Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. A la verticale de soi

Couverture du livre A la verticale de soi

Auteur : Stéphanie Bodet

Préface : Sylvain Tesson

Date de saisie : 20/09/2016

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Guérin, Chamonix, France | Paulsen, Paris, France

Collection : Terra nova

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782352211822

GENCOD : 9782352211822

Sorti le : 22/09/2016

  • Les présentations des éditeurs : 23/11/2016

C'est l'histoire d'une enfant asthmatique qui serre très fort un caillou dans sa main pendant le supplice des cours de gym. D'une petite fille sensible qui aime rêver hors des sentiers. Qui du plus loin qu'elle se souvienne a choisi de regarder sa vie de haut, à la verticale de soi. Perdue pour le sport, Stéphanie Bodet s'est vouée à l'escalade. Dans tous les sens du terme. Des années de compétition aux vagabondages verticaux sur des parois lointaines, elle s'émerveille des bivouacs glacials sous les étoiles, de la puissance de l'amour et de l'éclat des heures suspendues comme un contrepoint à la lourdeur des jours.
C'est l'histoire d'une jeune femme de 40 ans qui, à l'heure des rendez-vous avec soi-même, se livre avec une totale sincérité, à l'affût de ses doutes, de ses fragilités, dans sa recherche d'une vie «vraie» dont le sens est sans cesse à réinventer.

Championne d'escalade et aventurière, Stéphanie Bodet explore toutes les facettes de l'ascension depuis plus de vingt ans. À la Verticale de soi est son second livre après Salto Angel.


  • Les courts extraits de livres : 23/11/2016

DEMAIN N'EXISTE PAS

Tant d'années après, je ne sais plus ce que cela me fit de mourir ainsi. Depuis quinze jours déjà, je travaillais sans relâche pour ouvrir une nouvelle voie sur la paroi de Tagougimt. Avec mes trois compagnons, nous nous étions focalisés sur cette immense muraille grise, striée de coulées ocre et mauves, qui domine le petit village de Taghia, dans le Haut-Atlas. Nous alternions les cordées et ce jour-là, alors que la fin de l'ouverture approchait, nous avions décidé de monter à pied au sommet et de descendre dans la face en rappel, pour rejoindre notre dernier relais, deux cents mètres plus bas. De là, nous reprendrions l'ouverture et Fred Ripert, notre caméraman, pourrait nous filmer car les images sont toujours plus belles vues d'en haut et plus spectaculaires.
Après deux heures de marche raide, nous avions atteint le plateau et quitté le sentier pour emprunter la crête dentelée du sommet. L'arête était interminable avec ses multiples créneaux à franchir. Je me sentais faible et fatiguée. Le lourd sac à dos sciait mes épaules et mes compagnons étaient hors de vue. Le vent s'était levé et les huit cents mètres de vide à ma gauche m'intimidaient. Je craignais de perdre l'équilibre. Les sourcils serrés, j'assurais avec précision mes prises de mains et me concentrais sur chacun de mes pas. Enfin, les sections les plus exposées étant derrière moi, je me relâchai...
On m'a dit que j'avais poussé un cri de chevrette. À présent, les détails se sont effacés. Je ne ressens plus aussi intensément ma semelle qui accroche une aspérité de ce rocher calcaire. Détail infime qui me propulse dans l'air. Deux longues pirouettes comme au ralenti. La sensation d'animer le paysage contre mon gré... Et soudain, voir le vide, le pierrier qui m'attend, trente mètres plus bas... Voir distinctement, en dépit du mouvement, les blocs sur lesquels je vais m'écraser... dans une fraction de seconde. Je m'entends penser «mince alors ! C'est ici que ça se termine ? Comme ça ? Si vite, si tôt, si bêtement ?» Et m'entends murmurer «Emilie», petite soeur... Stupeur !... À mesure que la chute s'accélère, ma pensée fige ce sentiment de perplexité. Ma mort m'étonne...
Un premier rebond apporte à ma chorégraphie le fantastique élan qui lui manquait pour enchaîner la pirouette suivante. Je tournoie dans le vent, propulsée toujours plus vite, toujours plus haut par une force qui me dépasse. Et puis, sans savoir pourquoi ni comment, c'est le miracle. Deux mètres avant de franchir le rebord de la falaise, mes mains agrippent une pierre plantée dans le talus et la chute est stoppée net... C'est à cet instant que j'ai libéré ma chèvre intérieure. De longs hurlements stridents me déchirent la poitrine. Car l'effroi vient après, avec la prise de conscience du drame évité. J'étreins farouchement ma stèle de liberté sans oser baisser les yeux, me contentant d'hurler ma peur. Il faut qu'elle sorte de là ! Je l'exorcise et le hurlement se mue en hululement. Je me fais chouette et mon cri se fait joie. Car tant d'années après, même si le souvenir de mourir sur le champ s'est peu à peu effacé, je sais ce que cela me fit de demeurer vivante...
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia