Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Féminisme (s) et droit international : études du réseau Olympe

Couverture du livre Féminisme (s) et droit international : études du réseau Olympe

Auteur : Laurence Burgorgue-Larsen | Emmanuelle Jouannet | Horatia Muir Watt | Hélène Ruiz Fabri

Date de saisie : 14/04/2016

Genre : Droit

Editeur : Société de législation comparée, Paris, France

Collection : Collection de l'Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne, n° 39

Prix : 46.00 €

ISBN : 9782365170598

GENCOD : 9782365170598

Sorti le : 21/06/2016

  • Les présentations des éditeurs : 14/04/2016

Féminisme(s) et droit international. Études du réseau Olympe est le premier ouvrage issu du programme de recherche du réseau Olympe d'études francophones féministes et de genre en droit international. Créé en 2014, ce programme a pour buts premiers de faire connaître les approches féministes du droit international, historiquement développées en langue anglaise, et d'y contribuer en français par divers projets de recherche, en sus de fournir une plateforme institutionnelle de mise en réseau des chercheuses et chercheurs intéressé-e-s. Recueil collectif, Féminisme(s) et droit international. Études du réseau Olympe réunit ainsi les contributions de 19 chercheuses et chercheurs dans le domaine et offre un salutaire premier panorama de l'état des recherches féministes sur le droit international en français. https ://olympereseauinternational.wordpress.com/ https ://www.facebook.com/reseauolympe/ ?fref=ts

Sous la direction de Emmanuelle Tourme Jouannet, Laurence Burgorgue-Larsen, Horatia Muir Watt et Hélène Ruiz Fabri, cet ouvrage rassemble les contributions de Oriane-Jill Aoust, Charalambos Apostolidis, Rémi Bachand, Laurence Burgorgue-Larsen, Anne-Marie D'Aoust, Martin Gallié, Dominique Gaurier, Stéphanie Hennette-Vauchez, Dzovinar Kévonian, Anne Lagerwall, Anne-Charlotte Martineau, Isabelle Masson, Frédéric Mégret, Diane Roman, Anne Saris, Bérénice K.Schramm, Anne-Sophie Tabau, Emmanuelle Tourme Jouannet, Maxine Visotzky-Charlebois.


  • Les courts extraits de livres : 14/04/2016

(RE)VOIR PHRYNÉ DEVANT L'ARÉOPAGE DE JEAN-LÉON GÉRÔME (1861)

Bérénice K. SCHRAMM

Trouver une image illustrant des écrits francophones sur le féminisme et le droit international demande une réflexion en soi. La question du regard est en effet fondamentale dans les études féministes, surtout pour le courant dit de l'épistémologie située (ou standpoint theory) qui a admirablement démontré, à la suite du matérialisme historique notamment, comment les discours humains sont les produits de points de vue de ceux (et donc pas celles en général) qui ont la parole au sujet d'objets, ou de personnes objectifiées, dont on parlera sans les écouter, ou sans leur donner un droit de réponse. Bien au contraire de ce qui en est souvent dit, regarder est ainsi loin d'être une activité passive ; c'est en fait un geste de prise de possession de son environnement et de ce qui le compose. Il existe une politique, des politiques, du regard ; seules les personnes qui n'y sont généralement pas soumises ont le luxe de croire que le regard ressort à la seule mécanique optique. Le tableau de Jean-Léon Gérôme choisi pour illustrer la couverture du présent recueil est, en ce sens, remarquablement caractéristique et nous permet, dans le cadre de ce très bref essai de (ré)vision, de proposer une autre éthique du regard sur les rapports entre féminisme(s) et droit international.
La question du regard est assurément centrale dans ce tableau. Pour rappeler les faits de la cause, Phryné, hétaïre et joueuse de flûte athénienne du IVe siècle avant J.-C, fut traduite devant l'Héliée, tribunal de citoyens, ici renommée peut-être un peu pompeusement par le peintre classique connu pour son conservatisme «aréopage». Accusée de meurtre selon certaines sources historiques, ou de crime d'impiété selon d'autres, Phryné fut défendue par un de ses anciens amants, Hypéride, lequel, à court d'arguments, déchira alors sa tunique, dévoilant ainsi sa poitrine à l'assemblée déjuges, dont les réactions furent aussi spontanées que diverses. Le peintre, moins conservateur sur les conséquences du geste rhétorique du plaideur, décida de peindre Phryné totalement dévêtue mais couvrant son visage. Cette nudité, complète ou partielle, fut dans tous les cas convaincante puisque Phryné fut acquittée. Ainsi c'est bien du regard, ou plutôt de la politique (juridictionnelle) du regard qu'il s'agit, celui-ci se posant en juge ultime de l'innocence et de la valeur de la vie humaine dans une société démocratique. La force du regard ne s'exprime toutefois pas ici seulement dans sa capacité à supposément rendre justice ; c'est dans la violence pornographique, du viol par le regard, de ce corps féminin dénudé et jeté en pâture aux yeux des sachants masculins que cette force déploie toute son intensité et son ambivalence.
La richesse de ce tableau pour notre propos, celui du regard du droit international sur le(s) féminisme(s), doit dès lors être appréciée à plusieurs niveaux discursifs reflétant les différents niveaux de lecture du tableau comme oeuvre artistique et historique. Allégorie à tiroir, cette Phryné dénudée représenterait à la fois et les femmes et les approches féministes en droit international. Il y aurait quelque chose du voyeurisme dans le regard que le droit international, et ses aréopages, portent sur les femmes comme objets de réglementation, les limitant par exemple à la seule posture de victimes et/ou de mères : l'argument d'autorité hypéridien servirait ainsi la cause de la justice internationale pensée depuis le point de vue masculin. Par effet de contrecoup, si l'on pose le regard sur le regardant, ce que le peintre invite le spectateur à faire avec sa composition en séquences de type cinématographique, le scandale se surimprime au voyeurisme et traduit l'incompréhension, l'ignorance, voire l'ostracisme, dont font l'objet les approches féministes en droit international depuis leur avènement dans les années 1990. Cachez donc ces critiques que l'on ne saurait voir.
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia