Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Anne B. Ragde

est l'une des plus grandes romancières Scandinaves,

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Les personnages de Jacques Vandroux

lui offrent des nuits balanches

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

.. Brel : Chansons à la plume et au pinceau

Couverture du livre Brel : Chansons à la plume et au pinceau

Auteur : Bruno Brel

Illustrateur : Jean-Marc Héran

Date de saisie : 21/05/2015

Genre : Musique, Chansons

Editeur : Didier Carpentier, Paris, France

Prix : 17.90 €

ISBN : 9782841679379

GENCOD : 9782841679379

Sorti le : 15/05/2015

  • Les présentations des éditeurs : 23/05/2015

Depuis ce triste matin du 9 octobre 1978, les biographies de Jacques Brel se sont succédé, tantôt bien inspirées, tantôt assez fantaisistes.

Mais, que le lecteur se rassure, il ne s'agit pas ici de réécrire pour la ixième fois une «vie de...».

Succédant aux deux premiers ouvrages de la collection, consacrés à Brassens et à Renaud, Brel à la plume et au pinceau a pour principal souhait d'emmener le lecteur à la découverte du chanteur belge sous des angles un peu différents. D'une part le côté «familial» sous la plume de Bruno Brel qui dévoile ici quelques moments émouvants vécus par lui-même ou par son père Pierre, frère et souvent confident de Jacques.

D'autre part, l'aspect humoristique sous le pinceau de Jean-Marc Héran qui, toutefois, n'est pas avare de tendresse vis-à-vis de celui qui restera pour beaucoup le chanteur le plus humain de sa génération.

Le second souhait de l'écrivain et du dessinateur est également de dédramatiser quelque peu certaines chansons.

Car il ne faut jamais perdre de vue que ce «Jacky», tel que Bruno Brel a souhaité le nommer affectueusement dans ces pages, pratiquait l'auto-dérision avec une joie rarement dissimulée.

Bruno Brel est né en 1951 à Bruxelles. Dès l'âge de 16 ans, il se lance dans la chanson sur les traces de son oncle Jacques. Après avoir écume les cabarets et boîtes à chansons de Bruxelles, Paris et Montréal, il se produit sur des scènes de théâtres et de centres culturels dans plus de 25 pays, signant 10 albums de chansons en tant qu'auteur-compositeur-interprète. En 1994 il publie un premier roman, Le Touareg blanc, suivi de La Marchande de Bonbons en 2014.

Héran est dessinateur de presse et auteur de BD depuis 1981. Il a publié, entre autres, dans Le Canard Enchaîné, L'Express, L'Événement du Jeudi, La Grosse Bertha pour le dessin de presse. Pilote et Fluide Glacial pour la BD. C'est pour ce dernier qu'il crée la série «L'étoffe des Zéros» qui donnera lieu à quatre albums. Il est à l'origine, avec Jean-Paul Sermonte, de la collection «Chansons à la plume et au pinceau», dont il signe ici le troisième tome.


  • Les courts extraits de livres : 23/05/2015

HAINE

[Jacques Brel/Jacques Brel, 1954]

La «haine», la vraie, ne faisait pas partie du vocabulaire de la famille Brel.

20 décembre 1953. Pierre Brel, le frère de Jacques, son épouse Marie-Jeanne, son ami Léon Hellebuyck et sa femme Germaine, montent leurs tentes de camping dans un endroit autorisé du bois de Vincennes. Les deux équipages venaient de quitter Bruxelles le matin même dans le but de rallier Léopoldville, capitale de l'ex-Congo belge, sur des motos Harley-Davidson auxquelles étaient attelés d'impressionnants side-cars. La première traversée de l'Afrique à moto.

Averti par lettre quelques jours auparavant, Jacky fait le trajet en bus, partant du petit hôtel de Montmartre où il logeait depuis que Jacques Canetti l'avait fait venir récemment à Paris. Mon père était très ému lorsqu'il m'a raconté ce moment de retrouvailles avec son frère.

«Jacques était d'une maigreur à faire peur. Il était prévu qu'il partage notre repas de "voyageurs". En le voyant dans cet état, les femmes se sont mises à faire la tambouille pour une famille nombreuse. Mais Jacques a touché à peine à son assiette. Extrêmement nerveux, il rallumait tout le temps sa pipe. Il s'efforçait de me faire croire que tout allait bien, qu'il serait bientôt engagé officiellement aux Trois Baudets et que Canetti allait peut-être lui enregistrer un disque. Ses mains tremblaient beaucoup. C'était mon petit frère que je voyais souffrir devant moi. J'ai posé ma main sur la sienne et je lui ai dit bêtement :
- Jacky, quand est-ce que tu vas faire un métier sérieux ? Alors, d'un geste de la tête, il a désigné les deux motos :
- Parce que traverser l'Afrique avec ça, c'est sérieux peut-être ? !
Je n'avais plus rien à dire.»

Les aventuriers mettent plusieurs mois avant d'atteindre la capitale du Congo. Accueillis comme des héros, ils multiplient les interventions radiophoniques. À la fin de l'une d'elles, le directeur de la station demande à Pierre : «Brel... Brel... Ça me dit quelque chose... Vous n'auriez pas quelqu'un qui chante dans votre famille, par hasard ? Nous venons tout juste de recevoir ce disque !» La première chanson de l'album était La Haine. Dès les premiers mots de Jacky, Pierre se met à pleurer à chaudes larmes. L'émotion est trop forte. Ainsi, Canetti avait tenu sa promesse. Mon père a serré alors ma mère dans ses bras : «Tu vois, à partir de maintenant, je n'aurai plus jamais honte de pleurer devant qui que ce soit !»

Voilà pour l'anecdote familiale. Ce ne sont certes pas les phrases dures de cette chanson qui ont fait pleurer mon père, on s'en doute. «La haine», la vraie, ne faisait pas partie du vocabulaire de la famille Brel. Elle n'était ici que prétexte à une oeuvre. Mais placer cette chanson en ouverture du premier album d'un artiste nouveau était une gageure qui ressemblait bien aux défis que se lançait Jacques Canetti. Les tout premiers mots devaient frapper, voire choquer, en tout cas, interpeler. Mais... n'était-ce pas ce qu'il avait déjà fait avec un certain Gorille trois ans plus tôt ?


  • Le courrier des auteurs : 23/05/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Je m'appelle Jean-Marc Héran. Je suis dessinateur de BD et de presse. J'ai oeuvré entre autres à Fluide Glacial et au Canard Enchaîné.
Actuellement, mes dessins constituent le «pinceau» et le fil rouge de la collection «Chansons à la plume et au pinceau» aux éditions Carpentier, regards croisés entre un écrivain et un dessinateur autour d'un artiste de la chanson francophone.
J'ai initié cette collection avec un «Brassens» en 2013 avec Jean-Paul Sermonte à la plume, puis en 2014 un «Renaud» avec Baptiste Vignol. En mai 2015, c'est au tour de «Brel» avec Bruno Brel, le neveu du grand Jacques. Il sera suivi, en novembre 2015, par un «Johnny Hallyday» avec Michel Kemper.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Jacques Brel, évidemment. Deux regards complices et complémentaires sur 43 chansons du grand Jacques : celui de Bruno Brel qui nous livre une version «intime» mais pleine de tendresse et de pudeur de l'oeuvre de son oncle et mes dessins dans lesquels je m'efforce de donner en une image ma vision personnelle de la chanson.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Difficile à dire pour un ouvrage à quatre mains pour moitié constitué d'images... Je citerai donc un extrait de la préface que le chanteur Yves Jamait nous a fait l'amitié d'écrire :
«Un visage pâle ruisselant de sueur, puis un corps dégingandé aux bras beaucoup trop grands furent ma toute première vision de cet homme qui chante et dont ma mère en levant les yeux me dira : " c'est Jacques Brel, un grand monsieur... "»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une chanson de Brel bien sûr... Peut-être «On n'oublie rien».

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Mon amour sans faille pour la chanson. Elle m'est depuis toujours une compagne fidèle et indispensable.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Je n'ai pas grand choix pour le lieu : ma table à dessin et ma tablette graphique... De même pour les horaires : nous avons 6 à 8 mois pour réaliser un ouvrage. Si on veut qu'il soit de qualité, c'est un minimum et il est bien souvent nécessaire de travailler jour et nuit.
Pour la musique, elle s'impose d'elle même : je travaille en immersion totale avec l'artiste et son oeuvre. Donc pour celui-ci, Brel, Brel, Brel...

7) Comment vous vient l'inspiration ?
J'écoute en amont la chanson à illustrer, à plusieurs reprises, j'essaie de m'imprégner de son esprit, de ce qui s'en dégage et je laisse mon imagination vagabonder et générer des images. En aucun cas je ne cherche à «paraphraser» le texte mais plutôt à produire une image «juste» de la chanson.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Adolescent, j'admirais particulièrement deux dessinateurs : Gotlib et Cabu. Je rêvais de «faire comme eux». Je suis doublement chanceux puisque, d'une part, je l'ai fait, d'autre part j'ai travaillé avec les deux et ils sont devenus des amis.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Très difficile à dire là aussi. Je suis lecteur depuis que j'ai appris à lire. Le meilleur ami de mes parents était un libraire comme je les aime : passionné et passionnant. J'ai passé nombre d'heures dans sa boutique à dévorer des bouquins et j'ai des goûts très éclectiques. Alors dire qui ont été les premiers... Alors je répondrai à côté en citant quelques uns de mes auteurs de chevet favoris : Arto Paasilina, Antoine Blondin, Philippe Djian, Arturo Perez-Reverte, René Fallet... Il y en a des dizaines d'autres mais la liste serait trop longue...

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
J'ai longtemps été professeur de dessin et quand mes élèves me demandaient à quoi servait l'Art, je répondais : «A rien, et c'est pour ça que c'est indispensable». C'est une boutade mais à peine. Une vie où tout serait utile, où tout «servirait» serait d'une infinie tristesse.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia