Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Les fusillés innocents durant la Grande Guerre : morts pour et par la France

Couverture du livre Les fusillés innocents durant la Grande Guerre : morts pour et par la France

Auteur : Mino Faïta

Date de saisie : 21/11/2013

Genre : Histoire

Editeur : Ed. de l'Astronome, Cervens, France

Collection : Témoignages

Prix : 16.00 €

ISBN : 9782916147826

GENCOD : 9782916147826

Sorti le : 22/11/2013

  • Les présentations des éditeurs : 08/02/2014

Je me suis laissé dire qu'après la guerre, les fusillés avaient été considérés comme «Morts pour la France», ce qui serait une sorte de réhabilitation. Je ne sais si cela est exact, mais quant à moi, je crois sincèrement que beaucoup de ces malheureux sont effectivement morts pour le pays, car c'est la France qui les a appelés et c'est pour elle qu'ils se sont battus, qu'ils ont souffert là où les menait leur tragique destinée et ce n'est pas un moment de défaillance physique ou morale qui peut effacer leur sacrifice. J'ose m'incliner devant leur mémoire. Jugera qui voudra, à condition d'être passé par là.

(Louis Leleu, brancardier)

Mino Faïta est né en 1944 à Tarente en Italie du sud. D'abord ouvrier-décolleteur, puis enseignant d'histoire et géographie avant d'approfondir ses travaux de recherche concernant particulièrement l'Immigration italienne et la Grande Guerre.
En dehors de ses ouvrages édités au Éditions de l'Astronome, il a par ailleurs publié :
- Les horlogers savoyards, ouvrage relatant l'histoire industrielle de la vallée de l'Arve, de l'horlogerie au décolletage.
- Les Italiens à Cran-Gevrier, toute une histoire !
Il a reçu le "Prix francophone de Poésie Amélie Murat" de la Ville de Clermont-Ferrand pour son recueil Altérités.
Il a aussi contribué aux ouvrages collectifs :
- Vercors des mille chemins,
- Un air d'Italie, la présence italienne en Isère.
- de même qu'au film de Gilles Perret : De mémoire d'ouvriers.
Ses publications sont accompagnées de nombreuses interventions et conférences auprès de Sociétés d'Histoire, dans le milieu scolaire et universitaire.


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2014

Extrait de l'introduction

Riche de plus de 50 000 ouvrages, l'historiographie a traité l'essentiel des thèmes se rapportant à la Grande Guerre. De la diplomatie aux stratégies militaires en passant par la mobilisation de l'économie, des civils et des idées, bien des questions ont été abordées et assez souvent de manière contradictoire. Reste le fonctionnement de la justice militaire en temps de guerre, les dizaines milliers de dossiers qu'elle a eu à traiter, les condamnations à mort et les exécutions qui ont suivi. La question a été longtemps passée sous silence. L'accès à des sources longtemps protégées y est sans doute pour beaucoup. Pourtant, c'est bien de l'intérieur que sont venues les ouvertures. Par Guy Pedroncini, qui a été le premier à évoquer la question en 1968. Une publication pionnière, fondamentale, dont le contenu a suscité à son tour bien des interrogations, a ouvert d'autres débats. A partir des débuts du XXIe siècle, la plus libre consultation des archives militaires a ouvert la voie à d'autres publications qui, à leur tour, ont élargi les horizons.
C'est dans l'urgence d'une retraite massive et inattendue, d'une crise politique obligeant le gouvernement à quitter la capitale pour s'installer à Bordeaux que débute l'action de la justice militaire. Sous la poussée de l'avancée allemande, nombre d'unités de l'armée française reculent dans le désordre, se débandent, hommes de troupes et officiers réunis. A la gravité du moment correspond la violence des conseils de guerre, à moins d'aller encore plus vite en abattant sur place tous ceux qui, de près ou de loin, ressemblent à des fuyards. L'essentiel est de faire de l'exemple, quitte à fabriquer des coupables par tous les moyens, allant jusqu'à creuser des tombes avant la réunion des juridictions militaires ! Pour l'ensemble de la période, et selon les sources, ont été recensées entre 140 000 et 200 000 affaires. A ce jour on compte 2 400 condamnations à mort pour environ 700 exécutions. Des chiffres à minima, susceptibles d'être revus à la hausse et qui ne tiennent pas compte des exécutions sommaires par définition non consignées dans les archives. Avec près de 500 exécutions, les années 1914-1915 sont les plus terribles. Ensuite, la courbe fléchira en attendant les mutineries de 1917.
Cette guerre devait être courte et victorieuse. On sait la suite. La guerre des illusions se termine rapidement et celle des réalités dépasse tout ce qu'on avait imaginé. 360 000 morts pour les cinq premiers mois de 1914 et 362 000 pour toute l'année suivante. Comment arrive-t-on si rapidement à de tels massacres ? Que savent-ils de la guerre ces hommes au moment de revêtir l'uniforme ? Qu'en est-il des stratégies élaborées au plus haut niveau des responsables politiques et militaires ? Pour quels résultats ? Dans un camp comme dans l'autre on était persuadé de fêter Noël à la maison. Or, à la fin de l'année 1914, personne ne rentrera, pas même les centaines de milliers de cadavres ensevelis à la hâte ou jonchant les champs de bataille pour longtemps. A partir de cet instant on s'installe dans la guerre et l'insoutenable devient l'ordinaire. Il faut continuer à se battre et tenir, tout en espérant prochaine la fin de l'horreur. On s'organise pour échapper à la mort. Se multiplient alors les stratégies individuelles ou collectives d'évitement. On ose ensuite la critique du système, de l'inutilité des combats désormais trop visibles. Au printemps 1917 sonne l'heure des refus massifs et son corollaire d'hommes conduits au poteau d'exécution.


  • Le courrier des auteurs : 08/02/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un voyageur toujours attentif aux voix et aux visages que je rencontre.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Les injustices subies par des hommes partis faire une guerre qui n'était pas la leur.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Jugera qui voudra, à condition d'être passé par là.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
L'air de "Casta Diva" dans l'opéra Norma de Vincenzo Bellini et si possible chanté par Maria Callas.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Un "caffé ristretto" en parlant de paix, fraternité, justice.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia