Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Fonctions de la propriété et commun : regards comparatistes

Couverture du livre Fonctions de la propriété et commun : regards comparatistes

Auteur : Aurore Chaigneau

Date de saisie : 11/04/2017

Genre : Droit

Editeur : Société de législation comparée, Paris, France

Collection : Droit privé comparé et européen, n° 27

Prix : 30.00 €

ISBN : 9782365170697

GENCOD : 9782365170697

Sorti le : 03/05/2017

  • Les présentations des éditeurs : 08/11/2017

Fonctions de la propriété et commun : cet ouvrage propose l'étude d'une doctrine qui tente d'intégrer des considérations d'intérêt général dans l'exercice du droit de propriété soit par l'affection de ce dernier à une finalité collective soit en enserrant ce droit dans un ensemble de liens juridiques qui permettent à des tiers d'agir de concert avec le propriétaire pour promouvoir de nouveaux usages de son bien. La préservation de l'environnement a été un levier pour penser ce type de mécanismes. Elle fut une préoccupation motrice de ces évolutions dans la plupart des législations. La protection du patrimoine, le maintien d'une économie locale ont parfois nécessité des dispositifs similaires. A travers des illustrations venues des droits étrangers, ou du droit européen on voit ici poindre la façon dont propriété et commun se rencontrent sans remise en cause de droits individuels existants.


  • Les courts extraits de livres : 08/11/2017

LA FONCTION DES COMMUNS EN DROIT CONTEMPORAIN

UNE INTRODUCTION

Aurore CHAIGNEAU, Professeure de droit privé à l'Université de Paris-Nanterre.

Le droit de propriété formule l'appartenance d'une chose à une personne. Dans l'éventail des droits sur les choses, il désigne celui conférant à une personne les pouvoirs les plus étendus sur ses biens et se voit en conséquence reconnaître un rôle axiomatique dans un ordre juridique puisque les autres droits sur les choses sont définis en considération de celui-ci. Le titulaire de ce pouvoir peut être une personne physique ou morale, ou encore, de façon exceptionnelle, un collectif conçu comme exerçant la maîtrise d'un commun accord. Dans ce dernier cas, le droit est individuel mais son exercice suppose une articulation avec le collectif.
La promotion du droit individuel de propriété a historiquement accompagné la construction d'un sujet autonome en droit. Il en fut même le fer de lance à la Révolution, mais sa protection a toujours suscité oppositions et scepticisme. Sa critique s'est tôt focalisée sur sa dimension individuelle, son efficacité pour saper les corporations et les communautés accusées de maintenir l'individu dans l'aliénation du groupe. Permettre l'émancipation d'une personne supposait d'encourager son autonomie contre son appartenance familiale, professionnelle ou géographique et ainsi, précisément, de dépasser les communs structurant les sociétés traditionnelles c'est-à-dire des collectivités d'habitant structurées autours d'une activité économique spécifique (communautés agricoles, systèmes locaux d'irrigation, pêcheries etc.).
L'affaiblissement de ces collectifs ancestraux avait pour ambition le décloisonnement des communautés et pour corollaire la construction politique d'une nouvelle collectivité, à l'échelle nationale cette fois, s'imposant comme l'échelon d'expression et de protection des intérêts communs des citoyens dans un projet tout autant politique qu'économique. En France en particulier, l'État a prétendu organiser le monopole du commun devenu celui de la nation, pour la défense de l'«intérêt général». Ainsi, il se comprend que les droits du propriétaire s'exercent à ce jour «dans la limite de la loi» dans la plupart des législations en vigueur. Nul hasard donc à ce que dans le droit privé français, la limitation des intérêts particuliers dans les rapports horizontaux, faute d'une énonciation légale, soit venue de la pratique et donc de la jurisprudence. Ce même écueil se retrouve dans les jeunes législations des États d'Europe de l'Est ayant refondu leur droit civil dans les années 1990. La reformulation du droit de propriété et l'affirmation d'un État démocratique a souvent conduit à la minoration de l'intérêt porté à l'articulation des intérêts privés entre eux et ainsi, par exemple, à une incompréhension de l'utilité de la théorie de l'abus de droit.
Cette absorption du commun par le général a par la suite été reformulée dans les législations civiles postérieures comme celles allemande ou italienne rédigées au début du XXe siècle. Le droit de propriété y est défini comme un droit individuel doté d'une «fonction sociale». Cette expression apparue d'abord dans le Bürgerlisches Geseztbuch allemand puis dans le Code civile italien, a été reprise depuis dans de nombreuses constitutions contemporaines et jusque dans le droit européen. Toutefois l'usage de cette notion est resté timoré, car l'articulation avec la notion d'intérêt général et celle commun s'avère lacunaire. Le repoussoir de la propriété sociale socialiste a longtemps fait écran à toute tentative de refondation.
Ainsi, la création et la mise en oeuvre du droit de propriété, protégé constitutionnellement, a consisté d'abord à faire primer l'intérêt du propriétaire public ou privé, avant d'articuler la raison du propriétaire avec celle des usagers, des voisins, ou d'autres riverains du bien. En ce début de XXIe siècle les insuffisances des systèmes de propriété issus de la création des États-nations sont devenues plus visibles face à la nécessité de protéger de nouveaux intérêts.

(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia