Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Tenir : douleur chronique et réinvention de soi

Couverture du livre Tenir : douleur chronique et réinvention de soi

Auteur : David Le Breton

Date de saisie : 20/04/2017

Genre : Sociologie, Société

Editeur : Métailié, Paris, France

Collection : Traversées

Prix : 20.00 €

ISBN : 9791022605564

GENCOD : 9791022605564

Sorti le : 16/02/2017

  • Les présentations des éditeurs : 17/01/2017

Tout humain normalement constitué sait qu'une vie sans douleur est impensable mais, de là à ce qu'elle soit chronique, il y a une marge que David Le Breton explore magistralement.
L'examen des itinéraires personnels de "douloureux chroniques" auquel se livre l'auteur montre que, si elle abîme profondément l'existence de nombre de patients, d'autres trouvent au fil du temps un soulagement ou un compromis, mais paradoxalement elle protège certains patients d'autres souffrances plus redoutables encore. Il est temps, dit David Le Breton, que l'on développe davantage une médecine de la douleur centrée sur l'expérience intime des personnes afin de les aider, sinon à guérir, à accomplir une "réinvention de soi", autrement dit une réorganisation radicale de leur existence avec et autour de cette douleur chronique à tous les niveaux de leur quotidien, autrement dit à "tenir".
Dans cette enquête passionnante qui nous concerne tous de près ou de loin, le sociologue explore, consulte, interroge autant ceux et celles qui vivent cette douleur inexpliquée que les soignants qui essayent de juguler ce mal chronique.

David Le Breton est professeur de sociologie à l'Université de Strasbourg, membre de l'Institut universitaire de France et de l'Institut des études avancées de l'université de Strasbourg (USIAS). Il est l'auteur de deux autres ouvrages sur la douleur : Anthropologie de la douleur (Métailié, 1995) et Expériences de la douleur (Métailié, 2010).



  • La revue de presse Anne Both - Le Monde du 20 avril 2017

David Le Breton, dans Tenir, son troisième livre consacré à la douleur, examine la pénible cohabitation de patients avec une indéfectible pathologie comme la fibromyalgie, l'arthrose, la migraine ou une lombalgie.


  • Les courts extraits de livres : 17/01/2017

Extrait de l'introduction

" Il est aisé de voir que ce qui aiguise en nous la douleur et la volupté, c'est la pointe de notre esprit. "
Michel de Montaigne, Essais

La santé tient dans l'ignorance où l'individu est des processus physiologiques qui se jouent en lui, elle manifeste l'aisance à aller d'une situation ou d'un lieu à l'autre sans éprouver de difficulté en chemin, elle est cette évidence tranquille de la vie quotidienne, cette prodigalité qui ne soulève aucune question au regard des activités habituelles. La maladie ou la douleur introduisent à l'inverse l'opacité du corps et rompent la transparence à soi-même. Elles mettent des obstacles à l'accomplissement des tâches accoutumées et aux mouvements les plus élémentaires de l'existence.
La douleur est associée à une fonction d'alerte envers une série de pathologies. Le fait de la ressentir est à travers le monde le premier motif de consultation du médecin ou du thérapeute traditionnel, ou encore la tentative par soi-même d'en soulager la souffrance. La douleur est toujours une anomalie, elle abîme le sentiment de la présence au monde, provoquant le désir d'en être débarrassé au plus tôt pour retrouver les usages familiers de la vie courante. Elle possède donc une vertu de mise en garde, mais elle est une protection paradoxale à l'encontre des adversités innombrables de la vie courante, elle rappelle avec brutalité les limites qui s'imposent pour ne pas être détruit. Elle est le privilège et le tragique de la condition humaine ou animale.
Le contraire énigmatique de la douleur chronique consiste en un défaut de toute perception douloureuse, l'individu se brûle, se cogne, se blesse sans en ressentir la moindre douleur. Il n'est pas davantage conscient des troubles organiques qui le traversent et qui sont parfois lourds de conséquence pour sa vie. Loin d'être une chance, une telle privation le rend vulnérable à son environnement. Il ne perçoit aucune alarme de ses blessures ou de ses maladies et se comporte comme si de rien n'était, en aggravant son état. Ces patients affectés d'une insensibilité génétique ou post-traumatique à la douleur sont des hommes ou des femmes ordinaires, ils ne sont ni psychotiques ni hystériques, mais ils ne ressentent pas les lésions de leur corps. Les examens médicaux les plus agressifs ne les troublent nullement. Us sont également insensibles à des gestes menaçants, par exemple quand un médecin approche une aiguille de leur oeil, aucune inquiétude ne les traverse. R. Danziger, qui leur a consacré un ouvrage (Danziger, 2010), fait un lien avec des patients autrefois lobotomisés devenus également indifférents à la douleur et même à toute émotion. Ils éprouvent la stimulation sensorielle mais sans l'affecter de souffrance, donc ils n'y prêtent pas attention. Et la vue des plaies ou des blessures ne les affecte pas davantage. Ces patients sont également indifférents aux perceptions thermiques, ils ne souffrent pas du froid. Pour R. Danziger, il s'agirait d'un défaut de l'homéostasie corporelle (2010, 39).
Une vie sans douleur est impensable, même si son action est toujours à double tranchant et ambivalente. Souvent, en effet, elle est sans lésion décelable par les examens médicaux même si la souffrance est vive. Elle est d'autant moins nécessaire que des lésions graves, celles de certains cancers par exemple, sont indolores et exposent l'individu à l'irrémédiable, alors que des altérations bénignes sont douloureuses et gâchent l'existence, en sursignifiant un mal anodin. Parfois utile pour signaler un processus pathologique, elle est souvent absente pour marquer la progression d'une maladie grave découverte trop tard, et quelquefois elle s'enraye en dehors de toute nécessité de protection pour démanteler l'existence. Et quand elle devient chronique, elle est elle-même la maladie à combattre. Elle amène au rétrécissement du monde et à la focalisation de l'individu sur soi, son environnement se réduit aux états de son corps. Et ce dernier, loin d'être un lieu propice à l'ouverture au monde, est désormais celui de la fermeture. La chronicisation de la douleur déchire toute l'existence. Elle est une crispation physique et symbolique sur une zone abîmée du corps, une tension inutile et inappropriée qui épuise le sujet.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia