Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Mes indépendances : chroniques 2010-2016

Couverture du livre Mes indépendances : chroniques 2010-2016

Auteur : Kamel Daoud

Préface : Sid Ahmed Semiane

Date de saisie : 03/05/2017

Genre : Littérature, essais

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 23.90 €

ISBN : 9782330072827

GENCOD : 9782330072827

Sorti le : 15/02/2017

  • Les présentations des éditeurs : 23/02/2017

«La chronique est donc un art majeur en Algérie, signant le retour féroce du journalisme d'opinion, un exercice de style et de sens, de trébuchements, d'accidents de langue et d'interrogations insistantes.
Que j'ai voulu partager.»
Kamel Daoud

Journaliste depuis une vingtaine d'années, Kamel Daoud a tenu pendant quinze ans dans Le Quotidien d'Oran la chronique la plus lue d'Algérie, tout en collaborant à divers médias en ligne et en écrivant occasionnellement pour la presse étrangère. Concernant la période 2010-2016, il a ainsi signé près de deux mille textes - d'abord destinés au public algérien puis, sa notoriété grandissant, de plus en plus lus dans le monde entier -, dont cent quatre-vingt-deux ont été retenus pour ce recueil. Ce rythme effréné donne son souffle et son esthétique à l'ensemble.
Qu'il brocarde l'islam politique ou la déliquescence du régime algérien, qu'il embrasse l'espoir suscité par les révolutions arabes ou qu'il défende la cause des femmes, c'est d'une plume originale, imagée, percutante et engagée. Car Kamel Daoud a érigé la chronique en exercice de style, en art de tendre un miroir à ses contemporains tout en s'interrogeant jour après jour, avec ou malgré l'actualité, sur l'homme, les dieux et les libertés.

Né en 1970 à Mostaganem, Kamel Daoud vit à Oran. Journaliste et chroniqueur depuis une vingtaine d'années, il a tenu durant plus de quinze ans, au Quotidien d'Oran, la chronique la plus lue d'Algérie. Ces dernières années, il écrit régulièrement pour la presse internationale - Le Point, le New York Times, La Repubblica... - et a reçu au printemps 2016 le prix Lagardère du meilleur journaliste de l'année.
Chez Actes Sud, il a publié un recueil de récits, La Préface du nègre (Babel n° 1291), ainsi que son premier roman, Meursault, contre-enquête, qui a reçu de nombreux prix - notamment le Goncourt du premier roman 2015 - et lui a valu une consécration internationale (plus de trente traductions parues ou en cours).



  • La revue de presse - Télérama du 3 mai 2017

Réunies en recueil, les chroniques vibrantes et incisives d'un esprit libre, sur l'Algérie, les révolutions arabes, le statut des femmes dans l'islam...
Alliant humour et férocité, ses chroniques arpentent six années d'actualité féconde...
Algérie momifiée de Bouteflika, complaisance de l'Occident et des dictatures régionales pour l'Arabie saoudite, prégnance grandissante de la religion, Etat islamique, statut de la femme... au fil des jours, le scalpel réjouissant de Daoud charcute partout où cela fait mal. N'abdiquant jamais son insoumission, son insolence, son indépendance.


  • La revue de presse Karen Lajon - Le Journal du Dimanche du 19 février 2017

Dans son recueil de chroniques Mes indépendances, le journaliste et écrivain algérien Kamel Daoud, prix Goncourt du premier roman en 2014, aborde la laïcité et les rapports entre "Arabes", musulmans et Occidentaux. Personne n'est épargné. "Et jamais le monde dit arabe ne connaîtra la paix tant qu'il confondra verset et épée, religion et politique, califat et calculs." Aborder le concept de laïcité ou entrer en guerre. Kamel Daoud, qui n'a peur de rien, le fait dans cet ouvrage de chroniques qui courent de 2010 à 2016. Mes indépendances ou la force d'un homme qui croit encore que la raison peut l'emporter...
Kamel Daoud trempe sa plume là où ça fait mal, n'épargne personne mais ne cesse de s'interroger : "Comment dénoncer l'islamisme sans servir les causes malveillantes du rejet des autres en Occident et ailleurs ?"...
Kamel Daoud ose le dire : il n'aime pas plus les islamistes fous que les Occidentaux qui prouvent, encore une fois, "qu'ils ne savent pas quoi faire de nous". Les "Arabes".


  • La revue de presse Charlotte Bozonnet - Le Monde du 16 février 2017

Le journaliste et écrivain algérien revient aujourd'hui avec un recueil de ses chroniques, la plupart parues dans Le Quotidien d'Oran. On y retrouve les «obsessions» de l'auteur : l'islamisme, le régime fossilisé de l'Algérie, l'identité, la langue, les relations avec la France. On y retrouve aussi l'écriture du lauréat du Goncourt du premier roman en 2015 pour son livre Meursault, contre-enquête : vive et douloureuse...
On connaît son analyse de l'islamisme, de son rapport malade à la femme et à la vie. On connaît moins sa lecture des origines. Il livre l'une des plus intéressantes chroniques sur les soulèvements de 2011 lorsqu'il rappelle que «les djihadistes sont les enfants des dictatures, pas des révolutions». Nous sommes alors en janvier 2013 : les révolutions de 2011 ont permis aux islamistes de prendre le pouvoir et aux djihadistes de prendre de nouvelles armes...
«J'aime mener, moi aussi, la guerre de ma libération. Et fêter, parfois, mes indépendances.». Car avec ses chroniques, Kamel Daoud raconte aussi l'histoire d'une quête, celle d'un homme qui a conquis sa liberté par et dans l'écriture.


  • Les courts extraits de livres : 23/02/2017

LE FUGITIF
par Sid Ahmed Semiane

Alger, 1996.
Kamel Daoud. J'avais d'abord cherché le numéro de téléphone de la rédaction du Quotidien d'Oran, son journal. Je voulais lui dire mon admiration pour sa musique. Elle était nouvelle. Ce que j'aime le plus dans une écriture, c'est la musique. La note bleue. Et lui avait percé le secret de la trompette. Le mystère du be-bop des mots. Je ne l'avais pas trouvé au bureau ce jour-là. J'avais laissé un message en espérant qu'il lui parvienne. Il a eu l'élégance de rappeler. Nous avons échangé quelques généreuses amabilités. Nous exercions alors le même "métier" de chroniqueur. Lui à Oran, que l'héritage jacobin avait confiné dans le mépris d'une lointaine province, et moi à Alger, capitale prétentieuse engloutie par le feu des attentats et le couvre-feu des potentats. Ensuite, je ne sais plus. Je n'arrive pas à me souvenir de notre rencontre - trop floue, trop lointaine -, de cette première poignée de main, celle qui allait sceller une fraternité résistant aux vicissitudes du temps, aux polémiques qui fâchent, à la gloire qui grise, aux incompréhensions des mots... C'est à cause de la guerre, je crois. Une guerre, ça brouille tout, ça génère de la confusion dans le souvenir. Ça fragmente le passé en séquences chaotiques et inconciliables. Je me suis juste souvenu que c'était la guerre. C'est ce qui prédominait alors. C'est ce qui enveloppait nos vies. Une atroce guerre. Civile ? Contre les civils ? Ou peut-être même avec ? Personne n'a su la nommer, la définir, la cerner. Elle était sans nom. Absurde, comme toutes les autres, mais elle se singularisait par un raffinement absolu dans l'horreur et l'ignominie. Elle était un peu l'arrière-cour de celle qui se déploie actuellement sous nos fenêtres et qui fait de l'audience dans nos postes de télévision, certes à une échelle un peu plus ample et avec des répercussions plus tragiques pour la survie des hommes et de l'Histoire. C'est à ce moment-là que cet homme, Kamel Daoud, sorti d'un village silencieux (pour suivre des études de lettres), fait son apparition pour braver le temps et la folie des hommes et faire voeu de parole ; frêle silhouette, presque aussi frêle que son âge : un peu plus de vingt ans. L'âge de toutes les outrances. C'est peut-être aussi cette outrance présomptueuse - avec le vide que créa la violence - qui permit à Kamel Daoud de dire à la place de quelques aînés plus madrés (rendus muets par l'horreur) ; de faire de cet acte de dire son métier à tisser du verbe. Parce que c'est ce qu'il fait, c'est ce qu'il fit : il dit.
C'étaient les années 1990. Un autre siècle. Cette guerre allait cliver davantage le pays, le fragmenter un peu plus. Nous étions des gueules cabossées et chacun y allait de sa propre vertu, réelle ou supposée, créant ainsi, chacun, ses propres outils d'analyse. Creusant des tombes autant que des tranchées de pensée. Des tranchées de vérité exiguës : laïcs, islamistes, athées, nationalistes, féministes, troufions, barbouzes, affairistes, communistes, Kabyles, Arabes, francophones, Amazighs, coranistes... corrompus... réconciliateurs, éradicateurs. Janviéristes. Anti-constitutionnalistes. Conservateurs, progressistes, réactionnaires...
De la pensée unique - érigée en dogme, nous n'avions pas eu suffisamment de temps pour sauvegarder les règles élémentaires du dur métier de la pensée plurielle à laquelle nous aspirions tant -, nous sommes passés pieds et poings liés au désastre d'une pensée fragmentée. Décomposée. Désintégrée. La pluralité des idées est unie par un socle commun qui fait un tout. Ce socle avait rendu l'âme. Il n'y avait plus rien pour faire un tout, et tout était réuni pour que rien ne soit. Plus aucune pensée ne se rattachait à l'autre. Comme des particules dans l'univers, une errance cosmique dans le vide. Sans chute, juste avec des risques de collisions tragiques. La violence avait réussi à creuser autant de tombes pour les morts que pour les vivants.
(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia