Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Délivrances

Couverture du livre Délivrances

Auteur : Toni Morrison

Traducteur : Christine Laferrière

Date de saisie : 01/10/2015

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Bourgois, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-267-02878-2

GENCOD : 9782267028782

Sorti le : 20/08/2015

  • Les présentations des éditeurs : 17/10/2015

Dans son onzième roman, qui se déroule à l'époque actuelle, Toni Morrison décrit sans concession des personnages longtemps prisonniers de leurs souvenirs et de leurs traumatismes.
Au centre du récit, une jeune femme qui se fait appeler Bride. La noirceur de sa peau lui confère une beauté hors norme. Au fil des ans et des rencontres, elle connaît doutes, succès et atermoiements. Mais une fois délivrée du mensonge - à autrui ou à elle-même - et du fardeau de l'humiliation, elle saura, comme les autres, se reconstruire et envisager l'avenir avec sérénité.

«Rusé, sauvage, et élégant... Toni Morrison distille des éléments de réalisme et d'hyper-réalisme dans un chaos magique, tout en maintenant une atmosphère narrative séductrice et poétique, voire toxique... Une fois encore, Toni Morrison déploie une écriture courageuse et sensuelle qui fait d'elle, sans doute, la plus grande romancière contemporaine.» Lisa Shea, Elle

«Toni Morrison ajoute une nouvelle pierre à l'édifice d'une oeuvre [...] au sein de laquelle elle ne cesse d'examiner, d'interroger les conflits et les changements culturels de notre époque. Délivrances est incontestablement un nouveau chef-d'oeuvre.» Jane Ciabattari, BBC



  • La revue de presse Nathalie Lacube - La Croix du 2 septembre 2015

Beau et tragique comme une chanson de Billie Holiday, le dernier livre de Toni Morrison questionne le mal absolu, les crimes contre les enfants, sans renoncer à l'espoir...
La grande dame de la littérature américaine conserve intacte, à 84 ans, sa colère contre le mal qui broie l'innocence. Elle prend la liberté d'aller où elle veut, de dire une parole essentielle que les lecteurs suivront, hypnotisés. Comment se délivrer du mal, comment guérir des blessures, comment repousser les ténèbres  ?...
Écrivain énorme, par l'ampleur des thèmes brassés, la précision de sa construction narrative, la profondeur de ses personnages, les éclats d'humour et les touches de mystère qui composent son oeuvre, Toni Morrison est aussi, avant tout, une moraliste en quête de justice et de pardon.


  • La revue de presse Florence Noiville - Le Monde du 27 août 2015

Voilà plus d'un demi-siècle que Toni Morrison, Prix Nobel de littérature 1993, restitue les traumas, les maux et les blessures des Noirs américains. Avec une âpreté mais aussi un lyrisme et une poésie qui ont fait d'elle la grande voix de l'Amérique multiraciale. A 84 ans, elle publie son onzième roman, qui s'intitule en anglais God Help the Child (« Que Dieu vienne en aide à l'enfant »). Au moment où les Etats-Unis souffrent d'un regain de tensions raciales, ce livre résonne comme une prière on ne peut plus actuelle. Une prière dont le but ultime serait de délivrer - le titre français est Délivrances. Délivrer, aux sens multiples de libérer, donner, accoucher... Délivrer au sens de «Délivrez-nous du mal» et de tout le reste : voilà l'idée qu'explore Morrison dans ce texte où l'on retrouve, comme dans une chambre d'échos, nombre des thèmes qui irriguent son oeuvre.


  • La revue de presse Valérie Marin La Meslée - Le Point du 26 août 2015

Voici le grand retour de Toni Morrison qui nous avait laissés sur Home, un livre court et essentiel, au titre intraduisible, disant à la fois maison, foyer, havre, appartenance...
Cette fois, ce n'est plus dans la longue et douloureuse histoire afro-américaine qu'elle a puisé le sujet de son onzième roman, mais dans la société contemporaine, saisie avec une stupéfiante modernité, y compris de langage...
Les deux thèmes majeurs du livre sont installés : comment vivre avec une couleur de peau qui demeure un enjeu brûlant dont l'actualité américaine ne cesse de témoigner ? Comment vivre, aussi, lorsqu'on a subi de près ou de loin dans l'enfance l'agression sexuelle d'un adulte ?


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 2 septembre 2015

La compassion magnifique de Toni Morrison pour son héroïne, maudite pour être née la peau noir bleuté. L'enfant est un personnage récurrent, omniprésent dans la galaxie des figures que Toni Morrison convoque, de livre en livre, sur la scène de son éblouissant théâtre romanesque...
D'autres enfants habitent les pages fluides de Délivrances. Filles et garçons, noirs ou blancs, vivants ou morts. Il y a Lula Ann, Rain, Adam, d'autres qui parfois n'ont pas de nom, qu'on ne fait qu'entrevoir. Ils sont toujours victimes - du racisme, de la prédation sexuelle, des défaillances morales des adultes.


  • La revue de presse Laëtitia Favro - Le Journal du Dimanche du 16 août 2015

La Prix Nobel de littérature 1993 revient, à 84 ans, avec Délivrances qui raconte l'histoire d'une fille rejetée par sa mère à cause de la noirceur de sa peau...
Au-delà du ségrégationnisme mis en lumière dans l'intégralité de son oeuvre, Toni Morrison explore dans ce récit la façon dont les préjugés, le racisme des Blancs envers les Noirs, vont jusqu'à modeler les relations sociales des Noirs entre eux, empoisonnant l'inconscient collectif américain. L'adoption de la narration à voix multiples, déjà éprouvée dans Home, rend avec d'autant plus de violence cette injuste réalité. L'auteur, aura néanmoins pris soin de laisser place au sous-entendu, un art qu'elle maîtrise à la perfection, donnant à ce court roman une envergure beaucoup plus vaste que ses 200 pages. Au coeur des bouleversements de son époque, la grande dame au célèbre franc-parler apporte avec ce conte poétique et cruel une nouvelle pierre à son entreprise de mémoire collective de la nation américaine.


  • La revue de presse Hubert Artus - Marianne, août 2015

Après avoir toujours travaillé sur le passé américain et autour des mémoires collectives, voici que le grand écrivain Toni Morrison pose son scanner littéraire sur notre temps et sur la mémoire individuelle. Un grand roman sur les préjugés, l'inconscient collectif, les relations familiales, mais plus encore sur la dignité.


  • Les courts extraits de livres : 17/10/2015

Sweetness

Ce n'est pas de ma faute. Donc vous ne pouvez pas vous en prendre à moi. La cause, ce n'est pas moi et je n'ai aucune idée de la façon dont c'est arrivé. Il n'a pas fallu plus d'une heure après qu'ils l'avaient tirée d'entre mes jambes pour se rendre compte que quelque chose n'allait pas. Vraiment pas. Elle m'a fait peur, tellement elle était noire. Noire comme la nuit, noire comme le Soudan. Moi, je suis claire de peau, avec de beaux cheveux, ce qu'on appelle une mulâtre au teint blond, et le père de Lula Ann aussi. Y a personne dans ma famille qui se rapproche de cette couleur. Ce que je peux imaginer de plus ressemblant, c'est le goudron ; pourtant, ses cheveux ne vont pas avec sa peau. Ils sont bizarres : pas crépus, mais bouclés, comme chez ces tribus qui vivent toutes nues en Australie. Vous pourriez croire qu'elle nous renvoie en arrière, mais à quoi ? Vous auriez dû voir ma grand-mère : elle se faisait passer pour blanche et n'a jamais rien dit d'autre à aucun de ses enfants. Toute lettre qu'elle recevait de ma mère ou de mes tantes, elle la renvoyait sur-le-champ, intacte. Pour finir, elles ont saisi le message comme quoi il n'y avait pas de message et elles l'ont laissée tranquille. Presque tous les types de mulâtres et presque tous les quarterons faisaient ça, dans le temps ; à savoir s'ils avaient les bons cheveux. Vous imaginez combien de Blancs ont dans les veines du sang noir qui circule et qui se cache ? Devinez. Vingt pour cent, à ce que j'ai entendu. Lula Mae, ma propre mère, aurait facilement pu se faire passer pour blanche, mais elle a choisi de s'abstenir. Elle m'a dit le prix que lui avait coûté cette décision. Quand mon père et elle sont allés au tribunal pour se marier, il y avait deux Bibles et il a fallu qu'ils posent la main sur celle réservée aux Noirs. L'autre était pour les mains des Blancs. La Bible ! Incroyable, non ? Ma mère était femme de ménage chez un riche couple de Blancs. Ils mangeaient chacun des repas qu'elle cuisinait et insistaient pour qu'elle leur frictionne le dos pendant qu'ils restaient assis dans la baignoire, et Dieu sait quelles autres choses intimes ils lui faisaient faire, mais hors de question qu'elle touche la même Bible.
Certains d'entre vous croient probablement qu'il n'est pas bon qu'on se regroupe en fonction de notre couleur de peau - plus elle est claire, mieux c'est - dans des clubs, des quartiers, des églises, des sororités, voire des écoles pour enfants de couleur. Mais comment pouvons-nous autrement conserver un peu de dignité ? Comment pouvez-vous autrement éviter de recevoir des crachats au drugstore et des coups de coude à l'arrêt de bus, de marcher dans le caniveau pour laisser tout le trottoir aux Blancs, de devoir payer cinq cents un sac en papier gratuit pour la clientèle blanche ? Sans compter les insultes. J'ai entendu parler de tout ça et de beaucoup, beaucoup d'autres choses. Mais grâce à sa couleur de peau, ma mère ne se voyait pas empêchée d'essayer des chapeaux dans les grands magasins, ni d'utiliser leurs toilettes. Et mon père pouvait essayer des chaussures à l'avant de la boutique, pas dans une arrière-salle. Ni l'un ni l'autre ne se serait autorisé à boire à une fontaine «réservée aux gens de couleur», même s'ils mouraient de soif.


  • Le courrier des auteurs : 17/10/2015

1) Qui êtes-vous ? !
Une traductrice littéraire, ce qui signifie être un peu une éminence grise...

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La couleur de l'enfance, tant au sens propre que figuré du terme.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"J'ai vendu mon élégante noirceur à tous ces fantômes de mon enfance et maintenant ils me la payent."

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
"I Wanna Dance With Somebody", de Whitney Huston. Et peut-être aussi "Unchain My Heart", de Ray Charles.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Je ne partage pas : je leur propose et ils prennent ce qu'ils veulent ou ce qu'il faut, et bien souvent les deux !

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Du moka d'Éthiopie ou du Lapsang Souchong avant de me mettre à l'ouvrage.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Par le travail, encore le travail et toujours le travail.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
La traduction s'est imposée comme une évidence le jour où, par un généreux hasard, on m'a proposé de m'y essayer.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
"1984" d'Orwell, lu cinq fois en un mois à l'âge de 14 ans. Puis Wilde pour l'immense finesse. Montherlant pour la rigueur et la vigueur. Shakespeare m'a rendue folle amoureuse de Richard III, et Dostoïevski, de Raskolnikov.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Ce qu'ils nous offrent aide à vivre mieux, voire à survivre. Mais s'il m'est difficile de préciser davantage à quoi ils servent, j'espère toujours, en traduisant, dignement les servir.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia