Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. La vie spirituelle

Couverture du livre La vie spirituelle

Auteur : Laurence Nobécourt

Date de saisie : 29/03/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 14.90 €

ISBN : 9782246862093

GENCOD : 9782246862093

Sorti le : 08/03/2017

  • Les présentations des éditeurs : 15/03/2017

«Cette année-là, les amandiers ont fleuri dès le mois de février en France. À Kyoto, les bourrasques de neige ont duré jusqu'à la mi-mars. Je me suis réveillée du rêve. J'ai accepté d'aimer et j'ai connu ainsi que le printemps existe pour toujours.»

Une romancière française décide de partir au Japon, à la recherche d'un poète inconnu qu'elle croyait avoir inventé : Yazuki. Elle traverse un pays de neige, de silence et de mots. Elle change. Invente. Rencontre son personnage et une autre vie possible. L'imagination forte engendre-t-elle l'événement ? Avec sensualité, drôlerie, douceur, Laurence Nobécourt nous offre un manifeste littéraire et spirituel.

Laurence Nobécourt est l'auteur d'une oeuvre littéraire importante. La Vie spirituelle fait suite à La Clôture des merveilles et à Lorette.



  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 29 mars 2017

En apesanteur permanente, et pourtant solidement ancré dans la ­réalité, ce nouveau livre raconte cette chute ascensionnelle. Les noms d'emprunt, les armures-passoires, les cache-misère nécessaires puis délétères, l'ancienne Lorette connaît. Elle sait qu'ils risquent d'absorber leurs porteurs jusqu'à disparition complète. Tout son travail littéraire est une entreprise ­d'apprivoisement de soi, de traque de l'invisible, de veille des âmes, pour atteindre la vérité des êtres. Car peu importe que son expédition japonaise soit véridique ou non, seule compte la force ­élévatrice de la littérature, qui toujours chez elle rapproche de l'essentiel, avec audace et acuité.


  • Les courts extraits de livres : 15/03/2017

Cette année-là, les amandiers ont fleuri dès le mois de février en France, et je me suis réveillée du rêve. A Kyoto, les bourrasques de neige ont duré jusqu'à la mi-mars.

C'est ainsi qu'aurait pu commencer le livre, si je l'avais écrit, si je n'avais pas vaincu ma honte d'être née, de me nommer, d'espérer, si je ne m'étais pas défaite, depuis que le monde est monde, de cette sensation d'impureté et de blessure qui a fait de ma vie un appel poétique me retenant au bord du langage, au bord d'oser écrire autre chose que de la prose, jusqu'à cette année-là où l'échec m'a laissée exsangue un hiver entier à côté du poêle, avec la conscience qu'il n'y avait désormais plus rien à attendre. Et alors, la poésie est devenue possible. Mais il y avait cette honte originelle de 1968, l'année de ma naissance, cette honte de 1994, l'année du premier livre publié, la honte de prendre la parole, d'oser prétendre, et enfin la honte de 2003 qui restait enkystée dans mon être : cette fois-là où je n'ai pas risqué et me suis rétractée dans un repli intérieur que personne ne connaît, que je n'ai avoué avec le temps qu'à quelques-uns, cette fois-là où je n'ai pas osé signer ces trois vers écrits dans un journal, que j'ai préféré «citer» par peur,

Soldats
Dans leur bouche informe, au sable, le sang s'est mêlé
A pleines mains ils rassemblent leur ventre dispersé
Une tête tranchée gît, soudain, à leurs pieds
Comme une tache de couleur stupéfaite
Sur la toile paisible d'un drapeau blanc

que j'ai préféré attribuer à un poète nippon parce que j'ai rendez-vous avec le Japon depuis toujours, j'ai rendez-vous depuis que je cours dans les rues de Paris-17e arrondissement avec mes pièces de cinq francs serrées dans mes toutes petites mains, depuis que je rêve d'avoir un carnet Hello Kitty, une trousse Hello Kitty, depuis que le Japon avec Hello Kitty a pris racine en moi, avec ses kimonos et sa sobriété métaphysique que je regardais intensément en allant dépenser l'argent de poche de mon enfance chez Daïmaru, au Palais des Congrès, cette sobriété métaphysique si loin des paysages de mon enfance et qui m'attire à six ans, qui m'attire à dix-sept ans, à trente ans, à quarante ans. Depuis que j'ai vu le film Hiroshima mon amour, je crois qu'un amour japonais m'attend quelque part dans le monde, et c'est lui que j'invente parce que l'amour ne vient pas, l'amour comme je voudrais qu'il soit, un amour relevant d'un ordre supérieur indestructible, et je l'appelle Yazuki, un nom issu de cette mémoire qui est un autre mot pour dire imaginer - se souvenir -, une imagination en couleurs, YAZUKI. Je cite ces vers du poète Yazuki, le vendredi 28 mars 2003, à la fin de la chronique «Mon journal de la semaine» de l'écrivain Nobécourt, j'écris (...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia