Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Silencieux arpèges

Couverture du livre Silencieux arpèges

Auteur : Jigmé Thrinlé Gyatso

Préface : Françoise Bonardel

Illustrateur : calligraphies de Hassan Massoudy

Date de saisie : 18/03/2013

Genre : Poésie

Editeur : Ed. de l'Astronome, Cervens, France

Prix : 9.00 €

ISBN : 9782916147802

GENCOD : 9782916147802

Sorti le : 08/03/2013

  • Les présentations des éditeurs : 19/06/2013

Arpège fait référence aux trois étapes de la perception et de la connaissance qui peuvent s'énoncer ainsi : Voir la montagne/ Ne plus voir la montagne / Revoir la montagne.

Jigmé Thrinlé Gyatso, moine bouddhiste, exprime l'interdépendance du monde, de la nature, de la conscience et de la spiritualité qui forment de multiples arpèges avec de multiples résonances et des va-et-vient incessants.

Trois calligraphies, choisies par Hassan Massoudy lui-même, agrémentent l'ouvrage. L'oeuvre de ce grand calligraphe d'origine irakienne fait l'admiration de l'auteur et c'est à merveille que s'opère la communion entre les calligraphies et les Silencieux arpèges.

Musique, peinture, philosophie, psychologie, et surtout poésie et marche en montagne, sont les terrains de prédilection de l'auteur qui a prononcé les voeux de moine bouddhiste (novice) dans la tradition tibétaine le 1er janvier 1987. Ne cessant de recevoir des enseignements de ses Maîtres, particulièrement au sein de la lignée Drukpa, et après avoir assuré diverses fonctions administratives dans un grand centre bouddhiste, il vit en retraite solitaire depuis l'an 2000 en Savoie. Entre ses périodes de retraite, il donne des conférences, anime des sessions de pratique, participe régulièrement au dialogue interreligieux et marche en Maurienne et dans l'Himalaya.


  • Les courts extraits de livres : 19/06/2013

Extrait de la préface

Sans doute fallait-il avoir été soi-même musicien, puis ermite, pour recueillir dans son bol à offrandes ce mot-viatique : arpège ! Un mot que le yogi devenu poète offre en retour à tout un chacun, avec l'espoir qu'il lui ouvre les portes du monde et lui en rende audibles les harmoniques. On savait bien, pour avoir lu le récit de vies aussi inspirantes qu'atypiques - celle de Naropa, Milarepa, Drukpa Kunley - que le Tantra bouddhique est moins une doctrine qu'une pratique de tous les instants révélant au détour d'une phrase, d'un chemin, d'un regard, ce qu'il peut y avoir d'extraordinaire dans l'expérience la plus commune. On découvre ici combien la vision tantrique est avant tout musique, rythme et phrasé dynamiques : une allegria bien tempérée aussi vive que l'air, aussi limpide et tranchante que la lumière dans les pays himalayens.
Mais pourquoi donc écrire des poèmes quand on est moine bouddhiste ? N'a-t-on pas renoncé à tout, y compris à ce sursaut de vanité que peut susciter la création artistique ? Vision dualiste et simpliste, pourrait répondre Jigmé Thrinlé Gyatso, et avec lui toute une longue tradition de yogis-poètes suffisamment libérés des attachements ordinaires pour que les mots, allégés des préoccupations de l'ego, jaillissent spontanément en eux comme autant d'échos d'une vibration fondamentale et pure, «matrice universelle» de tous les arpèges comme le son A concentre en soi les enseignements de la Prajnâpâramitâ (Perfection de Sagesse). Nombre des écrivains-poètes occidentaux dont l'auteur a fait ses compagnons de route - Rilke, Lorca, White, Lacarrière, Bobin - se sont eux aussi abreuvés à cette source inaltérable qui a fait d'eux des éveilleurs, autant que des créateurs. Peut-être est-ce là le défi lancé par le Tantra : ne rien élire, ne rien proscrire mais nettoyer les regards, les pensées et les mots des sédiments sécrétés par l'ignorance qui en voilent l'éclat.
Rien de liturgique toutefois dans la manière d'égrener ces arpèges - les uns radieux, d'autres assombris de tristesse ou d'effroi - comme autant de facettes d'une réalité humaine contrastée, et souvent désaccordée. Car ce que cherche le Tantra n'est pas l'Harmonie universelle dont la solennité séduit l'oreille quand un organiste frappe les majestueux accords à partir desquels il va s'exercer à improviser. Tout est «fugue» ici, d'emblée ; et ce qu'il va s'agir de retrouver est moins marqué du sceau de l'unité, reconquise sur la multiplicité, que de l'immensité et de la clarté. Et si c'en est fini des hiérarchies établies entre sons et bruits, ce n'est pas que les uns ne soient pas plus harmonieux que les autres, mais que l'ouïe s'est affinée au point d'entendre la basse continue de l'esprit éveillé qui, percevant la «saveur égale» de toutes choses, ne connaît plus ni accords ni désaccords.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia