Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. La nuit sera belle

Couverture du livre La nuit sera belle

Auteur : Lucie Desaubliaux

Date de saisie : 27/06/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 18.50 €

ISBN : 9782330076160

GENCOD : 9782330076160

Sorti le : 05/04/2017

  • Les présentations des éditeurs : 21/04/2017

Le point de vue des éditeurs

Trois amis - Arek, Ivan, Todd C. Douglas - se préparent à veiller toute la nuit dans l'attente de l'aube qui les verra enfin partir pour l'expédition qu'ils concoctent de longue date... sans toutefois en avoir arrêté la destination. Car il s'agit d'abord de se donner du coeur à l'ouvrage, à grand renfort de thé, bière, vin et whisky - dans l'ordre et sans modération.
Au sein de leur trinité qui a érigé la procrastination en sagesse et en art de vivre, Arek cherche quoi faire, Ivan veut faire mais n'y arrive pas et Todd C. Douglas se complaît dans le non-faire. A eux trois, tandis que l'ivresse gagne et qu'ils essaient de soustraire leur existence à toute justification au bénéfice du désirable interstice au sein duquel les choses n'ont plus besoin d'exister mais seulement d'être possibles, ils explorent victorieusement l'oisiveté sous toutes ses formes.
Ne fait-on rien quand on ne produit rien ? Et qu'est-ce, au juste, que "faire" ? Comment agir sans produire ou chercher sans accomplir ? Ne peut-on vivre sans que le travail devienne la vie ? Comment dissocier l'idée d'oisiveté de celle de paresse ? Et qu'est-ce, au juste, que l'oisiveté ? Ne pas travailler ? Ne rien faire ? Pratiquer des activités qui ne sont pas le travail ? Une recherche sans certitude de trouver, est-ce un travail ?
À ces questions que se posent des personnages qui font beaucoup plus que ce qu'ils croient et beaucoup moins que ce qu'ils disent, La nuit sera belle imagine des réponses aussi profondes que jubilatoires.

Née en 1989, titulaire du diplôme national supérieur d'expression plastique, Lucie Desaubliaux a participé à plusieurs expositions avant de reprendre des études en master lettres et création littéraire au Havre, en 2014.
Elle vit actuellement à Rennes. La nuit sera belle est son premier roman.



  • La revue de presse Baptiste Liger - L'Express, juin 2017

Conjuguant habilement art romanesque et techniques théâtrales (en cinq actes et un épilogue), La nuit sera belle séduit par son écriture au scalpel et ses dialogues imparables qui illuminent cette fable existentielle dont les héros, glandeurs dans l'âme, s'avèrent plus "productifs" qu'il n'y paraît.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 1er juin 2017

Trois amis dans un appartement parlent toute une nuit d'expédition. Partiront-ils  ? Où  ? Réponse dans le premier roman profond et drôle de Lucie Desaubliaux...
Lucie Desaubliaux porte la soirée un peu barrée entre étudiants à la hauteur d'une utopie philosophique, où règne l'esprit du zen californien des années 1970. Le tour de force, si c'en est un, est d'y parvenir avec légèreté, en tenant en haleine le lecteur par de subtiles attentes ménagées dans le récit, et une fausse gravité dans chaque phrase. Une belle et souriante nuit de lecture en perspective.


  • La revue de presse Eric Loret - Le Monde du 20 avril 2017

Entre ironie combinatoire et fantaisie poétique, ce premier roman réenchante le langage à la mesure du désir de ses héros postadolescents, au long d'un voyage philosophique en chambre...


  • Les courts extraits de livres : 21/04/2017

Arek frappe trois coups sur la porte de l'appartement et c'est la fin du jour.
Todd C. Douglas ouvre la porte, Arek entre et Ivan verse de l'eau dans la bouilloire rouge et ronde. Il la pose sur le gaz et il allume le feu. C'est toujours lui qui prépare le thé, parce qu'il connaît la science de l'infusion. C'est aussi lui qui préfère le bruit et l'odeur des allumettes qu'on craque. Ils ne disent presque rien - on n'a plus besoin de se saluer quand on est amis depuis longtemps.

Dehors, même si le ciel est encore bleu, le rose caché sous l'horizon commence à monter depuis l'arrière des immeubles, là où le soleil a disparu. La journée a été couverte d'un lavis gris, soyeux comme un ventre de chat, qui s'est levé au moment où Arek est sorti de chez lui. Un gros coup de vent est alors passé et le ciel est maintenant très propre - la nuit va être belle.

Le thé

Le ventre de l'appartement tient en une seule grande pièce. On y entre par le milieu, après avoir grimpé l'interminable escalier - il est raide comme une échelle, et la crasse sur les marches le fait coller et couiner - jusqu'au dernier palier, où il n'y a qu'une porte - celle de Todd C. Douglas. A droite après être entré, il y a la cuisine, bien ouverte sur le reste - c'est là où on va boire le thé.

C'est une belle cuisine, très blanche, avec ce qu'il faut comme place pour travailler sans que l'organisation ne rende tout pénible. Les appareils sont vieux, taillés pour les recettes confortables de plats mijotes et de confitures. Les deux éviers en émail sont assez larges pour que la vaisselle ne prenne pas un air trop irréalisable. Des étagères s'étalent contre le mur du fond, elles portent les bocaux et les bouteilles qu'Ivan prépare. Ils sont remplis de rhum arrangé, de fruits au sirop, de conserves de chou épicé et de gros cornichons. Sur l'autre mur, au-dessus des éviers, il y a une frise de carreaux qui donne à ce coin-là un air de grand-mère fluette. Todd C. Douglas a habillé la faïence à l'encre bleue - il a dessiné, sur chacun, un tatouage de prisonnier russe. Ça raconte une histoire que lui seul ou un membre de la mafia seraient capables de déchiffrer. Il y a des larmes, des poignards, des coeurs, des poissons, des chats et des anges.

Arek et Todd C. Douglas se font face, installés aux deux extrémités de la table. Ivan s'est assis sur l'un des grands côtés - il a besoin de place pour ses bras et ses mains qui sont longs et larges. Il aime bien être devant les histoires muettes des carreaux de faïence. Il réussit mieux les discussions quand il a quelque chose à regarder, à tâter ou à se raconter. Il possède tout un tas de petites activités de compagnie, à faire sans y prendre trop garde, pour les soirées à boire des coups dans la cuisine.

La vieille table est en noyer cuivré, doux et chaud. Les joints de pâte à bois sont mous, entre goudron et caramel. Si on les gratte de la pointe du couteau ou de l'ongle, on découvre une couche tendre couleur muscade sous la surface noircie. C'est une très bonne table pour soutenir les coudes en cas de grosse conversation. Il faut juste faire attention à l'endroit où le joint, à force d'être gratté, est remplacé par les miettes des petits-déjeuners. Il y en a toujours pour venir se coller sur l'avant-bras. Si on ne prend pas le temps et qu'on ne les secoue pas avant de redescendre ses manches, les miettes restent piégées là, elles se cachent dans les plis et démangent toute la journée.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia