pages sur Eddy Mitchell, sa vie, son oeuvre ? Et puis, rapidement, parce que le bonhomme est intelligent et cultivé, parce que son porte-plume Varrod tient le rythme et ne le lâche jamais, on y a va avec un plaisir certain.


  • Les courts extraits de livres : 27/03/2012

Vous avez super bien vieilli... J'irai même jusqu'à dire que vous êtes un bel homme aujourd'hui Eddy !

Je vous en prie, monsieur Varrod, tout de même... On ne va pas commencer comme ça, si ?

C'est vrai, tout le monde le dit ! Vous avez la super classe, pardonnez-moi mais il y en a d'autres pour qui c'est plus compliqué...

Comme quoi, mener une vie saine, ça conserve... (Rires.) Bon, c'est vrai je n'ai pas trop à me plaindre pour mon âge... C'est l'avantage des mecs qui ne sont pas des jeunes premiers et qui, par conséquent, ont une chance de pouvoir progresser de ce côté-là. Je crois que c'est mon cas. Je suis assis assez confortablement, mais vous ne voyez pas mes jambes, heureusement, les pauvres... Non c'est vrai, je ne m'en sors pas trop mal. Tout ça c'est à cause de la barbe aussi. C'était une idée du metteur en scène de la pièce de théâtre dans laquelle j'ai joué Le Temps des cerises. Stéphane Hillel m'a imaginé avec la barbe pour incarner ce peintre atrabilaire. Depuis je l'ai gardée. Et comme ma femme m'a trouvé encore plus beau... Elle m'a dit que ça me donnait un petit côté Hemingway. Ce genre de compliment ça ne se refuse pas !

Vous ne vous êtes jamais aimé physiquement ?

Non, non... je ne me suis jamais trouvé terrible.

Comment ça se fait ?

Quelle question ! Parce que je suis né avec ! Je suis allé au cinéma très jeune et je n'y ai vu que des gens absolument formidables, beaux comme des astres. Je pense à Stewart Granger, qui était d'une beauté ! Et Gary Cooper, Burt Lancaster... Quand vous arrivez derrière, vous vous inclinez «bon, bah salut...»

Et qu'est-ce qu'on fait alors avec sa carcasse et sa tronche ?

Eh bien on fait chanteur ! Ce qu'eux précisément ne savent pas faire. Mais attention, on s'habitue à sa tronche ! Je compose avec parce que je ne vais pas passer à la chirurgie esthétique quand même ! Sinon, le nez, il aurait été refait depuis longtemps.

Vous avez superbement bien traversé les cinquante dernières années...

Je ne suis pas le seul. Je pense notamment à Aznavour, qui est toujours là, pétant le feu, brillant ; il n'y a rien à dire ou presque... Je suis un fan de la première heure. Mais chez lui il y a des choses que je ne m'explique pas. Je conçois qu'il ait toujours cette envie de poursuivre sa carrière. La scène, c'est sa vie. La chanson, aussi. En revanche, je me demande toujours pourquoi, compte-tenu de son parcours légendaire, il n'a pas un philharmonique derrière lui, ou pourquoi il n'emploie pas un Big Band. La musique n'est pas à son image. Et lorsque l'on vieillit on doit aussi réfléchir à ce que l'on propose artistiquement pour ne pas avoir à se poser la question de la modernité ou non. Franchement, dès le début, quand on me demandait sans cesse «Vous vous voyez vieillir en tant que chanteur ?», je répondais «Pourquoi pas ?». Je pensais déjà que l'on avait le droit de chanter après quarante ans. Quand j'étais mouflet, une de mes idoles était un OVNI. C'était Bill Haley. Quand on voyait son physique, on se disait que l'on avait toutes ses chances. Pour nous qui étions jeunes, Bill Haley était déjà un vieux puisqu'il avait une trentaine d'années. Donc il pouvait vieillir avec nous, devant nous, ce n'était pas important. Quand j'ai découvert Sinatra, il n'était plus un jeune homme, Dean Martin non plus...


  • Le courrier des auteurs : 23/03/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Un accoucheur qui opère en douceur... Un homme qui murmure à l'oreille des chanteurs et chanteuses...

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Lever le voile sur les mystères de la réserve naturelle de Monsieur Eddy, qui n'est plus depuis longtemps ce "lonesone poor rocker" qu'il fut lorsque Dalida, Tino rossi et Dario Moreno tenaient le haut du pavé dans les hits parade...

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Tout le monde peut se mettre à dire aujourd'hui : «Moi si j'étais président, vous verriez...» Et l'on voit ce que cela donne. Le retour de Gérard Lenorman au top album et le pire c'est qu'il est talonné par Didier Barbelivien. Effet de vases communicants Sarkozy risque de remonter dans les sondages !»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
My Pony, My Riffle And Me", à l'origine interprété par Dean Martin,

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Splendeur et réalité du rêve américain par le guide Mitchell...


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia