Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Corps désirable

Couverture du livre Corps désirable

Auteur : Hubert Haddad

Date de saisie : 12/11/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Zulma, Honfleur, France

Collection : Littérature française

Prix : 16.50 €

ISBN : 9782843047480

GENCOD : 9782843047480

Sorti le : 20/08/2015

  • Les présentations des éditeurs : 08/09/2015

C'est un sujet fascinant dont s'empare ici Hubert Haddad. Un célèbre neurochirurgien s'apprêterait à effectuer une greffe inouïe : transplanter la tête d'un homme sur le corps d'un autre...
Journaliste engagé, en lutte ouverte contre les trusts pharmaceutiques et les mafias de la finance, Cédric Allyn-Weberson vit avec Lorna une passion entière, charnelle, amoureuse. Jusqu'au jour où il se trouve confronté à une violence radicale, celle de perdre accidentellement l'usage de son corps. Se met alors en branle une machine infernale.
Roman au suspense continu, Corps désirable captive par la magie d'une écriture lumineuse qui donne à éprouver intimement les sensations les plus subtiles des personnages - questions lancinantes de l'amour, de l'incarnation du désir et des illusions de l'identité.

Face aux questions éthiques et existentielles soulevées par une actualité brûlante, entre extravagances de la science et quête d'identité, Hubert Haddad pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements. Plus que jamais, avec Corps désirable, l'auteur de Palestine ou du Peintre d'éventail nous bouleverse et nous emporte. Et c'est sans doute la marque de son oeuvre que de recourir aux pouvoirs de l'imaginaire pour saisir sur le vif la complexité et les ambiguïtés d'une époque.



  • La revue de presse Corinne Renou-Nativel - La Croix du 11 novembre 2015

Avec subtilité, Hubert Haddad livre un conte fascinant sur le projet de greffe d'un nouveau corps à un homme grièvement blessé...
L'écrivain confirme une fois de plus la dimension protéiforme de son talent avec ce conte envoûtant où l'inenvisageable est envisagé, l'impensable pensé. Avec subtilité, il glisse d'un genre à l'autre, double l'histoire d'amour d'une intrigue policière, enrichit le récit d'un défi médical d'une trame métaphysique. Dans un style d'une belle élégance, il crée un suspense oppressant, maîtrisé jusqu'à la pirouette de la dernière phrase.


  • La revue de presse Eric Chevillard - Le Monde du 3 septembre 2015

Fascinante et redoutable perspective que la communauté scientifique estime encore bien incertaine, bien lointaine en tout cas, et dont Hubert Haddad précipite l'échéance dans son roman sans ­cacher ni la source de son inspiration ni sa défiance : son chirurgien se nomme Giorgio Cadavero, il ne s'embarrasse guère des questions éthiques et philosophiques que son projet soulève pourtant en nombre et auxquelles le romancier va s'intéresser à sa place avec beaucoup de gravité. Hubert Haddad ne néglige rien. La technique de la greffe semble n'avoir aucun secret pour lui, je lui confierais sans peur mon auriculaire à recoudre. Et sa connaissance du sujet, osons le dire, donne du corps à son propos. L'intrigue romanesque est ici un prétexte permettant de mettre en scène le cas d'école. Elle prend sur la fin un tour criminel un peu forcé, mais qu'importe. L'écriture est belle, déliée, y compris dans les passages où l'auteur s'interroge sur les enjeux de cette chirurgie thauma­turgique.


  • Les courts extraits de livres : 03/07/2015

Prologue

L'immortalité n'aura bientôt plus de secret pour l'homme. Nous l'avions déjà découverte à l'état naturel chez une insignifiante méduse sans coeur ni cervelle, la turritopsis, qui, une fois atteint un seuil critique de maturité, voit son cycle de vie s'inverser, revenir à l'état juvénile, avant un nouveau déclin, et cela indéfiniment. Tout ce que promettent les sciences se réalisera fatalement. En concurrence probable avec la bionique, d'ici quelques années, la chirurgie transplantatoire saura reconstituer l'homme intégral, comme dans certain roman gothique. Bienheureux ou martyrs, quelques élus pourront ainsi vivre plusieurs vies successives avec une seule et même tête, en éclaireurs d'une humanité pérenne. Quant aux questions des usages du corps amoureux et de l'intégrité de la conscience ou de l'âme, il faudrait pour y répondre en faire soi-même l'épreuve charnelle, en cobaye de l'éternité.

Un jour peut-être, bien plus tard, si la biodiversité l'autorise, quand l'espèce humaine en coma dépassé aura remonté à bloc l'horloge de l'apocalypse, les enfants et les idiots se demanderont avec une candeur intacte ce qu'était le monde avant la création de l'homme.

I

Il ne reconnaît pas vraiment cette ville, en dépit d'un air presque inquiétant de familiarité sans doute lié à l'heure, au clair-obscur crayonnant les façades dans la lumière du soir, mais c'est d'un pas assuré qu'il se rend à l'Hôtel de la Solitude où, dans son souvenir, une chambre a dû lui être£ réservée. Avec le crépuscule, dans l'azur profond, des enseignes lumineuses se découpent au-dessus des toits sur fond de montagnes.
Il y a foule encore, des jeunes couples, des vieillards endeuillés, des handicapés en tout genre, des cohortes de religieuses à cornette réjouies comme des collégiennes. Alors qu'il traverse un haut pont de pierre jeté sur une rivière qui gronde, torrentueuse, contre les piliers des arches, un individu vêtu de noir lui touche l'épaule dans la pénombre. Surpris, il sursaute et bondit en arrière. «Quoi, que me voulez-vous ?» s'exclame-t-il, sur ses gardes. Il lui semble l'avoir aperçu tout à l'heure : devant la gare, tous deux piétinaient en vain dans l'attente d'un taxi. L'autre l'aura probablement suivi jusqu'à ce pont mal éclairé. «Vous êtes bien Cédric Allyn-Weberson ?» lui demande posément son interlocuteur. Il remarque à ce moment sa mise soignée, l'air compatissant d'ordonnateur des pompes funèbres plaqué sur sa face bleuâtre. «Je me présente, ajoute ce dernier, maître Puith, avocat à la cour. Mais ce n'est pas à ce titre que je me suis permis...» Il lui saisit le bras en baragouinant de vaines excuses et l'entraîne du côté illuminé de la ville. Incohérent, plein d'allusions tour à tour enjouées et querelleuses, l'inconnu discourt en chemin d'une transaction ou d'un marché dont il se prétend le mandataire. Au bar de l'hôtel, soudain affable devant un verre, il explique plus clairement sa démarche : on voulait lui acheter l'exclusivité de son nom. Rien de moins. Un financier texan proposait une somme considérable pour que Cédric Allyn-Weberson lui cédât son patronyme. «Vous comprenez, poursuit d'une voix étrangement pâteuse l'avocat, ce nom n'a pas d'équivalent, vous êtes le seul au monde à le porter depuis la mort subite de monsieur votre père...» Les rêves loquaces sont rares ; on s'éveille d'habitude assez vite quand des paroles distinctes parviennent à la conscience. La mort subite de son père ! À peine a-t-il le temps de s'offusquer que toute la scène s'évanouit dans une torpeur inquiète.
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia