Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. La saison des mangues

Couverture du livre La saison des mangues

Auteur : Cécile Huguenin

Date de saisie : 05/03/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782350872988

GENCOD : 9782350872988

Sorti le : 15/01/2015

  • Les présentations des éditeurs : 25/02/2015

Trois femmes, trois générations, trois continents. Radhika, la belle Indienne déracinée, mariée par son père à un major anglais qui l'emmène loin de sa terre natale. Anita, l'adolescente britannique qui rencontre sur le chemin du pays de ses ancêtres un Français fou de l'Inde. Et Mira, la quarteronne au doux visage couleur de mangue, partie vivre en Afrique où son destin l'attend. Sur le sentier sinueux de la tolérance, chacune apprendra à combattre - les préjugés et à déjouer les pièges de l'exil en invoquant les traditions.

La Saison des mangues est un voyage aux saveurs universelles, un hymne au partage, une ode à la mixité culturelle. Sensible et juste, Cécile Huguenin nous entraîne dans un univers magique où la vie n'est pas exempte de douleurs mais sonne avant tout comme un espoir, une promesse.

CÉCILE HUGUENIN a été psychologue et coach. Alzheimer mon amour, extraordinaire témoignage, a paru aux Éditions Héloïse d'Ormesson en 2011. A soixante-quatorze ans, La Saison des mangues est son premier roman.


  • Les courts extraits de livres : 25/02/2015

C'est un matin ordinaire de ce gris parisien qu'elle s'est mise à aimer. De la fenêtre de sa cuisine perchée au-dessus du parc, Anita aperçoit la cime des arbres qui lui racontent les saisons et lui font des signes de sémaphore les jours de grand vent. Elle se penche au-dessus de la poêle où le beurre fond lentement en laissant de minuscules cristaux de sel qui crissent sous la spatule.
La préparation du petit déjeuner est l'heure de son «rassemblement». Un rituel quotidien pour ne pas se perdre, elle aussi. Pour récolter les morceaux d'elle-même que la nuit a dispersés et, chaque matin, recomposer sa vie avec les pièces manquantes. Les fibres de son être, François et Mira, Mira sa fille et François son amour, partis chacun de leur côté à la poursuite de leurs chimères. Mais elle, Anita, doit veiller. C'est la sentinelle, la gardienne du foyer déserté. Être là pour les accueillir le jour où... Elle n'ose jamais terminer la phrase. Elle sait bloquer à temps le poison de l'espoir.
Elle dépose délicatement, en prenant bien soin de ne pas les faire chevaucher, les tranches de bacon rosé qui grésillent et lui soufflent au visage une bouffée familière. Mais traîtreusement, l'effluve transporte dans son sillage une cohorte de clandestins. Anita parvient d'habitude à les maintenir dans le parloir de sa mémoire, où ils attendent qu'elle les convoque. C'est elle qui décide de leur ouvrir la porte. Aujourd'hui, cependant, ils s'imposent. Elle doit leur résister de toutes ses forces. Elle s'agrippe des deux mains au rebord de l'évier, ses phalanges blanchissent sous l'effort, son dos se voûte légèrement, comme pour parer une tornade qui s'annonce. Sa longue natte noire dévale de sa nuque jusqu'au creux de ses reins. Chevelure déjà rayée de traces argentées. «L'écume de l'amour», se dit-elle à mi-voix lorsqu'elle brosse ses cheveux, la marque de ses chagrins. C'est tout ce qui lui reste de ses disparus.
Sa silhouette est étroitement dessinée par la robe dans laquelle Anita se glisse au saut du lit. Une robe rouge récupérée dans une friperie au milieu de vieilles nippes, dont elle a fait sa «robe de maison». Depuis son arrivée en France, elle n'a jamais pu adopter les robes de chambre dans lesquelles les femmes d'ici s'enveloppent au petit matin. Elle se préfère enlacée par ce tissu doux comme une seconde peau qui redonne forme à son corps.
«Sexy», avait dit Mira. Un mot inconnu d'elle, vocable banni de son enfance corsetée par les pudibonderies anglicanes autant que de la prude éducation indienne qui avait pris la suite. «Ne relève pas ton sari plus haut que le mollet», criaient ses tantes lorsqu'elle trempait ses pieds dans le golfe du Bengale. Mandatées par la famille pour transformer en véritable Indienne l'écolière débarquée de la British Airways en jupe plissée et blazer à écusson, elles lui enseignaient quelles parties du corps il est bienséant d'exposer, les chevilles et un fragment de peau entre la ceinture et le rebord du boléro. En public, oui. (...)


  • Le courrier des auteurs : 25/02/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis une nomade pas encore arrivée à destination qui avance guidée par des rêves à réaliser et animée par le désir de partager les découvertes glanées tout au long de son chemin.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est le périlleux itinéraire de la route du Soi, quel que soit l'âge auquel on l'entreprend. Et chemin faisant, les rencontres qui font bifurquer, la découverte de «l'étrange étranger» que nous sommes pour l'autre, et ce qu'il nous apprend si l'on sait écouter.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«L'envie de réintégrer le monde des vivants, c'est de leur exemple que je l'ai reçue. Si ces deux femmes que tout séparait, la naissance, la culture, l'éducation, l'argent et même la souffrance, ont pu tisser ce lien en se jouant des tabous et des préjugés, alors c'est que tout est possible. Tout est à inventer.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«HISTOIRE DU SOLDAT» d'Igor Stravinsky. Un chemin de tentations et d'embuches dans la quête de soi, soutenu par un dialogue endiablé entre le violon, le piano et la clarinette.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Je crois que l'auteur propose et c'est le lecteur qui choisit ce qu'il veut partager avec son livre. J'aimerais par ce livre proposer aux lecteurs le rêve comme projet, sa réalisation comme programme, sachant qu'il est risqué de se tracer une vie sans risques.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Je promène avec moi en permanence des carnets de toutes les couleurs que je remplis de notes, de phrases lues ou entendues, d'idées qui me traversent. C'est spontané et désordonné. Quand j'entre en écriture, je m'isole pendant plusieurs mois jusqu'à l'aboutissement d'une première version. Musique de fond qui tourne en boucle et change à chaque fois. C'est «Ten New Songs» de Leonard Cohen qui a accompagné «La Saison des mangues».

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Par surprise plus que par réflexion. Le jour, la nuit. En marchant. Dans le train. Sous la douche. En lisant un autre livre. En écoutant la radio, une émission, une chanson. Un rêve. Une rencontre. Un regard. Un sourire. Une odeur. Un paysage.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Dès mes premières lectures j'aimais raconter aux autres les histoires que je venais de lire. A huit ans j'ai décidé que «moi aussi j'écrirais des histoires». Vocation tardivement réalisée, mais longuement fertilisée par l'expérience et les autres auteurs.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Le «réalisme magique» de Marcel Aymé capable de nous entrainer dans une réalité fantastique sans effets spéciaux m'a très tôt fascinée. Albert Camus m'a révélé que les histoires intimes des personnages sont des passages secrets vers une réalité plus large.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
L'écrivain détient le merveilleux et redoutable pouvoir des mots. Libre à lui d'en faire usage. Témoigner. Inventer. Provoquer. Faire rêver, rire ou pleurer, oublier ou se souvenir, réfléchir, réagir. Puis, passer le relais au lecteur.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia