Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

.. L'homme de ma vie

Couverture du livre L'homme de ma vie

Auteur : Yann Queffélec

Date de saisie : 17/11/2015

Genre : Littérature, essais

Editeur : Guérin, Chamonix, France

Collection : Démarches

Prix : 19.50 €

ISBN : 9782352210887

GENCOD : 9782352210887

Sorti le : 01/10/2015

  • Les présentations des éditeurs : 17/02/2016

- Papa ?... Tu ne vas pas y croire, papa.
- Je sais, la femme de ménage m'a prévenu.
- Je viens d'acheter un poisson rouge.
-...
- En fait, papa, c'est moi qui ai le Prix Goncourt cette année.
- J'ai du boulot, p'tit vieux, raccroche.
- C'est pas vrai pour le poisson.
-...
- C'est juste vrai pour le Goncourt.
- La femme de ménage m'a...
-... t'a prévenu, ça va !
Et soudain, j'en ai marre de cette ombre confinée toute grouillante d'acariens à tête de mort, du souffle de papa, du souvenir de maman, je n'ai pas assez de mots pour m'excuser du temps que je lui fais perdre, à mon père, avec tout ça, avec moi, ma vie, au revoir papa, désolé, pardon, merci...
Et ce fut la première et la dernière fois où, sans même raccrocher, pris d'une rage de perdition, je mis en pièces le téléphone encrassé d'une cabine publique comme s'il y allait de ma vie.
Le Goncourt ! J'étais lauréat du Goncourt ! La honte ! Il ne me le pardonnerait jamais...

Dans ce récit drôle et bouleversant, l'auteur des Noces Barbares - Prix Goncourt 1985 - met à nu les secrets et les joies d'une enfance tourmentée. L'écrivain des enfances meurtries joue brillamment sur la gamme des émotions : rire, larmes, et plaisir des retrouvailles avec un temps disparu, celui des pères qu'on craignait et qu'on admirait.

Prix Goncourt 1985 avec Les Noces barbares, Yann Queffélec est l'auteur d'une quinzaine de romans dont Ma première femme (Fayard, 2005), La Dégustation (Fayard, 2005) et L'Amante (Fayard, 2006).



  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express, novembre 2015

L'Homme de ma vie, l'un de ses plus beaux livres, assurément...
De ses poèmes à l'âge de 7 ans ("C'est toi, l'auteur de ces torchons ?") à son Goncourt pour son deuxième roman à 36 ans ("Je sais, la femme de ménage m'a prévenu"), Yann ne récoltera qu'incompréhension et maladresses. Et pourtant. En lisant ce délicieux patchwork de souvenirs d'enfance et de vie, on comprend entre les lignes que Queffélec père et fils, tous deux amoureux de la mer et des contrées lointaines, sont complices et semblent liés, quoi qu'en pense "p'tit vieux", par une pudique et belle admiration.


  • La revue de presse Gilles Martin-Chauffier - Paris-Match, novembre 2015

Yann Queffélec ausculte ses relations douloureuses avec son père, Henri. Et a l'art de soigner ses mots...
Du coup, aujourd'hui, il raconte tout. C'est le baiser de Judas. Mais c'est magnifique. Les rigolades de l'enfance, les détresses du jeune homme, la mort de la mère, les traversées du golfe de Gascogne et... Papa. Qui ne pourra pas se plaindre. Peu d'écrivains auront jamais droit à une biographie aussi douce et juste. Même une dissection peut être tendre. Si la valeur d'un père se mesure à celle de son fils, ce livre qui arrache les larmes est un hommage parfait


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 28 octobre 2015

L'auteur des Noces barbares remue le couteau dans la plaie, toujours à vif, laissée par un père peu aimant. C'est un livre qu'il portait en lui comme un chagrin secret. Un livre obligatoire, impératif...
La blessure sourd au fil des pages, elle rampe et se faufile dans les souvenirs d'enfance, d'adolescence, puis de jeunesse qu'égrène Yann Queffélec, avec la vigueur, l'âpre élégance, l'humeur turbulente, la pente drolatique, aussi, qu'on lui connaît. On s'y promène entre le Paris des années 1950-1960 et le Finistère. Evidemment, on y prend la mer, pour voguer bien plus loin encore...
Le chagrin, pourtant, ne leste pas le livre de Yann Queffélec. Au contraire, jusqu'aux ultimes et très belles pages, qu'on oserait presque dire apaisées, il en est le nerf, le ressort entêté. -


  • Les courts extraits de livres : 17/02/2016

Avant-propos

Au tournant du siècle dernier, j'eus envie d'écrire un bouquin sur Henri Queffélec, l'auteur de mes jours disparu le 13 janvier 1992. Un hommage ? Oui et non. Un portrait-robot mêlant père et fils sur fond de brouhaha familial pas toujours de bon aloi. Je dus renoncer après quelques paragraphes à hue et à dia. Comme disait Gertrude Stein : si je possédais le sirop, il refusait de couler. De plus, j'ignorais quel était mon héros : «mon père» ou «papa» ? Incapable de choisir entre les deux sosies, craignant le syndrome de Buridan, je renvoyai cette écriture à d'autres calendes. On n'est jamais déçu, avec l'écriture. Quand elle a faim, elle ne cesse de vous mordiller comme un chiot rageur, de japper sur la page : écris-moi ! écris-moi ! Repoussez-la, elle va faire un tour et revient avec un appétit redoublé. Elle est revenue ces jours-ci, pour ne rien vous cacher, elle s'en fiche désormais qu'on l'appelle «mon père» ou «papa». C'est juste qu'elle n'en peut plus d'avoir faim. C'est elle ou moi.

1

Kodak

Mon père, un Finistérien pure souche, était grand, blond, les yeux bleus, des mains d'archange. Il parlait français, grec, latin, breton... Breton non, d'ailleurs, il en souffrit toute sa vie. Il avait grandi à Brest dans un gynécée de plein-vent, quatre étages où ne vivaient pas moins de huit femmes à sa dévotion : sa mère, deux grands-mères et cinq soeurs dont la grâce atypique divisa toujours l'opinion. De chez eux, par-dessus la rade, on devinait l'horizon, les îles du Ponant, Molène. Il y avait aussi Jean, le frère cadet, un vrai beau gosse de série B, celui-là, futur officier de marine. Tous portaient le deuil de Joseph Queffélec le Grand - le capitaine d'artillerie coloniale et chef de tribu Joseph Queffélec tombé à Verdun en injuriant les Boches.
Où retrouver son père, l'homme de sa vie, quand on a de lui seulement trois souvenirs ? Nulle part. On se console en marchant vers Dieu, vers l'Ouest, droit devant.
Chemin faisant, papa croisa la fée des grèves et ne jugea pas antagonistes la tentation des sens et la foi. Plus tard il épousa maman. Sa soeur Jeanne, philosophe de haut niveau, créature au nez proéminent, désapprouva cette union. De rage, elle tapa du pied en s'écriant : «Loulou !» (Un dieu celtique, probablement, d'elle seule connue.) Pour elle, il ne faisait aucun doute que son frère aurait dû : soit être ordonné prêtre, soit l'épouser elle et non cette usurpatrice d'Yvonne, une étrangère à la famille Queffélec, fort jolie qui plus est. Par la suite, Jeanne s'incrusta dans un célibat sans retour et tint pour sujette à caution toute parole émanant de sa belle-soeur. De temps à autre, elle envoyait à son frère un mandat télégraphique, sorte d'allocation familiale. Pas rancunière, avec ça !

Voici une branche généalogique de l'arbre Queffélec Henri. Beaucoup de rameaux noirs avec du bleu consolateur entre les rameaux.
Chevalier Budoc-Efflam Queffélec de Kerkaradec (treizième siècle. Si ce n'est qu'il fut sans doute un compagnon de Marco Polo, cité dans le Devisement des Mondes, on ne sait rien de lui.)
Joseph Queffélec (1869-1916), épouse Henriette Guyader (1878-1947). Ils engendrèrent Marie, Germaine, Renée, Jeanne, Thérèse, Henri, Jean, soit la bagatelle de sept bouches à nourrir. (À se demander combien de bouches auraient attendu leur becquée au 33, place du Château, si la guerre n'avait contraint le sémillant Joseph à d'autres devoirs, tout aussi prenants et virils.)
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia