Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Malaise dans l'identité

Couverture du livre Malaise dans l'identité

Auteur : Hervé Le Bras

Préface : Jack Lang

Date de saisie : 24/05/2017

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 10.00 €

ISBN : 9782330075187

GENCOD : 9782330075187

Sorti le : 22/03/2017

  • Les présentations des éditeurs : 27/03/2017

Peut-on définir l'identité nationale sans exclure certains Français ? En reprenant un à un les critères utilisés par Ernest Renan dans sa célèbre conférence sur la nation - race, moeurs, religion, langue -, Hervé Le Bras montre que c'est impossible. Si l'on veut à tout prix sauver la notion d'identité, elle doit être fondée sur une culture ouverte au monde et à ses mutations, celle grâce à laquelle la France s'est construite au fil des siècles. Mais peut-on définir la culture sans tomber dans les mêmes difficultés qu'avec l'identité ? Pour combattre les termes vagues par lesquels on justifie les replis et les exclusions, il est bon de les décortiquer et de les soumettre à la question, ce qui est le pari de cet ouvrage.

Historien et démographe, Hervé Le Bras est directeur d'études à l'EHESS et directeur de recherche à l'Ined. Il est l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages consacrés à la démographie, à l'histoire des populations, aux moeurs et aux opinions politiques saisies à un niveau territorial fin.



  • La revue de presse Jean-Baptiste de Montvalon - Le Monde du 25 mai 2017

Le mal est fait. Le poison identitaire continue de produire ses effets, dix ans après avoir été inoculé du plus haut sommet de l'Etat dans l'esprit des citoyens. On ne sait à combien s'élèvera l'addition, mais une chose est sûre : on n'a pas fini de payer le prix des calculs électoraux de court terme (banaliser les idées d'extrême droite dans le but d'attirer ses électeurs) qui ont conduit Nicolas Sarkozy à entraîner la France dans une quête aussi vaine que nauséabonde de son «identité nationale»...
Plutôt que de balayer d'un revers de main l'identité comme «un fantasme qu'il faut s'employer à démystifier et à chasser», idée «sympathique» mais dépassée, l'historien et démographe s'est résolu à prendre à bras-le-corps ce concept, puisqu'il infuse dans la société. Son objectif ? «Dégager les composantes éventuelles de l'identité pour contrecarrer celles qui poussent au repli et à la fermeture, et encourager celles qui tendent à l'ouverture.»


  • Les courts extraits de livres : 27/03/2017

OUVERTURE

À l'issue d'une conférence donnée à l'Université du Wisconsin, en plein Middle West, un auditeur me serra la main en me disant "You are a Renaissance man", vous êtes un homme de la Renaissance. Il ajouta que c'était bien français. J'en fus flatté, mais l'ami qui avait programmé la conférence me détrompa. En langue américaine, un homme de la Renaissance, c'est un dilettante, un touche-à-tout qui n'approfondit pas les matières qu'il aborde. J'avais exposé comment les statistiques et la démographie étaient apparues au XVIIe siècle, au service d'une nouvelle forme politique, la monarchie absolue. Comme le sujet était vaste, effectivement je n'avais pas approfondi certains aspects. L'incident me fit prendre conscience de la distance qui séparait deux manières de pratiquer la science. D'un côté, une science sociale des détails, de l'autre, une science sociale des relations entre ces détails. Cela tenait-il au fait d'être français, à mon identité personnelle ? A l'identité de la France, comme le suggérait l'auditeur qui m'avait abordé ? Mais quelle était alors cette identité ? Comment la définir ou la décrire ? Elle ne s'imposait pas directement, mais à la suite du constat d'une différence. Une différence suppose que deux termes ont été comparés et prouve, par sa présence, qu'ils ne sont pas identiques, donc implicitement que ces deux termes existent séparément. L'identité française, d'une part, l'identité américaine, d'autre part. Beaucoup d'autres différences se manifestent entre les deux pays. Peuvent-elles toutes être rapportées à deux totalités cohérentes, deux identités, intitulées la France et les États-Unis ? De nombreuses différences peuvent aussi être constatées entre la France et d'autres pays que l'Amérique. Sont-elles toutes la conséquence de cette identité unique, stable et immuable de la France ? L'observation des différences est indéniable. Leur attribution à des essences appelées identités ou à des substances, pour employer un terme plus philosophique, est une hypothèse que cet ouvrage mettra à l'épreuve.
La France, indépendamment de la notion d'identité, existe comme État avec son territoire, ses institutions et sa législation. Ses citoyens ont une carte d'identité qui marque précisément leur appartenance au pays. Mais au-delà de ces évidences, l'affaire se complique. Par exemple, la différence entre Français et Américains relevée par l'auditeur de la conférence n'est pas généralisable. Des Français mènent des recherches très précises en sciences sociales et des Américains composent de vastes fresques qui n'auraient pas démérité à la Renaissance. Dans d'autres disciplines, on peut même inverser la position des deux pays. En mathématiques par exemple, les Américains ont tendance à être plus généralistes et les Français plus spécialisés. Les différences existent autant entre pays qu'à l'intérieur des pays sans qu'une ligne claire de démarcation ne sépare les unes des autres. Dès lors, pour les distinguer, les caractères nationaux sont condensés en stéréotypes obligatoirement différents d'un pays à l'autre pour accentuer les contrastes. En admettant même que ces stéréotypes soient assez représentatifs des populations concernées, leur ensemble dans un pays donné constitue-t-il une entité ou une totalité que l'on pourrait qualifier d'identité ? C'est au mieux une commodité de langage qui se résume à une liste de particularités sans véritable structuration. Ne pourrait-on pas dire la même chose de la nation ? Non, car celle-ci n'est pas de l'ordre factuel de la description mais de celui volontaire de l'adhésion. La nation est le sentiment par lequel le citoyen exprime sa confiance et sa fidélité à l'État. (...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia