Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Façons de vivre

Couverture du livre Façons de vivre

Auteur : Jacques Lelong

Date de saisie : 16/03/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. de l'Astronome, Cervens, France

Prix : 12.00 €

ISBN : 9782916147963

GENCOD : 9782916147963

Sorti le : 03/03/2015

  • Les présentations des éditeurs : 30/04/2015

Des histoires de gens ordinaires
- les gens ordinaires, ça n'existe pas : chacun est unique -qui vivent des vies extraordinaires
- les vies ordinaires, d'ordinaire, on n'en parle pas -des gens que vous avez croisés sans les voir vraiment.

Des vies que vous avez effleurées sans qu'elles vous touchent
- c'est pour ça que c'est écrit, pour qu'ils soient touchés.

Sauf qu'au détour d'une page - laquelle, va savoir ? - vous vous verrez tout à coup - et là... - et là, attention à la chute.

Originaire de Bourgogne où il est né en 1951, Jacques Lelong vient en région Savoie enseigner les microtechniques. Il participe à des ateliers d'écriture poétique et d'écriture en prose où il perfectionne un style rapide et efficace au service d'un regard lucide sur les petites fractures de ses contemporains. Façons de vivre est son premier recueil édité ; il rassemble des nouvelles totalement imaginaires, choisies parmi de nombreux écrits.


  • Les courts extraits de livres : 30/04/2015

DANS LE TIROIR DU BAS

Dans le tiroir du bas, dans le tiroir du bas...
C'est là que j'ai habité au début. Il faut dire que je suis né un peu en avance, un mois à peu près. Alors, comme l'oncle Adrien n'avait pas fini mon berceau, Maman m'a installé dans le tiroir du bas de la commode. Le tiroir du bas, a-t-elle précisé plus tard, parce que comme ça tu ne risquais pas de tomber de trop haut, même si cela me faisait baisser beaucoup pour te prendre et te reposer. Maman a toujours été très brave, très courageuse, pour son petit, moi.
L'oncle Adrien a terminé le berceau dans les quinze jours. Quand Maman m'a installé dedans, j'ai poussé un tel cri qu'elle m'en a aussitôt enlevé et qu'elle m'a donné le sein pour me calmer. Elle a essayé ensuite de m'endormir dans le tiroir du bas, puis de me remettre dans le berceau : même résultat. Alors je suis resté dans le tiroir du bas.

Oh mais, pas tout le temps. À un moment, il a fallu se rendre à l'évidence m'a dit Maman : le tiroir fléchissait sous ton poids. Tu avais dix-huit mois. On a réessayé le berceau, sans succès. Alors j'ai mis des cales sous le tiroir, deux briques du chantier d'à côté. Et l'oncle Adrien a commencé un petit lit.

J'ai accepté de coucher dans mon nouveau lit pour mes cinq ans. Il faut dire que la commode est grande et le tiroir profond, mais que j'en avais quand même assez de dormir tassé en chien de fusil. J'ai exigé que le lit soit placé tout contre la commode, avec le tiroir du bas ouvert. Et j'ai pris l'habitude de poser mes jouets dedans ; comme ça, je les avais à portée de la main tout le temps.

Maman m'a appris à ranger un peu. D'abord mes jouets, puis mes habits, dans les autres tiroirs de la commode. Elle m'a dit : tu verras, ce sera plus commode. Elle a un de ces humours Maman. Et j'ai même fini par accepter de dormir avec le tiroir du bas fermé. Les autres aussi, mais les autres, je m'en fichais.

Et puis j'ai eu un autre lit, un lit de grand, à une place. L'oncle Adrien ne l'a pas fait parce qu'il était mort le lendemain de mes seize ans. Maman a revendu le petit lit (de l'oncle Adrien) et elle m'a acheté une lampe de chevet en bronze pour que je puisse lire le soir. C'est bien agréable, de lire le soir dans son lit de grand, à côté de la commode. Le tiroir du bas est toujours fermé. C'est important. J'ai enlevé tous mes vieux jouets que Maman a mis dans un carton qu'elle a posé dans la cave. Elle a écrit dessus «jouets du petit», c'est moi, le petit. Maman a tellement d'amour pour moi qu'elle m'appelle son petit. Elle dit souvent que je serai toujours son petit, même quand je serai grand.
Je pense que je serai bientôt grand. Je l'ai dit à Maman le jour de mes vingt-cinq ans. Elle m'a fusillé du regard puis elle m'a pris dans ses bras et m'a bercé en pleurant. Idiot va, bien sûr que tu es grand, grand et beau. Tu dois plaire aux femmes, sacripant. Mais méfie-toi des femmes : ce ne sont pas toutes des Mamans ; des Mamans comme moi, il n'y en a qu'une (gros sanglot) pour son petit, qu'une aussi attentive, aussi bonne. Méfie-toi des autres femmes, mon petit. T'inquiète pas Maman, j'ai répondu.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia