Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Slow shopping thérapie : consommez moins, vous irez mieux

Couverture du livre Slow shopping thérapie : consommez moins, vous irez mieux

Auteur : Valérie Halfon

Date de saisie : 10/05/2017

Genre : Guides et conseils pratiques

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Prix : 15.90 €

ISBN : 9782226393616

GENCOD : 9782226393616

Sorti le : 19/04/2017

  • Les présentations des éditeurs : 17/05/2017

Remettre l'argent à sa juste place pour être plus heureux et plus libre. Et découvrir tout ce qu'on a à gagner d'une meilleure gestion.

Miroir de notre personnalité, notre manière de dépenser est révélatrice de nos goûts, de nos envies, mais aussi de nos blessures et de nos peurs. Y réfléchir nous offre un éclairage sur nous-même et peut constituer une véritable «thérapie». Valérie Halfon nous invite à nous interroger afin de :
- prendre conscience de nos besoins réels et de nos dysfonctionnements ;
- consommer autrement et assainir nos finances ;
- nous recentrer sur l'essentiel et gagner en liberté.

Loin d'une méthode privative classique, son approche inédite, créative et structurante - illustrée par de nombreux exemples tirés de son expérience de coach - permet à chacun de reprendre le contrôle de sa vie et d'aller jusqu'au bout de ses désirs profonds.
Elle s'adresse aux novices comme aux connaisseurs qui y découvriront les bénéfices matériels et spirituels d'une gestion éclairée du budget.

Bonus : à l'intérieur du livre, un QR code permet au lecteur d'accéder en ligne à des tableaux de dépenses et de budget prêts à l'emploi pour la gestion de son budget personnel.

Conseillère en gestion de budget, titulaire d'une maîtrise de gestion de l'université Paris-Dauphine, Valérie Halfon accompagne des personnes et des groupes désirant optimiser leurs finances personnelles. Elle donne également de nombreuses conférences en France et à l'étranger.


  • Les courts extraits de livres : 17/05/2017

Extrait de l'avant-propos

«Nous vivons sous le règne de l'excès jusqu'à la nausée. Tout finit par se confondre : le chat, l'enfant, la voiture, la maison, le dernier smartphone, les besoins accessoires et ceux vitaux. Mais la profusion de biens ne saurait en elle-même être source de contentement.»
Virginie Megglé

Je suis conseillère en budget, c'est-à-dire que j'aide les ménages à gérer leurs finances personnelles.
Je coache toutes sortes de personnes. Des personnes endettées qui dépensent plus qu'elles ne gagnent, des personnes qui veulent apprendre à mieux gérer leur argent, des personnes qui gagnent bien leur vie mais ne savent pas maîtriser leurs dépenses. A un moment donné, toutes ont eu un déclic, souvent forcé. Elles ont été frappées d'interdiction bancaire par exemple, ou alors les problèmes d'argent ont muté et entraîné avec eux des problèmes divers (de santé, de couple...). Je les ai aidées à changer de perspective quant à leur manière de voir l'argent et, finalement, d'envisager leur vie.
Famille après famille, personne après personne, j'ai compris quelque chose à l'argent, bien sûr, mais l'essentiel concerne notre rapport à l'argent.
L'argent est un moyen et non une fin en soi, comme la société de consommation voudrait qu'on le croie. Réfléchir sur sa manière de consommer, c'est réfléchir sur soi-même, ses goûts, ses envies, ses objectifs... Imaginez que vous commenciez à analyser vos dépenses. Vous vous rendriez compte de certaines choses sur vous. Vous dépensez pas mal en junk food, par exemple, ou en loisirs pour vos enfants. Peut-être le désiriez-vous, mais peut-être pas. Peut-être que vous aspirez au fond de vous à une vie plus en rapport avec vos vrais désirs, vos vraies envies. Je vous propose d'y accéder en utilisant vos dépenses comme point de départ. Car la manière dont on dépense son argent aide à mieux se connaître, et donc à mieux définir ses choix et ses priorités dans la vie.
Pour parler de ma propre histoire, j'ai toujours aimé et su faire des économies. J'ai été assez jeune orpheline de père. Un jour, à l'âge de 15 ans, ma mère m'a confié 200 francs (une petite somme à l'époque), une liste de courses et m'a demandé de faire le marché de la semaine (fruits, légumes, poisson, oeufs...). Comme je lui rendais la monnaie, ma mère la compta et s'écria : «Je ne comprends pas. Quand je vais au marché, je dépense toujours plus que ça ! Comment as-tu fait ?» Je lui répondis que j'étais passée chez les différents marchands et avais acheté telle chose chez l'un, telle chose chez l'autre, selon le prix. Puisque c'était ainsi, décida ma mère, je ferais le marché toutes les semaines. Ce que je fis.
J'ai étudié l'économie et la gestion à l'université. On n'y apprenait pas l'économie familiale, plutôt celles des sociétés et de l'État. Mais j'aimais ces études, qui mêlaient mathématiques et sciences sociales.
Des années plus tard, après avoir travaillé, j'ai fait le choix de rester à la maison pour m'occuper de mes enfants. Avec un budget limité, je suis devenue la reine de la débrouille. Je prenais ma poussette et me rendais au marché, où je connaissais les étals les moins chers. J'achetais peu de vêtements pour les enfants ou pour moi-même. Je recyclais beaucoup, ce qui me permettait de faire pas mal d'économies. Bien sûr, on vivait simplement, mais cela ne me dérangeait pas. Cela découlait d'un choix : rester à la maison avec mes enfants jusqu'à leurs 3 ans. J'ai eu la chance de pouvoir le faire.
Un jour, bénévole dans une association qui aidait les familles surendettées, je me suis dit : «Voilà ce que je voudrais faire.» Je pensais que ça allait être simple : leur montrer quels postes de dépenses réduire et comment. Mais je me suis rapidement rendu compte que c'était bien plus compliqué que cela.


  • Le courrier des auteurs : 17/05/2017

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis conseillère en budget et j'aide les gens à optimiser leurs finances personnelles. Je me considère un peu comme un docteur d'argent. Oui, quand on est malade, on va voir un docteur, et bien quand on a des problèmes d'argent, on vient me consulter. Ce qui est intéressant, c'est ce que les chiffres nous disent. Ils ne mentent jamais ! D'après les symptômes (les chiffres), j'essaie d'établir un diagnostic et de comprendre d'où vient le problème. Problème avec les limites, luttes de pouvoir au sein du couple... De plus quels postes budgétaires posent problème ? Pourquoi ? Et comment y remédier ? Enfin, le traitement, qui passe aussi par une réflexion sur ce qui est essentiel ou non pour nous dans la vie.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le but du livre est d'inviter les lecteurs à réfléchir sur leur consommation à travers l'analyse de leurs dépenses. Établir son budget n'est pas qu'un acte purement technique. C'est avant tout une occasion de se poser des questions sur ses choix de vie, ses objectifs, ses priorités... Car l'argent n'est qu'un moyen pour réaliser ses rêves. Par exemple, si pour des raisons financières, on n'arrive pas à partir en vacances, on pourra peut-être réduire ses dépenses dans un ou plusieurs autres postes budgétaires, comme l'alimentation, par exemple, en réduisant le junk-food, ou en mangeant moins de viande. L'argent de vos vacances se trouve peut-être dans votre frigo !

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Il y en a beaucoup, mais peut-être une des 10 règles d'or du livre.
"Vivre avec pas grand chose pour arriver à faire de grandes choses".
Ou alors une autre : "Pensez avant de dépenser".

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une musique classique, Mozart, Beethoven ou Bach. Une musique qui fait du bien, qui calme, qui apaise, qui inspire mais qui peut aussi nous donner envie d'agir.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une philosophie de vie. On n'a pas besoin de beaucoup pour être heureux mais la société de consommation veut faire de nous des êtres passifs qui ne vont jouir de la vie que lorsqu'ils dégaineront leur carte de crédit. Alors que c'est le contraire qui est vrai. C'est lorsqu'on réalise son potentiel, qu'on se sent utile, qu'on est vraiment heureux. Et ça passe aussi par un remise en question de sa consommation.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia