Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. L'âge des migrations

Couverture du livre L'âge des migrations

Auteur : Hervé Le Bras

Date de saisie : 11/05/2017

Genre : Sociologie, Société

Editeur : Autrement, Paris, France

Collection : Angles & reliefs

Prix : 17.90 €

ISBN : 9782746744639

GENCOD : 9782746744639

Sorti le : 18/01/2017

  • Les présentations des éditeurs : 08/06/2017

Angles & Reliefs
une collection d'essais illustrés de cartes et d'infographies en couleurs

Des migrants fuyant la misère, les persécutions ou le changement climatique : telle est l'image qu'on nous renvoie sans cesse. Mais les migrants sont aussi, de plus en plus, des personnes compétentes et diplômées...
L'homme migre depuis son apparition sur Terre - et ça lui a réussi. Le désir de changer de pays n'a jamais été aussi répandu qu'aujourd'hui. Contrairement aux idées reçues, les murs et les barrières que dressent les nations ne bloquent pas les migrants, mais les sélectionnent. Un nouvel équilibre mondial des compétences se met irrésistiblement en place.
À rebours des fantasmes occidentaux contemporains sur l'«invasion» des migrants, Hervé Le Bras nous invite à poser sur les migrations un regard neuf, impartial et salutaire.

30 CARTES ET INFOGRAPHIES EN COULEURS

Hervé Le Bras est démographe et historien, directeur de recherche émérite à l'INED et directeur d'études à l'EHESS. Il est auteur de nombreux ouvrages dont Le Mystère français (avec Emmanuel Todd, Seuil 2013), Atlas des inégalités (Autrement, 2014) et Le Pari du FN (Autrement, 2015).



  • La revue de presse Maryline Baumard - Le Monde du 11 mai 2017

Le démographe et historien Hervé Le Bras tente de cerner et de donner du sens au ballet anarchique des mouvements de population internationaux...
Certes, 4 millions d'étrangers vivent en France. Mais contrairement aux idées reçues, les deux tiers des entrants sont aujourd'hui titulaires d'au moins un bac ou un diplôme du supérieur. Ils arrivent en moyenne à 22 ans, le plus souvent avec un visa. Pour Hervé Le Bras, cette envie de bouger n'est pas un drame... C'est tout simplement le propre de l'homme. «Seul l'homme a un comportement migrateur, alors que toutes les autres espèces sont étroitement dépendantes d'écosystèmes particuliers et souvent restreints», rappelle-t-il. Une autre façon de penser...


  • Les courts extraits de livres : 08/06/2017

Invasion ou migration : le proche et le lointain

Mondialisation des migrants

En 1891, le recensement français s'intéressa particulièrement aux étrangers. La notion d'immigré n'existait pas à l'époque. Soit on était français soit on ne l'était pas. La nationalité était prise au sérieux. Les agents recenseurs dénombrèrent 1 130 200 étrangers qu'ils classèrent par nationalité. 465 900, soit 41 % d'entre eux, étaient belges, la nationalité de loin la plus représentée ; 286 000, italiens (25 %) ; 83 000, allemands (7,3 %) ; 83 000, suisses (7,3 %) ; 77 700, espagnols (6,8 %) ; 39 700, anglais (3,5 %) et 31 200, luxembourgeois (2,8 %). Ainsi, 94 % des étrangers venaient d'un pays voisin. A eux seuls, Belges et Italiens formaient les deux tiers du total. On ne compta que 800 Africains et 300 «Japonais, Chinois et autres Asiatiques» pour près de 40 millions de Français. Qui plus est, les étrangers ne venaient pas seulement des pays voisins, mais de leurs provinces voisines de la France, le pays de Bade, le Wurtemberg, la Suisse romande, le Piémont, la Catalogne. En outre, ils ne s'aventuraient pas très loin en France comme le montrent les cartes de la figure 1 sur lesquelles on a représenté la répartition des étrangers des sept pays voisins de la France. Pour chacune, on a classé les départements par ordre décroissant de leur nombre d'étrangers du pays considéré. Puis on a les coloriés dans le même ordre en changeant de couleur lorsque le nombre total déjà pris en compte dépassait les seuils successifs de 50 %, 75 %, 90 %, 95 %. Ainsi, l'ensemble des départements en gris clair ne contient que 5 % des étrangers de la nation considérée tandis que ceux en couleur foncée en contiennent 50 % (les seuils sont indiqués en proportion d'étrangers par département).
Les Belges, les plus nombreux, sont aussi les plus concentrés. 95 % d'entre eux sont groupés dans 10 départements sur 87 en 1891. À lui seul, le Nord en absorbe 60 %, plus que l'ensemble des Italiens dans toute la France qui constituent le second groupe le plus nombreux. Ces derniers sont un peu plus dispersés. Ils ont progressé le long des côtes de la Méditerranée et sur la frontière est vers la Lorraine où ils sont employés dans les mines et la sidérurgie à cause du manque de main-d'oeuvre locale. Troisième nation la plus représentée, les Allemands se sont répandus exactement dans les régions de champs ouverts du Nord-Est. Les Espagnols se sont installés au sud de la Garonne et ont progressé le long des côtes méditerranéennes. Les Suisses sont dans le Nord-Est industriel et sur la frontière est. Enfin, les Anglais sont présents sur toute la façade nord-ouest et sur la Côte d'Azur. À l'exception de ce dernier cas, chaque autre nationalité reste près de sa base. Elle ne s'en éloigne que pour gagner les grandes villes et surtout Paris. Dans le détail, on perçoit une propagation quasiment épidémiologique. Ainsi les Espagnols entrent aux deux extrémités de la chaîne pyrénéenne, gagnent Toulouse puis progressent le long de la Garonne et, par le seuil de Naurouze, vers les rivages méditerranéens. La migration est donc un phénomène local qui se développe avec une telle logique que Ernst Ravenstein, le premier géographe à les avoir étudiées scientifiquement, a émis des «lois de la migration» quasiment mathématiques, encore observées aujourd'hui en matière de migration interne.
En revanche, les migrations externes ont échappé depuis lors aux déterminations locales. 122 ans après le recensement de 1891, celui de 2013 donne une répartition très différente des origines des personnes résidant en France. Sur les 5 835 000 immigrés, seuls 17 % proviennent des sept pays voisins, 19,5 % viennent de pays européens plus lointains comme le Portugal ou la Roumanie, 43 % sont nés en Afrique, 14,5 % en Asie et 5,6 % dans les deux Amérique. Ils se sont répandus sur tout le territoire bien que des spécificités locales perdurent, car les premiers arrivés servent souvent de pôle d'attraction pour leurs parents et leurs proches. On trouve encore aujourd'hui une plus forte proportion d'Espagnols dans le Sud-Ouest et d'Italiens sur le littoral méditerranéen et à la frontière est. Mais les Turcs, les Portugais, les Marocains se sont installés sans tenir compte de la situation géographique du pays de départ et du département d'arrivée. Seul souvenir de 1891, les étrangers se répartissent encore globalement sur le territoire selon la même cartographie. Ils sont nombreux en région parisienne, dans le Nord-Est, sur le littoral méditerranéen, dans les grandes villes et plus rares dans le Centre et dans l'Ouest.

(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia