Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Alzahel ou Les nuits que Shahrâzâd n'eut l'audace de conter

Couverture du livre Alzahel ou Les nuits que Shahrâzâd n'eut l'audace de conter

Auteur : Bruno Carlisi

Date de saisie : 03/04/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Didier Carpentier, Paris, France

Collection : Les nouveaux romanciers

Prix : 19.90 €

ISBN : 9782841679409

GENCOD : 9782841679409

Sorti le : 23/04/2015

  • Les présentations des éditeurs : 06/06/2015

C'est dans une période aussi troublée que troublante, où les avancées scientifiques côtoient les prodiges, où la tradition orale cède lentement le pas à l'écrit et où la sexualité débridée n'a d'égal que son rejet, que naît Alzahel.
Détenteur du Verbe Droit, pouvoir qui donne à la parole la capacité d'agir sur le réel et dont il compte faire bon usage, son imprudence et sa candeur le font s'engager dans une quête périlleuse pour libérer ses «mères».
Épaulé par trois compagnons, Makef, le marchand simple d'esprit, Tigisi, l'affranchi abyssin chrétien et Fa' izah, jeune femme éprise de liberté, il devra affronter la justice partiale des Cadis, la rouerie des Djinns et surtout le fanatisme de l'Encre de la Montagne, chef d'une secte avide d'imposer sa vision religieuse.
Alzahel s'efforcera de trouver son propre chemin et sa place dans une société en pleine évolution.
Dans la tradition des conteurs arabes, le narrateur interpelle régulièrement le lecteur et le prend à partie. Rencontres étranges, aventures extraordinaires, choix cornéliens, joutes verbales mortelles, tragédies cruelles et plaisirs interdits émaillent le parcours initiatique de notre héros.

Bruno Carlisi, (39 ans) est né à Martigues en 1976. Il est libraire depuis 2004 et codirige une librairie indépendante à Landerneau depuis 2013.
Alzahel ou les Nuits que Shaharâzâd n'eut l'audace de conter est son premier récit qui a été finaliste du prix Matmut 2014 du 1er roman.


  • Les courts extraits de livres : 06/06/2015

1. Kataba

Où l'on parle de la semence d'Adîb, d'un djinn captif et d'une crête de coq

Après le bain, les femmes s'épilaient au caramel citronné. Parmi leurs sujets de discussions favoris - lorsqu'elles avaient envie de rire - figurait la semence de leur maître Adîb ; elle avait cette réputation d'être généreuse, prolixe en parfums, épaisse et d'un blanc pur, et d'une luminosité qui embrase les yeux du croyant. Par vingt et une fois, elle avait germé sans jamais donner ni fausse couche ni mort-né. Voilà dix ans, lorsque le sage Adîb se retira de la douce Hacene alors qu'ils s'aimaient sous les frondaisons, quelques gouttes tombèrent sur la terre meuble du jardin, donnant naissance à un arbrisseau qui, en cinq ans seulement lorsque la nature en réclame cinquante, devint un arbre aux ramures puissantes et couvertes d'oiseaux.
Sa grande qualité tenait, disaient-elles, au djinn qui résidait dans son testicule droit, quatre fois plus gros que le gauche. Elles discutaient des heures entières sur les accords conclus entre les deux partis : qu'avait dû céder le maître pour asseoir son autorité sur lui ? Le djinn était-il, comme le murmuraient les esclaves abyssiniennes, retenu contre sa volonté (peut-être après avoir perdu l'un de ses paris stupides et dangereux dont cette race est si friande) ? Cette dernière explication recueillait la faveur de la plupart des femmes, car il leur plaisait d'imaginer que le maître Adîb ait pu soumettre un être malin à son bon vouloir. Celles qui avaient enfanté de lui en éprouvaient même une fierté démesurée.
Chacune des femmes d'Adîb répondait à un surnom qu'elles ne devaient employer qu'entre elles et uniquement entre les murs du gynécée. Si d'aucuns pensaient qu'il tenait à une particularité physique visible de tous ou en un trait de caractère, ils se trompaient ; en effet, Adîb avait une expérience pointue des sexes féminins, doublée d'une connaissance livresque. Les ouvrages, vendus à prix d'or, qu'il consultait sur ce sujet délivraient des topologies exhaustives, précises et documentées de ces replis secrets. Aussi, dès qu'une nouvelle brebis agrandissait son harem, Adîb l'examinait soigneusement, livre au poing, auscultant et palpant les lèvres d'amour avant de donner le surnom tant convoité. Il devait parfois mener une étude plus approfondie lorsque la particularité qu'il recherchait n'était pas visible à l'oeil nu. Il comptait alors sur la sensibilité de son membre pour la découvrir, même si cela devait l'accaparer plusieurs jours. Un échec conduisait à un renvoi immédiat, c'est dire si ce rite de reconnaissance revêtait une importance cruciale aux yeux des femmes du gynécée.
On trouvait de fait Hacene, la Belle, dont la vulve était d'une blancheur éclatante, arrondie en forme de dôme, et dont on ne pouvait détacher le regard ; Mokâour, la Profonde, dans laquelle Adîb pouvait plonger indéfiniment sans jamais atteindre le fond ; Zeunbour, la Guêpe, aux poils drus et piquants, et bien d'autres encore.


  • Le courrier des auteurs : 06/06/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis né en 1976, à Martigues. Libraire depuis 2004, je codirige depuis 2013 la librairie «Les Passagers du Livre» à Landerneau. L'Arabie ancienne m'a toujours passionnée, son histoire comme sa littérature.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Conte fantastique autant que d'initiation, Alzahel est l'histoire d'une quête intérieure qui prend l'aspect d'un récit d'aventure.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Choix très difficile, mais celle-ci résume bien l'esprit de la narration :
«Suffisamment de sagas merveilleuses nous ont abreuvés de voyages sinueux, de jours et de nuits assommants, de routes qui suivent d'autres routes, de chevaux avant les bateaux, le tout convenablement ordonné afin de n'égarer personne. N'en déplaise aux voyageurs aguerris et aux esprits rectilignes, ce périple n'en fera qu'à ma tête.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
«El Dounya» Feeraz (Jardin d'Orient, Wagram Music)

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Alzahel s'inscrit à la fois dans la réalité historique et dans l'ambiance des 1001 nuits. Dans les deux cas, j'aimerais leur faire saisir les nuances et les complexités de ces deux facettes pour les éloigner des clichés qu'elles véhiculent souvent.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Pas particulièrement, sinon que j'aime écrire très tôt le matin, et dans le silence.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
De la recherche documentaire principalement. Les faits historiques sont une source d'idées. Il est intéressant de les conserver tels quels, ou de les tordre, les transformer, comme une argile.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
J'écris depuis mes 11 ans, grâce à l'écriture de scénario de jeux de rôles. Des nouvelles, des romans, et même une pièce de théâtre que j'ai joué avec une troupe amateur locale.
Écrire a toujours été un objectif, une fascination.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Vers quinze ans, Voyage au bout de la nuit, qui m'a troublé, bouleversé, et m'a montré qu'on pouvait écrire différemment. Juste avant cela, le Dracula de Bram Stocker et sa forme épistolaire m'avait captivé.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
En ce me concerne, à transformer la réalité en récit pour mieux la mettre en lumière.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Immense !


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia