Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le sosie d'Adolf Hitler

Couverture du livre Le sosie d'Adolf Hitler

Auteur : Luigi Guarnieri

Traducteur : Marguerite Pozzoli

Date de saisie : 08/02/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 22.80 €

ISBN : 9782330073053

GENCOD : 9782330073053

  • Les présentations des éditeurs : 08/02/2017

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

Hitler est-il réellement mort en se tirant une balle dans la tête ou s'est-il empoisonné au cyanure ? L'identification de son corps n'a pu se faire que sur la base de ses dents - des prothèses, en grande partie. Et si ces prothèses étaient des faux ? s'est demandé Luigi Guarnieri, sachant que le Führer avait fait recruter et former à son image plusieurs "doublures" susceptibles de le remplacer en cas de nécessité. A commencer par le musicien incompris qui est au centre de ce récit : Mario Schatten, piégé dans une abominable machination.
A la poursuite d'une vérité qui ne cesse de se dérober, l'agent secret américain Gren***** est chargé, durant une enquête qui dure plus de quinze ans et qui le conduit d'un bout à l'autre du monde - en Allemagne et en Autriche, en Argentine et en Italie, au Paraguay et en Suisse -, de faire la lumière sur la mort de Hitler, et sur ses circonstances. Il retrouvera ainsi la dentiste personnelle du Führer, et Egon Sommer, l'élégant directeur du département H, spécialisé en fabrication de fausses pistes...
Entre les atmosphères crépusculaires de la fin du Reich et les haciendas d'Amérique latine où se cachent encore d'anciens nazis, Luigi Guarnieri, en mêlant avec une habileté consommée faits réels et péripéties imaginaires, nous propose une réflexion sur l'Histoire, qui est en grande partie un récit, une narration subjective, quand ce n'est pas, parfois, une superbe invention.

Luigi Guamieri (né à Catanzaro en 1962) vit à Rome. Diplômé du Centre expérimental de cinématographie de Rome, il est l'auteur de créations radiophoniques, de textes de théâtre et de nombreux romans, traduits dans plusieurs pays européens et couronnés par des prix prestigieux. De lui, Actes Sud a publié La Double Vie de Vermeer (2006), La Jeune Mariée juive (2007), Les Sentiers du ciel (2010) et Une étrange histoire d'amour (2012).


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2017

OPÉRATION JANUS

Le 25 février 1945, en fin d'après-midi, Egon Sommer fut appelé au téléphone par le secrétaire de Hitler, Martin Bormann ; quelques heures plus tard, à 20 h 30 pile, il monta à bord d'une grosse Maybach noire avec plaque d'immatriculation militaire, conduite par un sous-officier des SS. Le chauffeur quitta l'hôtel des environs de Leipzig, où Sommer s'était réfugié durant une courte permission ; il prit la Reichstrasse 96, franchit deux postes de contrôle de l'armée et, après avoir été autorisé à dépasser la vitesse maximale de nuit, fonça comme un bolide en direction de Berlin. Peu avant 3 heures du matin, non loin de Zossen, Sommer - qui venait juste de s'assoupir - entendit le chauffeur proférer un juron épouvantable ; après quoi, le sous-officier freina brusquement, ouvrit tout grand la portière, bondit à l'extérieur de l'automobile et informa son passager qu'il venait de renverser un mouton.

Sommer descendit de la Maybach et braqua une lampe torche sous le capot de la voiture dont la longueur dépassait 2 mètres : effectivement, un gros mouton ensanglanté était coincé sous les roues. Le reste du troupeau broutait l'herbe au bord de la route, sous la surveillance d'un vieux paysan armé d'un bâton. Le chauffeur se mit à hurler et invectiva le berger, qui esquissa une courbette et se justifia : on lui avait ordonné de ne sortir son troupeau que la nuit, dit-il, à cause des attaques aériennes ennemies ; c'était un ancien combattant de la Première Guerre mondiale, avec des enfants et des petits-enfants sur le front, et sa femme était morte sous les bombardements. Le chauffeur voulait le fouetter : Sommer ordonna à celui-ci de reprendre le volant, puis il ouvrit son portefeuille et en tira une liasse de billets qu'il tendit au berger. "A titre d'indemnisation. Cela peut suffire ? Je te demande juste un service : dégage ce cadavre de mouton des roues de la voiture."

Ils repartirent. Dix kilomètres plus loin, une file d'automobiles et de camions qui fuyaient la capitale encombrait la route, et la Maybach fut arrêtée par un détachement de la Feldgendarmerie. La tête appuyée à la vitre, luttant contre le sommeil pour garder les yeux ouverts, Sommer remarqua plusieurs limousines Horch aux rideaux tirés, avec, sur le capot, les enseignes rouge et or du parti, et sur les portières la plaque d'argent à croix gammée : des "faisans dorés", les dignitaires nazis qui abandonnaient Hitler à son sort. Il bâilla de lassitude et se pelotonna sur son siège quand, à l'aube, le chauffeur eut la voie libre et put reprendre la route miraculeusement déserte.


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2017

OPÉRATION JANUS

Le 25 février 1945, en fin d'après-midi, Egon Sommer fut appelé au téléphone par le secrétaire de Hitler, Martin Bormann ; quelques heures plus tard, à 20 h 30 pile, il monta à bord d'une grosse Maybach noire avec plaque d'immatriculation militaire, conduite par un sous-officier des SS. Le chauffeur quitta l'hôtel des environs de Leipzig, où Sommer s'était réfugié durant une courte permission ; il prit la Reichstrasse 96, franchit deux postes de contrôle de l'armée et, après avoir été autorisé à dépasser la vitesse maximale de nuit, fonça comme un bolide en direction de Berlin. Peu avant 3 heures du matin, non loin de Zossen, Sommer - qui venait juste de s'assoupir - entendit le chauffeur proférer un juron épouvantable ; après quoi, le sous-officier freina brusquement, ouvrit tout grand la portière, bondit à l'extérieur de l'automobile et informa son passager qu'il venait de renverser un mouton.

Sommer descendit de la Maybach et braqua une lampe torche sous le capot de la voiture dont la longueur dépassait 2 mètres : effectivement, un gros mouton ensanglanté était coincé sous les roues. Le reste du troupeau broutait l'herbe au bord de la route, sous la surveillance d'un vieux paysan armé d'un bâton. Le chauffeur se mit à hurler et invectiva le berger, qui esquissa une courbette et se justifia : on lui avait ordonné de ne sortir son troupeau que la nuit, dit-il, à cause des attaques aériennes ennemies ; c'était un ancien combattant de la Première Guerre mondiale, avec des enfants et des petits-enfants sur le front, et sa femme était morte sous les bombardements. Le chauffeur voulait le fouetter : Sommer ordonna à celui-ci de reprendre le volant, puis il ouvrit son portefeuille et en tira une liasse de billets qu'il tendit au berger. "A titre d'indemnisation. Cela peut suffire ? Je te demande juste un service : dégage ce cadavre de mouton des roues de la voiture."

Ils repartirent. Dix kilomètres plus loin, une file d'automobiles et de camions qui fuyaient la capitale encombrait la route, et la Maybach fut arrêtée par un détachement de la Feldgendarmerie. La tête appuyée à la vitre, luttant contre le sommeil pour garder les yeux ouverts, Sommer remarqua plusieurs limousines Horch aux rideaux tirés, avec, sur le capot, les enseignes rouge et or


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia