Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le pays dont je me souviens

Couverture du livre Le pays dont je me souviens

Auteur : Anne Révah

Date de saisie : 18/05/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Mercure de France, Paris, France

Collection : Bleue

Prix : 17.80 €

ISBN : 9782715244627

GENCOD : 9782715244627

Sorti le : 02/02/2017

  • Les présentations des éditeurs : 17/03/2017

C'était de l'eau salée, c'était certain, il y avait six montagnes, de cela aussi Myor était sûr, c'était un lac de mer, il ne savait pas comment il en était parti, il lui restait des images, il les avait notées pour ne pas les perdre, et un jour retrouver son chemin. Il avait beaucoup marché, il n'était pas seul, il y avait une fillette avec lui, il était alors un tout jeune homme, il ne savait plus quand tout cela avait eu lieu, il avait les visions du lac, de sa terrasse en hauteur, de son père Getra, du maître de la lumière Lucirus, tout cela il l'avait gardé, mais il ne connaissait pas le chemin pour y retourner...
Lorsque Philippe rencontre Myor, il est intrigué par ce personnage singulier, mi-SDF, mi-sage, qui vit en ermite dans la forêt. Myor raconte qu'il vient d'un énigmatique territoire du lac, un lieu qui le hante, mais qu'il est incapable de situer sur une carte. À quarante-cinq ans, Philippe est à un tournant de sa vie, et n'a rien à perdre : touché par l'histoire de Myor, il lui propose de l'aider à retrouver ce pays rêvé de son enfance. Voilà ce couple insolite parti pour une étrange odyssée...

Anne Révah est l'auteur de quatre romans, dont Quitter Venise et L'enfant sans visage.



  • La revue de presse Florence Bouchy - Le Monde du 18 mai 2017

Le pays dont je me souviens, le cinquième roman d'Anne Révah, est de ces livres lumineux et poétiques qui exercent un charme difficile à caractériser, tant on craint de le rompre en cherchant à l'analyser. A la fois sensible et précise, son écriture affiche sa maîtrise et sa volonté de réalisme (...) pour faire entrer sans résistance le lecteur dans un univers onirique...


  • La revue de presse Jérôme Garcin - L'Obs du 23 février 2017

Ce beau roman d'Anne Révah est la chronique d'une discrète et secrète odyssée, où deux hommes se donnent la main pour retrouver un lieu rêvé, celui de l'enfance où les adultes n'ont plus accès...
Ouvert sur le ton laconique d'un roman social aux teintes grisâtres, «le Pays dont je me souviens» se termine dans l'énigmatique clarté des contes et légendes. Dès ses premiers romans, «Manhattan» et «Pôles magnétiques», la pédopsychiatre Anne Révah s'est attachée à des héroïnes qui larguent les amarres et entrent, pour se sauver, se surpasser, se réinventer, dans une troisième dimension. Ce grand voyage, elle ne l'a jamais mené si loin, si haut que dans ce roman tout en mouvement, en délicatesse et en 3D.


  • Les courts extraits de livres : 15/03/2017

Il avait garé sa voiture près de la gare, remonté l'avenue des Carmes, puis la rue d'Alembert qui longeait le lycée, et juste derrière, à l'angle de la forêt, il avait retrouvé le café presque intact. Sa devanture seule avait été repeinte, une couche mal appliquée de peinture bleue mate recouvrait les fissures sinueuses rebouchées par d'épaisses étendues de plâtre. Philippe n'était pas ému, il avait imaginé que de revenir ici lui procurerait un souffle de nostalgie dans la poitrine, un saisissement, mais il ne percevait rien de tout cela, à peine de l'étonnement que si peu de choses aient pu changer en plus de vingt ans. Bien sûr une forêt ne changeait pas, et le seul lycée du coin ne pouvait pas avoir disparu, mais le café de la lisière aurait pu être transformé en épicerie, où même réhabilité en loft pour jeune couple faisant leur premier achat immobilier. Mais voilà que tout était à sa place et les longues minutes de marche depuis la gare n'avaient montré que des pavillons de banlieue éternels, des jardins propres et sans chaleur.
Philippe aimait beaucoup cette forêt, il y avait grandi et cela scellait pour toujours son lien singulier avec le lieu. Il s'y était caché souvent, il y avait embrassé des jeunes filles, marché seul des heures, emmené ses fils quelques dimanches après-midi pour se perdre entrç les étangs et les sous-bois. Les fenêtres du lycée donnaient sur la cime des arbres, le mur d'enceinte de l'établissement était une frontière poreuse, il suffisait de l'escalader au bout du terrain de foot pour entrer dans la forêt sans se faire surprendre par les surveillants. Philippe avait fait tout cela, et revenir ici ne le bouleversait pas, il était prêt à refaire la visite du propriétaire, rien que pour vérifier qu'il avait une mémoire solide.

Le café qui s'appelait toujours «Au bahut» était ouvert en pleine après-midi, la salle correspondait au souvenir que Philippe en avait gardé, sombre, rectangulaire avec deux flippers calés contre le mur près de l'entrée des toilettes. Le zinc était neuf, et le jeune homme aux oreilles percées qui s'affairait pour préparer les consommations des trois clients était bien plus jeune que Philippe, comme s'il venait à peine de terminer ses années de lycée juste en face.

Il y avait un bruit de radio allumée, on ne distinguait pas ce qui se disait mais c'était un ronronnement. Philippe s'était installé près de la fenêtre, il voyait l'entrée de la forêt, le parking clôturé du lycée. Le soleil était un peu faible, l'ombre des arbres flottait à peine sur le sol.

Il commanda un verre de vin blanc. Le jeune serveur ne proposa pas de carte. Il n'y avait jamais eu de carte ici, d'ailleurs on ne pouvait manger que des assiettes de frites grasses, et des croque-monsieur trop cuits.
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia