Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Pietra viva

Couverture du livre Pietra viva

Auteur : Léonor de Récondo

Date de saisie : 22/01/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Sabine Wespieser éditeur, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782848051529

GENCOD : 9782848051529

Sorti le : 29/08/2013

Michelangelo quitte Rome en 1505 pour s'immerger pendant de longs mois dans les carrières de marbre de Carrare, très réputées pour leur qualité. Il doit choisir et faire acheminer dans la capitale des centaines de blocs de pierre qui serviront à sculpter un de ses plus grands chefs-d'oeuvre, le tombeau que le pape Jules II lui a commandé de son vivant.
Sa connaissance du marbre est telle qu'il se fait accepter comme un des leurs par la confrérie des tailleurs de pierre. Le sculpteur silencieux et solitaire va se plonger dans les préparatifs de son projet monumental mais également s'ouvrir aux autres et à lui-même.
Léonor de Récondo, violoniste baroque et romancière, a su traduire les tourments de Michelangelo en quête d'absolu, sa résistance aux souvenirs et aux émotions verrouillés au plus profond de lui.
Son style épuré et lumineux restitue à merveille cet épisode de la vie d'un génie de la Renaissance, son parcours spirituel et artistique.


  • Les présentations des éditeurs : 04/09/2013

Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d'Andréa, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à carrare les marbres du tombeau que le pape jules ii lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre.
Lors de ses soirées solitaires à l'auberge, avec pour seule compagnie le petit livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Medici et la bible d'Andréa, il ne cesse d'interroger le mystère de la mort du moine, tout à son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre.
Au fil des jours, le sculpteur arrogant et tourmenté, que rien ne doit détourner de son oeuvre, se laisse pourtant approcher : par ses compagnons les carriers, par la folie douce de Cavallino, mais aussi par Michèle, un enfant de six ans dont la mère vient de mourir. La naïveté et l'affection du petit garçon feront resurgir les souvenirs les plus enfouis de Michelangelo.
Parce qu'enfin il s'abandonne à ses émotions, son séjour à carrare, au coeur d'une nature exubérante, va marquer une transformation profonde dans son oeuvre. Il retrouvera désormais ceux qu'il a aimés dans la matière vive du marbre.

Née en 1976, LÉONOR DE RÉCONDO vit à Paris. Violoniste baroque, elle se produit avec de nombreuses formations, et avec L'Yriade, ensemble de musique qu'elle a fondé en 2004. Elle a également enregistré des CD et des DVD. Rêves oubliés (Sabine Wespieser éditeur, janvier 2012), régulièrement réimprimé depuis sa parution, a révélé une romancière exigeante dont la phrase juste et précise conduit le lecteur au plus près de ses émotions.



  • La revue de presse Emmanuelle Giuliani - La Croix du 17 octobre 2013

Tout a commencé par de merveilleux souvenirs d'enfance. «Entre 4 et 14 ans, j'ai passé tous mes étés à Pietra Santa, un village toscan près de Carrare. Ces vacances italiennes, la lumière, la montagne et la liberté de gambader du matin au soir sont gravées en moi comme des moments magiques», sourit Léonor de Récondo. La nécessité s'est imposée naturellement de situer son nouveau roman, le troisième, dans ces carrières de marbre si réputées, huis clos à ciel ouvert d'une histoire où l'art, la nature et la profondeur des affects se répondent comme les instruments d'un orchestre de chambre...
Récit sobre et frémissant, d'une écriture magnifique, économe et pourtant sensuelle, Pietra viva («Pierre vive») rend étrangement familier l'un des plus grands créateurs de tous les temps. Au début du roman, Michel-Ange fuit Rome et s'isole au milieu des gens simples qui exploitent - parfois au prix de leur vie - les précieuses carrières.


  • La revue de presse Monique Petillon - Le Monde du 3 octobre 2013

Michel-Ange fascine la romancière parce qu'il " considère l'art comme un ensemble harmonieux (...) où le bleu du lapis-lazuli écrasé s'unirait aux vers de Pétrarque ". C'est un récit aussi intense que lumineux, où s'accomplit le rêve d'une sidérante transmutation, entre marbre frémissant de vie et chair promise à une éternité de beauté.


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 21 août 2013

Une poussière étoilée tombe des mots de Léonor de Récondo, et la finesse de ces particules provient d'un geste sûr, comme envoûté. La pierre vivante, «pietra viva», dans laquelle cette romancière sculpte avec ferveur, est un épisode de la vie de Michel-Ange, au creux d'une carrière de marbre, à Carrare. Entre la vie et la mort, ce livre découpe dans le soleil les contours d'une existence aussi fragile que visionnaire...
On pourrait être chez Platon, dans un film d'Antonioni, ou dans une partition de Rameau : c'est le jeu des contrastes qui intéresse Léonor de Récondo, par ailleurs violoniste baroque, et visiblement très sensible à l'intensité mystique des gestes, des paroles et des pensées.


  • Les courts extraits de livres : 04/09/2013

ANDRÉA

La lumière entre par les fenêtres en ogives. Michelangelo joue avec les particules de poussière qui, projetées par le faisceau lumineux, viennent se cogner contre la table en marbre. Les mains agiles du sculpteur passent de l'ombre à la clarté sans se lasser. Il attend.
Frère Guido est venu le chercher dans la matinée en lui disant que l'un des leurs était mort et que le supérieur lui permettait de l'ouvrir. Guido n'emploie jamais le mot «disséquer». Par respect, dit-il, pour le trépassé, mais aussi pour les vivants qui se doivent de l'étudier avec religiosité.
Michelangelo continue de caresser la lumière, quand il entend les pas s'approcher. Il ne lève pas les yeux vers la porte. Il connaît parfaitement l'enchaînement de gestes que les frères commencent. Presque une danse.
Guido arrivera le premier et, après un bref salut, indiquera le sexe et l'âge du défunt. Frère Andréa et un autre moine entreront à leur tour. Ils porteront le corps recouvert d'un linceul blanc qu'ils déposeront délicatement sur la table en marbre. Guido récitera une petite prière et, après le dernier amen, le silence s'installera.
Andréa voudra rester pour voir ce qui demeure à l'intérieur du corps quand l'âme s'en est allée. Mais Guido lancera son inéluctable : «Mes frères, laissons le maître à son travail. Allons rejoindre le nôtre !» Et Michelangelo se retrouvera seul dans ce face-à-face qui ne l'émeut plus.
Une fois seulement, il a refusé d'inciser. Derrière Guido, Andréa portait sous un drap blanc, serrée contre sa soutane, une forme minuscule qui semblait plus légère que l'air. Michelangelo a simplement dit que cela lui était impossible, qu'aucun être ne pouvait se dissimuler sous le linceul. Et Andréa lui a répondu :
«Comme je vous comprends, maître. L'âme de l'enfant, en s'arrachant du corps pour s'élever vers le Ciel, a pris avec elle une bonne partie des chairs...»
C'était la première fois que Michelangelo entendait la voix d'Andréa. Il ne sait pas s'ils se sont parlé depuis. L'entendre ne l'intéresse pas, ce qu'il aime c'est le regarder.
La porte s'ouvre. Ils entrent. Michelangelo ferme les yeux. Il attend les informations concernant le cadavre. Mais les pas s'arrêtent à peine le seuil franchi et aucun son ne vient briser le silence.
Il ouvre les yeux. Il y a Guido et, derrière lui, deux frères qui portent le corps. Andréa n'est pas là. Le coeur de Michelangelo se serre. Une pensée lui traverse l'esprit.
«Eh bien, frère Guido, que se passe-t-il ?
- Maître, je ne trouve pas de mots. Jugez par vous-même...»


  • Le courrier des auteurs : 07/11/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Celle qui vous répond.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Six mois d'une vie.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Celle après le point final.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Celle de Chiara, mais il faut lire le livre pour savoir de quoi je parle...

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Un verre de chianti... avec modération bien sûr !


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia