Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Buru quartet. Volume 1, Le monde des hommes

Couverture du livre Buru quartet. Volume 1, Le monde des hommes

Auteur : Pramoedya Ananta Toer

Postface : Étienne Naveau

Traducteur : Michèle Albaret-Maatsch | Dominique Vitalyos

Date de saisie : 26/04/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Zulma, Honfleur, France

Collection : Litterature

Prix : 24.50 €

ISBN : 9782843047879

GENCOD : 9782843047879

Sorti le : 19/01/2017

  • Les présentations des éditeurs : 11/04/2017

C'est une longue et belle histoire que «Pram» racontait à ses compagnons de détention sur l'île de Buru, avec ferveur, et un élan vital qu'on partage aussitôt. Une histoire aventureuse et romanesque, une histoire politique aussi, qui nous emmène à Surabaya, en Indonésie, au tournant du siècle.
Minke, jeune journalisme brillant et curieux de tout, y croise le destin d'Ontosoroh, la nyai, concubine d'un riche colon hollandais. Tous deux sont javanais, idéalistes et ambitieux, tous deux rêvent d'une liberté enfin conquise contre un régime de haine et de discrimination, celui des Indes néerlandaises. Deux personnages extraordinaires, aussi attachants que singuliers - au regard d'un monde qui mûrit sa révolution.
On l'aura compris, te Monde des hommes est plus qu'un roman, c'est un monument.

Pramoedya Ananta Toer est né en 1925 sur l'île de Java. Il a été emprisonné par le gouvernement colonial hollandais de 1947 à 1949 (date de l'indépendance de l'Indonésie). En 1965, accusé de sympathies procommunistes sous la dictature de Suharto, il est envoyé au bagne sur l'île de Buru, le goulag des mers du Sud, dont il sort en 1979, sous la pression internationale. Jusqu'à la fin de sa vie, en 2006, il est surveillé et systématiquement censuré. L'oeuvre de Pramoedya Ananta Toer est considérable - plus de cinquante romans, nouvelles et essais, traduits dans près de quarante langues. Avec le Monde des hommes s'ouvre le Buru Quartet, son chef-d'oeuvre enfin traduit en français depuis l'indonésien, et publié dans son intégralité en quatre volumes. Enfant de tous les peuples, le deuxième volume, paraît chez Zulma en mars 2017.



  • La revue de presse Christine Chaumeau - Télérama du 26 avril 2017

Le premier volet d'une tétralogie passionnante sur l'Indonésie du XIXe siècle. Entre roman d'apprentissage et quête identitaire. Chef-d'oeuvre de la littérature mondiale, Buru Quartet, la fresque historique en quatre tomes de l'Indonésien Pramoedya Ananta Toer (1925-2006), dépeint les Indes néerlandaises à la fin du XIXe siècle. Cette saga est doublement romanesque : à la fois par le ­destin tumultueux du personnage principal, Minke, et par les conditions singulières dans lesquelles elle a été composée...
L'influence des romanciers français du xixe siècle et le legs idéologique de la Révolution française imprègnent le texte de Pramoedya qui, fervent con­tempteur du colonialisme, dénonce les compromissions de l'élite indonésienne.


  • Les courts extraits de livres : 11/04/2017

J'étais encore très jeune, dans la fleur de l'âge, mais l'éducation moderne m'avait déjà apporté des bienfaits d'une indicible beauté.
Le directeur de mon école s'était un jour adressé ainsi à ma classe : «Grâce à l'enseignement de vos professeurs, vous avez acquis un vaste champ de connaissances que pourraient vous envier la plupart des élèves d'un niveau analogue dans nombre de pays européens.»
Certes, je n'étais pas peu fier. N'ayant jamais mis les pieds en Europe, j'ignorais si le directeur nous disait la vérité, mais comme sa déclaration me faisait plaisir, j'avais choisi de le croire. Par ailleurs, tous mes professeurs étaient nés en Europe et y avaient fait leurs études. Il m'aurait paru malvenu de douter d'eux, à qui ma famille m'avait confié. Aux yeux des Européens et des métis instruits, ils passaient pour être les meilleurs enseignants des Indes néerlandaises. Je me devais de leur accorder ma confiance.
Ces connaissances scientifiques, dont je constatais les applications dans mon quotidien, me rendaient très différent de la grande majorité de mes concitoyens. Allaient-elles à l'encontre de mon identité javanaise, je l'ignore, mais c'est un jeune Javanais éduqué à l'européenne qui, de l'intérieur, me poussait à écrire. Un jour, me disais-je, ces notes me seront utiles. J'avais raison.
L'une des inventions de la science qui ne cessait de m'émerveiller était l'imprimerie, et surtout la zincographie. Songez qu'il était possible de produire, en une seule journée, des dizaines de milliers de copies de n'importe quelle image : paysages, personnages célèbres, machines nouvelles, gratte-ciel américains. Sur ces feuilles de papier imprimées, je pouvais désormais voir de mes yeux tout ce qui existait de par le monde. Quel dommage pour la génération qui m'avait précédé d'avoir dû se contenter d'arpenter les ruelles de ses villages ! J'éprouvais une reconnaissance sincère envers tous ceux qui avaient travaillé sans relâche à la production de ces avancées merveilleuses. Cinq ans plus tôt, il ne circulait pas encore dans mon entourage d'images photographiques. On trouvait des gravures sur bois et des lithographies, mais elles n'offraient de la réalité qu'une représentation approximative.
Des articles de journaux européens et américains nous informaient des dernières découvertes dont les applications extraordinaires rivalisaient avec les pouvoirs magiques des dieux et des satria de mes ancêtres dans le théâtre d'ombres. Dix ans après leur apparition, mes concitoyens s'étonnaient encore de voir circuler ces véhicules sans chevaux, sans boeufs, sans buffles que sont les trains. Un long convoi de voitures grandes chacune comme une maison, remplies de marchandises et de passagers, tirées ensemble par la seule force de la vapeur. Il était possible désormais de couvrir en trois jours la distance séparant Betawi de Surabaya. Mieux encore, on nous prédisait que d'ici peu ce trajet se ferait en un jour et une nuit ! En seulement vingt-quatre heures ! S'il m'avait été donné de rencontrer Stephenson, je lui aurais offert une superbe guirlande d'orchidées. Un réseau de voies ferrées sillonnait Java, mon île. Des panaches de fumée coloraient le ciel de mon pays natal et se muaient en stries noires qui se perdaient dans le néant. C'était comme si le monde ne connaissait plus la distance, que le télégraphe contribuait lui aussi à abolir.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia