Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Raymond Carver : une vie d'écrivain

Couverture du livre Raymond Carver : une vie d'écrivain

Auteur : Carol Sklenicka

Traducteur : Carine Chichereau

Date de saisie : 08/12/2015

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 25.00 €

ISBN : 978-2-87929-811-5

GENCOD : 9782879298115

Sorti le : 05/11/2015

  • Les présentations des éditeurs : 20/01/2016

Figure majeure de la littérature contemporaine, Raymond Carver (1938-1988) s'est toujours montré d'une grande discrétion, alimentant sans le vouloir une quantité de légendes qui font désormais partie du «mythe Carver».
Cette biographie retrace minutieusement le parcours littéraire et personnel de celui dont la voix aura marqué à jamais plusieurs générations d'écrivains - et de lecteurs.
L'enfance au sein d'une famille ouvrière, les années de galère, les premiers écrits, les innombrables échecs, les rencontres décisives avec Gordon Lish et Gary Fisketjon, ses éditeurs, jusqu'à la consécration finale, c'est toute une vie qui se déroule sous nos yeux.
Une vraie «vie d'écrivain», où l'amitié et la recherche obstinée de l'excellence auront joué un rôle essentiel.

Carol Sklenicka est née en 1948 en Californie. Fruit de dix années de recherches, nourrie par des centaines d'heures d'interviews et de témoignages inédits, cette biographie demeure l'ouvrage de référence sur le «Tchékhov américain».



  • La revue de presse Christine Ferniot - Lire, décembre 2015

Précisant avec constance que l'existence ne l'a pas épargné, elle retrace son parcours, ses batailles, ses errances, tout ce qui, semble-t-il, fut le terreau de son inspiration d'écrivain de fiction et de poète. L'ouvrage est passionnant, parsemé de témoignages qui composent ainsi le portrait d'un créateur et le visage d'un homme.


  • La revue de presse Virginie Bloch-Lainé - Libération du 5 novembre 2015

Comment rendre aventureuse une vie en forme de spirale infernale - boulots pénibles, démissions, endettement abyssal, déménagement hâtif, bagarres conjugales, dépression, cuites suivies de violences et on reprend depuis le début ? Carol Sklenicka y parvient au long des 700 pages de sa biographie de Raymond Carver...
Mais avant même la décennie d'éclaircie que connut Carver, la biographie est captivante. De la spirale se dégagent les strates qui composent un être bouleversant, fragile mais sûr de sa vocation...
Des chapitres brefs, des citations de Tchekhov, Camus, Max Frisch ou Kundera, trouvées dans les carnets de Carver et placées en tête de chapitre comme autant de portraits de biais, donnent à l'ensemble pourtant si dense une cadence soutenue.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 4 novembre 2015

Portée par la tonalité intime des poèmes et nouvelles de Raymond Carver, Carol Sklenicka lie témoignages directs et archives. Et parvient à nous faire toucher l'être profond de ce grand auteur...
C'est que les faits ne prennent jamais le pas sur l'analyse des textes, que l'auteure sans cesse relie, avec autant de clarté que de subtilité, la vie et les écrits...
Il fut donc, oui, sur le front, peintre attentif, empathique, ironique parfois, de la classe populaire américaine dont il ausculta le quotidien, le désarroi et les défaites. Bien loin pourtant de la sociologie, à l'école bien sûr de son maître Tchekhov, son regard sur l'existence humaine prétendait à d'autres altitudes, métaphysiques et poétiques.


  • Les courts extraits de livres : 20/01/2016

Extrait de l'introduction

«L'homme ne peut jamais savoir ce qu'il faut vouloir car il n'a qu'une vie et il ne peut ni la comparer à des vies antérieures ni la rectifier dans des vies ultérieures.»

Milan Kundera,
L'Insoutenable Légèreté de l'être

Très peu de nouvellistes américains ont connu une gloire comparable à celle de Raymond Carver dans les années 1980. Comme sa prose très tenue et empreinte d'oralité fait très fréquemment allusion à des choses invisibles, mystérieuses, les critiques l'ont intronisé père du minimalisme. Les écrivains et ceux qui enseignent l'écriture ont loué et imité son style. Les lecteurs apprécient ses histoires sombres, drôles aussi dans bien des cas, et parfois porteuses d'une transcendance, qui relatent souvent la vie des travailleurs pauvres. Carver a écrit sur les problèmes d'argent, l'alcoolisme, les couples en difficulté, les enfants négligés ; sur ces crises intérieures muettes qui, pour une grande part, sont le fruit de la malchance ou de l'indifférence, plutôt que de la méchanceté. Il connaissait bien ces moments de troubles car il en a connu presque toute sa vie.
Et il a payé très cher les expériences qui ont nourri son art.

Quand arrivèrent les épreuves de son premier recueil de nouvelles, Tais-toi, je t'en prie, le tribunal fédéral des faillites personnelles venait d'effacer les dettes du couple Carver. Il corrigea son livre sur la table de sa salle à manger de Cupertino en buvant de la vodka.
Le lendemain de la publication, en mars 1976, deux de ses amis passèrent le chercher chez lui de bon marin. Non pas pour fêter la sortie d'un livre qui serait sélectionné pour le National Book Award, mais pour emmener l'écrivain à son procès : il était accusé de fraude aux allocations chômage. En partant, Maryann Carver prit un exemplaire tout neuf dans la pile des ouvrages posés sur la table. Ce recueil lui était dédié, récompense de dix-neuf années de mariage. Elle voulait le montrer au juge afin de le persuader que son mari avait encore un avenir. Dans l'espoir de lui éviter la prison, elle expliquerait au magistrat qu'il était victime de ses rêves inassouvis et de son alcoolisme.
Tais-toi, je t'en prie lança la carrière de Carver. À trente-huit ans, il avait publié quelques textes dans des revues littéraires, dont trois nouvelles dans le célèbre magazine Esquire, mais il avait fallu bien du temps avant que son premier recueil ne soit publié.
Il était déjà presque trop tard.

L'alcool détermina la vie de Carver sur une période bien plus longue qu'il ne le reconnut lui-même. Mentir à l'État de Californie ne fut pas la pire chose dont il se rendit coupable lorsqu'il s'enfonça dans les derniers stades de l'alcoolisme. Plus tard, il écrivit : «Tout ce que [Maryann et moi] tenions pour sacré, toutes nos valeurs spirituelles s'étaient effondrés.»
Son destin se referma sur lui quand il subit une crise de convulsions dans le hall de la clinique au sortir d'une cure de désintoxication. Un médecin lui annonça alors que s'il continuait à boire, il risquait des dommages irréversibles au cerveau : son premier livre pourrait être le dernier. Malgré cette mise en garde sévère, pendant deux ans Carver oscilla entre rechutes et désintoxications. De plus en plus mal en point, il dissimulait la gravité de son état. Seuls ses proches savaient mais, en dépit de leurs efforts, ils n'eurent aucune influence sur lui.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia