Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Jennifer Murzeau

raconte la joie d'être en vie

Jordan Harper

est originaire du Missouri

Roger-Pol Droit

élabore son esprit d'enfance

Pramoedya Ananta Toer

est né sur l'île de Java

Emmanuelle Becker-Papin

traverse la rivière des doutes

Joukje Akveld

est une journaliste et écrivaine néerlandaise.

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Gilles Paris

est un écrivain heureux et lucide

Caroline De Mulder

est professeur de lettres

Olivier Rolin

aime les trains russes

Jean-Noël Fabiani

est Professeur de chirurgie cardiaque

Jason Shiga

Il depuis toujours à Oakland, en Californie.

Bruno Bayen

Bruno Bayen est comédien, metteur en scène, traducteur et écrivain.

Vladimir Sorokine

est vénéré par les uns, détesté par les autres.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Laurence Nobécourt

a rendez-vous avec le Japon

François Hauter

vit à Montreux

Chez Frédéric Dard

Tout fut démesuré

Abdellah Taïa

est né à rabat

Jean Pruvost

enchante les media

Thierry Hesse

signe une confession captivante

Éric Neuhoff

fait entendre la petite musique du coeur

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Anne Sinclair

cherche la boussole

Stéphane Pair

est journaliste à France Info (Radio France)

Niiia Weijers

a étudié la littérature à Amsterdam et à Dublin.

Karin Kalisa

a vécu à Hambourg, Tokyo et Vienne avant de s'installer à Berlin

Victor del Árbol

a été séminariste, policier, garde du corps

La famille Standjofski

est un méli-mélo de racines européennes

Nicolas Tackian

Il notamment créé avec Franck Thilliez la série ALEX HUGO pour France 2

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Régine Detambel

prend soin de nous, comme les livres

Christian Oster

Prix Médicis 1999, nous enchante à nouveau

Kamel Daoud

conquiert sa liberté par et dans l'écriture.

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Imre Kertész

Imre Kertész vécut l'écriture comme un acte existentiel et personnel,

Simona Sora

est une critique littéraire reconnue en Roumanie

Monique Bacchetta

présente les écrits mandéens

Frédéric Dard

sut marier grâce et grossièreté

Julia Kerninon

a toujours voulu être écrivain

François Busnel

est le journaliste préféré des libraires

Françoise Chandernagor

partage le bonheur de découvrir les poétesses inconnues

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

.. La disparition d'Heinrich Schlögel

Couverture du livre La disparition d'Heinrich Schlögel

Auteur : Martha Baillie

Traducteur : Paule Noyart

Date de saisie : 21/04/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Jacqueline Chambon, Paris, France

Prix : 22.50 €

ISBN : 9782330075897

GENCOD : 9782330075897

Sorti le : 01/04/2017

  • Les présentations des éditeurs : 21/04/2017

Mais qui est donc Heinrich Schlögel, disparu dans le Grand Nord canadien et qui refait surface à Toronto trente ans plus tard, en apparence inchangé ? C'est ce que va tenter de découvrir la narratrice en collectant, avec une passion obsédante, tout ce qui lui permettra de reconstituer l'histoire de ce jeune Allemand, parti sur les traces du voyageur Samuel Hearne.
Tout à la fois enquête, récit d'exploration, réflexion sur la colonisation d'une nature préservée, sur les pièges et les chausse-trapes de l'espace-temps, ce roman nous entraîne dans un jeu de miroirs où, entre hypothèses et vérités, trouvailles et incertitudes, la réalité de ce monde de l'extrême s'habille de fantastique. D'ailleurs, Heinrich Schlögel n'a-t-il pas été lui-même le jouet de sa soeur Inge, surdouée et asociale, qui, recluse dans ses livres, l'a précipité dans cette extraordinaire et improbable aventure ?
D'une voix envoûtante, presque chamanique, ce roman magnétique poursuit une quête singulière tout en interrogeant la mémoire, les rémanences du passé et les paradoxes de la civilisation.

Martha Baillie est l'auteur de cinq ouvrages publiés au Canada. La Disparition d'Heinrich Schlögel est son premier roman traduit et publié en France.



  • La revue de presse Alice Zéniter - Le Monde du 20 avril 2017

Et c'est redevenue (faussement) invisible que la traduction révèle son extrême qualité : Paule Noyart traduit ce roman, qui bascule de la minutie du travail d'archive à l'extraordinaire fracas des glaciers qui avalent le temps, avec une précision que j'admire. Le texte de Martha Baillie était écrit dans un anglais traversé des fantômes de l'allemand (langue maternelle de Schloëgel et de l'archiviste) et de l'inuktitut. Passé au français, il est un conglomérat de langues dont pourrait résulter une formulation légèrement mais durablement floue. Ce n'est jamais le cas. La beauté concise de certaines phrases arrête net la lecture.


  • Les courts extraits de livres : 21/04/2017

L'oeil nu

Comme tous les êtres vivants, j'ai une mère et un père ; mais je ne les ai jamais vus. Je sais qu'ils se sont rencontrés l'été dernier ; pendant plusieurs jours ils ont volé de concert et aspiré ensemble le suc des mêmes fleurs. Puis ils se sont unis quelques heures. Mon père a pressé le bout pointu de son ventre contre ma mère, et c'est ainsi qu'il a fait glisser quelques graines microscopiques dans son corps - des graines si petites que personne n'aurait pu les voir à l'oeil nu.
Les Animaux et leur famille : le Papillon

Les phrases qu'Heinrich préférait étaient dures comme du sucre d'orge et elles avaient la vie longue. Enfant, il ne lisait pas facilement mais il écoutait et se rappelait - il savourait ce qu'on lui lisait. Ses livres préférés étaient ceux qui décrivaient la vie des animaux. La personne qu'il admirait le plus était sa soeur aînée, Inge.

*

Dans une lettre à une amie datée du 30 octobre 1980 et portant le cachet de Toronto - lettre essentielle dans mes archives -, Inge se rappelle :
Chaque fois que les fermiers pulvérisaient des pesticides sur leurs champs, on envoyait notre servante dans la cour arrière avec un seau d'eau savonneuse et une éponge pour laver ma balançoire afin que je ne sois pas empoisonnée si j allais jouer dehors. Le lendemain, après que les tracteurs étaient partis, traînant derrière eux leur réservoir, je franchissais la grille et traversais la zone sauvage qui, derrière la cour, descendait vers les champs de houblon, où je disparaissais entre les hautes rangées de plants lourdement chargés. Je ramassais les oiseaux morts. Ceux qui venaient tout juste de mourir étaient mous et tièdes dans ma main. Je déposais les corps délicats dans le sac en coton que j'avais pris à la poignée de porte de la cuisine - ce sac que ma mère remplissait chaque mardi, jour de marché, de légumes, de fruits, de saucisses, de fromage et de pain. Tous les deux ou trois mètres, un cadavre gisait à mes pieds. Sur le chemin du retour, j'enterrais les oiseaux dans la zone sauvage, mais avant, je m'asseyais et les empilais à côté de moi pour les examiner, un à un ; j'admirais les couleurs qui reprenaient vie quand je faisais tourner une aile afin qu'elle capte la lumière juste comme il le fallait. La dureté d'un bec et la douceur d'un oeil devenaient miennes ; personne ne pouvait me les prendre. L'ensevelissement se déroulait sans cérémonie. Quand, dans ma hâte, j'avais oublié d'emporter une petite bêche, je creusais la terre avec mes doigts.
Notre servante était une grosse fille de seize ans, elle venait d'une famille pauvre, n'était ni jolie ni instruite, mais elle travaillait dur. J'avais deux ans quand mes parents l'ont engagée pour qu'elle me tienne à l'oeil et aide à la préparation des repas, au nettoyage de la maison et à la lessive. Elle est restée longtemps avec nous. Je devais avoir dans les six ans quand j'ai commencé à ramasser les oiseaux morts dans les champs.
En contrebas des houblonnières, il y avait un endroit que l'on appelait le «petit trou»; c'était là que vivaient les Italiens, et aussi les Turcs. Ils venaient à Tettnang pour récolter le houblon, construire les égouts, et pour exécuter d'autres travaux ardus et déplaisants que les Allemands préféraient éviter. Mes parents m'avaient interdit d'aller dans le «petit trou», et pour être sûrs que j'obéirais, ils m'avaient affirmé que les Italiens et les Turcs mangeaient les hérissons et qu'ils me mangeraient peut-être. Aussi, pour me rendre au château qui se trouvait de l'autre côté de la vallée, je devais prendre le chemin le plus long par les rues de la ville. Sur la place centrale, une pancarte fraîchement peinte disait : TETTNANG VOUS SOUHAITE CORDIALEMENT LA BIENVENUE. Suivaient un bref historique de la ville et un petit texte affirmant que le houblon cultivé dans les champs entourant Tettnang était d'une qualité inégalée dans toute l'Allemagne et peut-être dans le monde :

LE PLUS FIN DES ARÔMES ET UNE AMERTUME DÉLICATE DONNENT À LA BIÈRE UN CARACTÈRE DISTINCTIF QUI REFLÈTE, À CHAQUE GORGÉE, LE PAYSAGE UNIQUE QUI S'ÉTEND ENTRE LA RIVE SEPTENTRIONALE DU LAC DE CONSTANCE ET L'ALLGÄU.

(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia