Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Totale éclipse

Couverture du livre Totale éclipse

Auteur : Cécile Wajsbrot

Date de saisie : 22/04/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Bourgois, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-267-02688-7

GENCOD : 9782267026887

Sorti le : 04/09/2014

Cécile Wajsbrodt poursuit son oeuvre littéraire avec un talent immense, une observation fine, sensible et terriblement juste des mouvements de l'âme humaine.
Une photographe en perte d'inspiration, solitaire, meurtrie rencontre un inconnu dans un café et réussira à le convaincre de faire une série de photos dans la rue, vues de dos, par une après-midi d'hiver. Cet homme, qu'elle surnomme Faiseur de pluie, elle va en tomber follement amoureuse... sa vie va se transformer en attente, en espoir comblé ou déçu, entre deux rendez-vous furtifs. Mais sa vie va aussi s'envoler grâce au succès de l'exposition qu'elle fera à partir de ces photos.
Chaque chapitre est associé à une chanson qui a marqué de ses notes un souvenir de la photographe, chanson qui est aussi restituée à travers sa propre histoire, qui l'a écrite, qui l'a chantée, à quel moment et comment... Une véritable bande-son accompagne ainsi la lecture de ce livre.
Cécile Wajsbrodt a écrit un très beau texte mélancolique.sur l'amour, sur l'image, sur la musique. Un texte grâce auquel notre propre attente, nos propres souvenirs, remontent à la surface de notre mémoire.


  • Les présentations des éditeurs : 23/12/2014

À Paris, dans le café où elle a l'habitude d'aller, la narratrice entend une chanson qui la plonge dans le souvenir d'une histoire, le souvenir de sentiments auxquels elle croyait avoir renoncé. Photographe, elle est aussi dans un moment de perte d'inspiration. Une rencontre imprévue la replonge dans les affres de l'amour, en même temps qu'elle lui ouvre de nouvelles pistes de réflexions artistiques. La création et la vie se mêlent, l'une servant l'autre. Mais l'équilibre ne risque-t-il pas de s'inverser en cours de route ?

«Quand la réalité devient trop cruelle, trop dure, je choisis un morceau que j'aime et je plonge dans un océan familier, les guitares électriques, la batterie soulignent le rythme de ma nage, rien d'autre n'existe, ni ceux qui m'ont blessée ni ceux qui pourraient adoucir le sort, rien que la voix de quelqu'un qui me raconte sa vie, une histoire qu'il ou elle a vécue, ou qu'un ami, une amie lui a racontée, une scène à laquelle il ou elle a assisté.»

Cécile Wajsbrot est née à Paris en 1954. Elle partage son temps entre son activité d'écrivain et celle de traductrice de l'anglais (notamment Les Vagues de Virginia Woolf), de l'allemand (Gert Ledig, Marcel Beyer). Depuis une dizaine d'années elle vit à Paris et Berlin. Conversations avec le maître (2007) et L'Île aux musées (2008) sont les deux premiers romans du cycle Haute mer dont elle poursuit l'exploration avec Sentinelles (2013). Attirée par la musique et par le son, elle écrit des fictions radiophoniques, notamment pour France Culture, et est l'auteur du livret d'un poème musical, Nachtkreis, composé par Frédéric Pattar, dont un fragment a été donné dans le cadre du Festival d'Automne 2012.



  • La revue de presse Jean Birnbaum - Le Monde du 4 décembre 2014

Décembre est là, l'hiver nous mordille déjà, le mieux est de se blottir au creux des textes. Et, par exemple, de ces chansons qui nous font chaud au coeur...
Quand le fond de l'air est froid, rien de tel qu'un air de rien, un air comme ça. Avec beaucoup d'allure et de délicatesse, l'écriture de Cécile Wajsbrot circule de chanson en chanson, et de Bonnie Tyler aux Pink Floyd, pour le tempo secret ­de notre quotidien, capter la bande-son de nos vies.


  • Les courts extraits de livres : 23/12/2014

Famous Blue Raincoat

C'est l'histoire d'un retour qui dura des années, mais de hasards, aussi, qui se rejoignent à travers les siècles et les continents.

À Hiroshima, les hommes, les maisons, la végétation, tout s'était embrasé, la chaleur avait incendié, liquéfié le paysage et les radiations agissaient en silence - poursuivant leur avancée d'année en année. Dans la désolation générale, un seul arbre se dressait, vainqueur malgré ses branches nues car debout quand tout gisait, car entier quand tout éclatait. A 1130 mètres de distance de l'épicentre, 1370 mètres, à 1420 mètres, 1650, 1780, à 2 160 mètres - devant un temple, dans un jardin - deux cents ans d'âge - devant une usine et protégé de ses hauts murs, devant une école, non loin de la gare, d'un pont, devant un autre temple, les ginkgos, longuement expérimentés dans la survivance, ayant résisté, dit-on, aux cataclysmes de la préhistoire et vécu des époques que nul homme n'a connues, les ginkgos résistèrent quand tout mourait autour d'eux et furent les premiers à se couvrir de feuilles au printemps d'après la bombe. Les premiers arbres à revivre.
On rebâtit le temple de Hosen-Ji autour d'un ginkgo qui avait failli être abattu. Et les gens viennent aujourd'hui inscrire sur l'arbre leurs espoirs de paix.
Nous survivons ou tentons de survivre - je regarde la photo que je ne pourrai jamais prendre, celle que j'essaie d'atteindre, en noir et blanc, qui serait définitive et qui rendrait les autres - du moins les miennes - inutiles. L'utopie d'un ginkgo disparu, qu'on aurait voulu détruire ou déplacer avant de décréter qu'il fallait le garder et tout refaire autour de lui.
La photographie que je regarde comme si elle devait m'indiquer le chemin des miennes désigne le passé - et pourtant je la vois comme l'annonce de ce qui doit venir. Je travaillerai, je vivrai au futur. Jamais le passé ne me rattrapera - quant au présent, il n'existe pas.
C'est une rue de Paris assez large qui dessine un tournant. Les trottoirs et la chaussée sont vides aussi loin que porte le regard. Des immeubles serrés les uns contre les autres, la densité des habitations mais le calme aussi, celui d'un petit matin peut-être. J'avais éprouvé une sorte d'angoisse, la première fois que j'avais vu cette photo, l'impression de pénétrer dans un temple interdit - celui du ginkgo ? -, de contempler une scène qui ne m'était pas destinée. Une scène du passé. De l'avenir. J'étais devant l'écran de mon ordinateur, travaillant à mes images, quand j'avais éprouvé le besoin de voir autre chose. Internet. Google. Inscrivant quelques mots et regardant la moisson du moteur de recherche qui devenait la mienne, cette rue vide, donc, d'un Paris qui n'existait plus ou n'avait jamais existé, la captation d'un instant inconnu. Même les arbres semblaient appartenir à une autre époque. Le ciel dominait, incertain, une scène qui venait se perdre dans les brumes, les façades semblaient se fondre dans le temps.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia