Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Anne B. Ragde

est l'une des plus grandes romancières Scandinaves,

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Les personnages de Jacques Vandroux

lui offrent des nuits balanches

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

.. Au bonheur des jours : histoires de femmes

Couverture du livre Au bonheur des jours : histoires de femmes

Auteur : Joëlle Miquel

Date de saisie : 09/07/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : la Différence, Paris, France

Collection : Littérature

Prix : 16.00 €

ISBN : 9782729121709

GENCOD : 9782729121709

Sorti le : 07/05/2015

  • Les présentations des éditeurs : 16/09/2015

Joëlle Miquel met en scène des femmes. Des femmes d'aujourd'hui, des citadines ou des provinciales, des libérées ou des fleurs bleues, des mères, des épouses, des jeunes filles - des amoureuses. Elle a un oeil vif sur la vie, un regard qui voit. Les histoires qu'elle raconte - «L'incroyable histoire de Madame Dupon», «Chambre d'hôtel sans bagage», «Juste une goutte d'eau», «La Voie lactée»... - sont celles de toutes les femmes à cet instant de leur existence où elles se libèrent des conventions, des pressions, de la mode, des images formatées qui les empoisonnent et les emprisonnent. Alors, tout à coup, surgissent ces instants si fugaces et si précieux, ces bonheurs des jours qui transfigurent notre vie, le monde. Un livre qui rend heureux.

À quinze ans, Joëlle Miquel débute au cinéma avec Éric Rohmer dans Quatre aventures de Reinette et Mirabelle, film dont elle tient le rôle-titre. À dix-huit ans, elle entre avec succès en littérature avec Les Rosiers blancs. Depuis, après avoir interprété de nombreux rôles tant au cinéma (Beinex, Lelouch...) qu'au théâtre, elle se consacre à la littérature. Elle a publié notamment L'Enfant-rire et Mal-aimés (Mercure de France), L'Appel des Sirènes (Presses de la Renaissance), Le Lit de Rose (Archipel) ou encore Concerto pour Alexandre (Actes Sud).



  • La revue de presse Xavier Houssin - Le Monde du 2 juillet 2015

Le nouveau livre de Joëlle Miquel, Au bonheur des jours. Histoires de femmes, est un recueil de nouvelles très parti­culier. Qui mêle la banalité des jours à l'échappée belle. La routine à l'extravagance. Il s'agit ici de toutes petites révolutions d'existence. D'infimes bouleversements qui peuvent faire sourire tant le trouble qui les accompagne semble désuet. Les héroïnes de ce recueil s'appellent Henriette, Margot, Juliette, Catherine. Amélie ou Chloé...
On les croise dans le 16e arrondissement de Paris et à Saint-Germain-des-Prés, à Venise, à Biarritz. Guère à Pantin ou au Portel. Mais c'est cet étrange contre-pied, vraiment pas dans l'air du temps, qui donne à ces textes un charme étonnant. Joëlle Miquel joue avec les décors, se moque des codes et des origines. Elle serait davantage intéressée par la petite gamberge qui agite tous ceux que la vie immobilise. Et qui les déçoit. Chez elle, on rêve et on réinvente le monde...
Pendant que ses personnages bien élevés se font des politesses, Joëlle Miquel les pousse, mine de rien, sur le côté. Vers la folie douce et la liberté des chemins de ­traverse.


  • Les courts extraits de livres : 16/09/2015

Au bonheur des jours.

Trois journées en une ! Tel est le lot de la plupart des femmes d'aujourd'hui. Une journée de "femme moderne" est harassante et peut ressembler à un enfer qui vous transforme en harpie, mégère à peine apprivoisée. Comment garder son sourire et sa fraîcheur, comment résister au temps consacré aux enfants, au travail, au mari, à la maison... et moi alors ! Qui se consacre à moi ? Comment ne pas se perdre de vue en assurant un tel rythme ?
Et si tout n'était qu'une question de regard, d'écoute et de disponibilité aux bonheurs du jour ? Les faits résistent mais il ne tient qu'à nous d'en faire une belle histoire.

Prenons une journée ordinaire de la femme ordinaire que je suis.
Debout à 7 heures pour emmener ma fille à l'école. J'ai sommeil. Qui me rendra mes réveils naturels où l'on sort du lit après avoir eu son quota de rêves et dormi tout son soûl ? Je ne peux plus compter le nombre d'heures de sommeil en retard. Je me traîne dans la salle de bains. J'ai une tête à faire peur qui devient de jour en jour irrattrapable. Se maquiller pour cacher les dégâts, pas le temps, j'ai préféré dormir. Le sommeil est le meilleur des maquillages. J'ai des cernes, un teint livide et tant pis. J'ai envie de rester en robe de chambre, une tasse de thé à disposition, et écrire... impossible. L'heure tourne, il faut se dépêcher... Se dépêcher... je voudrais ne plus avoir à dire, penser ce mot. Vite, réveiller ma fille, Marguerite, qui va sûrement me dire en pleurnichant : «M'man, attends un petit peu...» et puis «encore un petit peu...»

Dans la cuisine, mon homme a tout laissé en chantier : son bol, le beurre, la cuillère dégoulinante de miel sur la nappe... J'ai envie de lui téléphoner pour l'engueuler... Stop. On interrompt le mauvais film. Coupez ! Elle n'est pas bonne, on la refait !

7 h 30. J'ouvre la fenêtre. Le soleil brille. Avant d'être mère, je voyais rarement le jour se lever. C'est beau la lumière du matin... j'en profite. «Profite de la vie», disait ma grand-mère morte centenaire. Je prépare un biberon. «À six ans, encore le biberon ! Tu devrais...» Stop. La vilaine petite voix qui me traite de mauvaise mère, me répète : «Peut mieux faire»... Un biberon de lait, une manière rapide et efficace de donner sa ration de calcium à une enfant qui aura peut-être pris son biberon jusqu'à six ans mais aura un bon squelette.
Sur la table, un carnet. Quand on ne se voit pas le matin, avec mon mari, on s'écrit des petits mots se terminant le plus souvent par une phrase simple : Je t'aime... tem... Ces carnets, je les garde comme des pierres d'amour. Je l'ouvre. Je ne vois rien sans mes lunettes... je râle.


  • Le courrier des auteurs : 16/09/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis quelqu'un qui cherche. En réalité, je me sens comme une poupée de porcelaine cassée, égarée, dans un monde insensé «plein de bruit et de fureur». En écrivant je retrouve, me retrouve, rassemble les morceaux, me rassemble, créant ainsi une de mes unités, «une personne» dans un univers auquel j'arrive parfois à trouver un sens.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le thème de ce livre est le bonheur, la reconnaissance de son bonheur et l'audace, le courage à le suivre.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Voilà ce qu'il fallait être : Juste une goutte d'eau. Se faire simple et claire pour prendre le soleil du monde, voir la vie en bleu, avant de tomber toute droite, abreuver la terre pour ceux qui suivent. Juste une goutte d'eau dans la lumière de la vie, voilà ce que chaque homme se devait d'être pour illuminer le temps.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Plusieurs histoires s'accordent assez bien avec Le canon en ré majeur sur une basse obstinée c'est-à-dire Le canon de Pachelbel. Dans ce canon à l'écriture polyphonique, il y a trois voix qui correspondent au personnage principal, au monde et au bonheur. Le bonheur étant «la basse obstinée», répétitive qui veut comme emporter les autres voix et grossit dans un mouvement lent, régulier, à quatre temps.
Pour Margot ou Le miracle de l'eau et Aïcha et la voie lactée, une autre musique s'impose à moi, c'est l'allegretto de la septième de Beethoven en La majeur. Mes héroïnes ont besoin de cette force-là, cette récurrence obstinée et violente pour oser affronter le monde. Margot ose «déranger» le tableau onirique et convenu de la plage du Lido, en y emmenant son enfant handicapé ; Aïcha et Jouriya décident de jeter leur voile, quitter leur mari et partir, se lever contre la tradition, l'Histoire. Le portable est plutôt Rock 'n' roll.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
J'aimerais partager la générosité des coeurs ouverts, la beauté surprenante et inouïe.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Pour écrire, j'ai besoin d'être seule, tranquille, immergée dans mon livre, sans obligation immédiate, sans entrave, l'esprit et le corps libre (j'écris en déshabillé, jamais entravée de vêtement). Je dois avoir la respiration libre pour écrire comme je respire. Les pages inspirées arrivent souvent la nuit et le matin ; l'après-midi est plus consacrée au travail de style, de structure, d' «artisane». J'écris avec n'importe quoi sur n'importe quoi. J'utilise la musique pour travailler le style car rien n'est plus fluide que la musique. Je lis mon texte à haute voix sur la musique qui lui correspond le mieux. Chaque texte a son tempo, ses sonorités, sa mesure, sa mélodie, son harmonie. La poésie, qui est pour moi la plus proche de la musique, est la plus belle écriture. Je rêve d'écrire un texte de quatre cents pages qui pourrait se chanter. A mon premier roman, mon directeur littéraire m'avait conseillé de choisir entre la poésie et la musique. «Je connais des arbres fous d'oiseaux», lui avais-je dit. «Moi, je n'en connais pas», m'avait-il répondu sèchement. La phrase n'était pas de moi mais de Paul Éluard, il ne le savait pas. Depuis, je n'ai jamais pu lui obéir car les arbres n'ont jamais cessé de me parler.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
L'inspiration ne m'a jamais laissée en paix. Tout m'inspire. Une petite voix tyrannique en moi me réveille parfois même la nuit, m'empêchant de dormir, et me dicte des pages entières, les plus belles. Parfois, j'ai peur que «ma petite voix» se taise. Je n'ai jamais connu «la panique de la page blanche».

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
L'écriture est entrée dans ma vie par l'émotion et la chanson. J'ai tout de suite retenu ce que j'aimais. Chez moi, on chantait, principalement la poésie mise en musique mais aussi, les très vieilles chansons de troubadours. On avait des cahiers de chansons. J'ai pleuré au Petit cheval de Paul Fort ou à La prière de Francis Jammes ; j'ai récité Aragon, Victor Hugo avant de savoir lire. Ensuite, dès que j'ai su tenir un crayon, j'ai écrit, joué les histoires que j'aurais voulu que l'on me raconte. Il y avait les histoires à succès dans le tiroir de droite ; les histoires à retravailler dans celui de gauche et, les autres, à la poubelle. Je n'ai jamais pensé être un écrivain car chez moi, c'était tout simplement impensable. Comme on me voyait toujours écrire, on me voyait bien secrétaire. Ce n'est pas moi qui ai donné mon premier roman aux éditeurs. Je ne me suis jamais dit : «Plus tard, j'écrirai un livre.» J'écrivais, j'en avais besoin, ça me faisait du bien, c'est tout. Ce besoin m'est resté, alors j'ai continué. Écrire, c'est comme respirer, on ne peut pas s'en passer. Avoir été longtemps une enfant malade, immobile a sans doute contribué à mon besoin d'évasion et m'a fait lire plus que d'autres mais ma soif de la beauté, mon empathie, mon hypersensibilité aux autres et au monde, mon besoin de comprendre, d'attraper la vérité a toujours été. Mon surnom était : «Mademoiselle Pourquoi, pourquoi ?» Mes mots d'enfant étaient : «Ce n'est pas vrai !», «Ce n'est pas juste !». Aujourd'hui, je suis toujours en quête de vérité et j'essaie d'accepter l'injustice mais la colère demeure. Je crois que sans les livres, j'aurais pu tuer et... il vaut mieux tuer un personnage de roman qu' «un vrai», ne trouvez-vous pas ?...


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia