Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Anne B. Ragde

est l'une des plus grandes romancières Scandinaves,

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Les personnages de Jacques Vandroux

lui offrent des nuits balanches

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

.. Une activité respectable

Couverture du livre Une activité respectable

Auteur : Julia Kerninon

Date de saisie : 10/02/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Rouergue, Arles, France

Collection : La brune

Prix : 9.80 €

ISBN : 9782812612039

GENCOD : 9782812612039

Sorti le : 04/01/2017

  • Les présentations des éditeurs : 22/03/2017

«Nous avions beaucoup, beaucoup de chance, me disait ma mère, parce que nous avions les livres et que dans les livres les phrases étaient éternelles, noires sur blanc, solides, crédibles, et elles nous livraient le monde entier, lavé de ses scories, sans temps mort, un cours d'eau pur et bondissant, un monde dans lequel nous pouvions nous échapper chaque fois que le monde réel cessait d'être intéressant. Et cette leçon-là était une grande leçon aussi, pour quelqu'un qui voulait devenir écrivain.»

Élevée par des parents dévoreurs de livres, Julia Kerninon reçut à cinq ans en cadeau une machine à écrire. Lire et écrire furent d'emblée données comme des activités respectables et hautement désirables. Dans une langue vive et imagée, cette jeune femme de trente ans, déjà prix Françoise Sagan pour son premier roman, Buvard, et prix de la Closerie des Lilas pour son deuxième, Le dernier amour d'Attila Kiss, rend un hommage vibrant à la littérature.



  • La revue de presse Jean Birnbaum - Le Monde du 9 février 2017

Quel toupet !, auraient dit nos grands-mères, ces mamies du reste si présentes dans Une activité respectable, le bref récit que publie Julia Kerninon. Mais quel que soit l'âge auquel on s'y colle, raconter sa vie de lecteur expose aux sarcasmes. Sartre en souriait lui-même : ici, la frontière est toujours précaire entre confidence et cabotinage. Dès lors, seul compte le point d'arrivée : un espace où l'amour du livre se trouve porté si haut que chacun rêve de naître à soi dans ces hauteurs...
La mère inflexible parce qu'omnisciente, le père maladroit et prévenant, les amants (jeunes drogués ou poètes délabrés) qui font office de précepteurs... On retrouvera donc les figures obligées du récit d'apprentissage. Mais tous ne sont là que pour veiller sur la vieille cabane, la fixer à même la vie. Contrairement à ce que rabâchent les sots, placer très haut les livres ne signifie pas flotter dans les nuées. C'est se ménager un autre chemin vers les choses, un accès plus hardi et plus intense à leur matérialité.


  • Les courts extraits de livres : 22/03/2017

À cinq ans et demi, j'ai passé un contrat avec mon père. Premier compromis d'une longue et fructueuse série, j'ai accepté de ne plus sucer mon pouce en échange d'un aller-retour à la capitale. Pourtant, c'est ma mère qui m'a emmenée - dans mon souvenir en tout cas il n'y a qu'elle et moi au moment où elle s'est arrêtée net devant une façade, dans le quartier de Notre-Dame, et m'a fait déchiffrer l'enseigne de Shakespeare and Company. C'était l'année où nous portions chacune un manteau en faux léopard, celui de ma mère était lourd et beau, avec une doublure de satin grenat dans laquelle souvent elle m'enveloppait, me faisait un tipi dans le vent froid, et moi j'avais identique mon petit manteau doux, avec la capuche à oreilles, quand ma mère me prenait dans son manteau en rabattant les deux pans sur moi je me sentais un animal venant se blottir dans les jambes de son aîné, les taches éparses de nos deux fourrures se mêlaient, j'étais sa petite fille léopard, donnant la main à ma mère hollywoodienne, rouge glamour, épaules solides, marchant comme une reine - toutes les deux, ce jour-là, nous sommes entrées dans la boutique du même pas, et bien sûr que je me rappelle tout. J'avais toujours su confusément que cet endroit existait, sa présence avait flotté quelque part dans la rivière de paroles de ma mère, c'était l'endroit d'où nous étions, the place we belonged to, nous appartenions là, c'était le verbe anglais qu'elle utilisait chaque fois pour décrire les lieux qui comptaient, quand elle parlait, elle naviguait à vue entre les deux langues, cherchant celle qui posséderait le mot le plus précis pour son émotion, inventant pas à pas un volapük chantant qui était ma vraie langue maternelle. Shakespeare and Company, elle m'en parlait tout le temps, nous avions un croquis de la façade encadrée dans le salon de notre maison, exactement comme un portrait d'aïeux, à côté des portraits d'aïeux en vérité - le beau visage rond de sa grand-mère, un grand-oncle mort enfant dont je ne savais rien, et puis ce dessin d'une librairie lointaine, comme celui d'une propriété de famille que nous aurions possédée, un petit acre à nous, un domaine, et alors ce jour où j'y mettais pour la première fois les pieds, je me sentais soulagée de pouvoir passer ma main sur les rayonnages et m'assurer enfin de leur réalité. C'était la sensation la plus forte que j'avais jamais éprouvée, en cinq ans et demi d'enfance - j'avais retrouvé le vaisseau qui m'avait amenée sur terre, et quand ma mère m'a soulevée du sol à bout de bras pour me montrer sur les étagères les plus hautes et les plus larges les minces matelas sur lesquels les expatriés américains désorientés pouvaient venir dormir s'ils en avaient besoin, tout m'a paru parfait. C'était évident qu'il faudrait pouvoir dormir entre les livres, qu'il n'y aurait pas de frontière entre la vie quotidienne et les pages, à la maison ma housse de couette représentait aussi des livres, de tout petits livres alignés sur des dizaines et des dizaines d'étagères, leur tranche ne dépassant pas un centimètre - alors bien sûr, bien sûr qu'on pouvait dormir là, dans une librairie. (...)


  • Le courrier des auteurs : 22/03/2017

1) Qui êtes-vous ? !
La réponse la plus exacte tient dans un tout petit mot anglais, bookish, qui désigne le fait d'aimer les livres. Je suis définie d'abord par ce que j'aime.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Peut-être parce que je vais avoir trente ans, j'ai eu envie de revenir sur ce qui m'avait amenée là où je me trouve à présent. J'avais envie de parler de l'enfance, de mes parents, de mes grands-parents, des dix années qui viennent de s'écouler, des grandes décisions qu'on prend sans savoir encore leur importance, de la force du hasard, et pour cela d'aller du côté de l'autobiographie mais en suivant toujours le fil rouge des livres, de la place que les livres ont tenu dans ma vie.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Quand j'ai peur d'être seule, quand je doute de finir un texte, que je me sens en danger, je reviens toujours à la jeune fille que j'ai été à Budapest, il y a dix ans, qui travaillait sans se soucier de rien sinon des livres à lire et à écrire, et dont personne d'autre que moi ne peut avoir le moindre souvenir.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Golden Slumbers des Beatles. J'ai tellement écouté les Beatles que leur musique me soulage instantanément de tout encore aujourd'hui.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'amour de la littérature et la croyance qu'à peu près tout est possible.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Quand j'étais plus jeune, j'écrivais le soir ou la nuit, mais à présent que je ne vis plus seule, j'écris dans la journée, pendant que mon compagnon est au travail. J'écris sur le canapé du salon, l'après-midi, en fumant des cigarettes et en buvant du thé, le plus souvent sans musique.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
En accumulant des sensations, des émotions, des informations, des mots - c'est-à-dire à la fois en lisant beaucoup, sur n'importe quel sujet, tout le temps, et en tendant l'oreille, en observant les autres, en fantasmant.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Je crois que c'est exactement à ces questions que j'ai essayé de répondre dans mon livre. Pour le dire simplement, mes parents lisaient beaucoup, et j'ai presque toujours écrit.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
La Cave de Thomas Bernhard, L'Autobiographie d'Alice B. Toklas de Gertrude Stein, Dalva de Jim Harrison, La Route de Los Angeles de John Fante, Pour qui sonne le glas de Hemingway, Le dernier nabab de F. Scott Fitzgerald, L'Hôtel New Hampshire de John Irving, Requiem de Rainer Maria Rilke, Birthday Letters de Ted Hughes.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
C'est une question complexe à laquelle je n'ai qu'une réponse très simple : les écrivains écrivent des livres et en tant que lectrice je crois très profondément qu'indépendamment de la qualité intrinsèque de leurs auteurs, les livres sont d'une importance cruciale.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia