Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Je suis une voleuse

Couverture du livre Je suis une voleuse

Auteur : Muriel Kunth

Date de saisie : 25/05/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Jets d'encre, Saint-Maur-des-Fossés

Prix : 16.00 €

ISBN : 9782354858247

GENCOD : 9782354858247

Sorti le : 02/05/2017

  • Les présentations des éditeurs : 25/05/2017

«Aucun caillou, aucun arbre, aucun nid d'oiseau n'avait de secret pour elle. Mais ce matin-là, son ciel était vide. Plus rien ne ressemblait à rien. Ni le fossé qu'elle enjambait la veille encore pour attraper quelques nèfles, ni les petits agneaux de Paulette, la voisine, auxquels en passant elle aimait tendre la main pour sentir leur langue râpeuse la chatouiller. Ce matin, ils la regardaient ramasser les morceaux de son esprit, tandis que les larmes dégoulinaient sur ses souliers.»

Qui n'a pas volé au moins une fois étant enfant ? Pour un petit larcin que Marie a commis à l'âge de sept ans, la punition infligée lui laissera une trace indélébile. Comment va-t-elle triompher d'une enfance cabossée et des multiples fracas de son existence ? C'est ce parcours que l'auteur nous restitue dans ce récit intime, profondément émouvant et d'une élégante sobriété.

Muriel Kunth a passé son enfance dans la Sarthe. Elle est psychologue-clinicienne et travaille comme psychanalyste et psychothérapeute à Paris.


  • Les courts extraits de livres : 25/05/2017

Les Madeleine

La mère s'adressa à la petite :
- D'où vient ce billet que j'ai découvert dans ta poche ?
À cette époque, les enfants n'avaient pas école le jeudi. En classe, ils portaient tous un sarrau, une sorte de blouse destinée à protéger leurs vêtements. Tous les mercredis soir, Madeleine avait l'habitude de changer le linge de ses deux filles : la petite âgée de sept ans, et sa soeur, son aînée de deux ans. Au préalable, elle prenait toujours soin de vider leurs poches.
- Je l'ai trouvé sur la route en revenant de l'école, maman !
La petite habitait avec ses parents et grands-parents, dans une fermette située à 1 kilomètre du village.
- Alors, tu devras le porter à la mairie, et si dans un an et un jour personne n'est venu le réclamer, ce billet sera à toi.
Dans ce village de la Sarthe qui comptait 700 habitants, la mairie était ainsi le gardien des objets trouvés, le dépositaire en quelque sorte de l'honnêteté de ses administrés.
Le vendredi matin, avant de reprendre le chemin de l'école, la petite remit consciencieusement l'argent dans la poche de son sarrau propre. Ce billet, d'une valeur de 5 euros aujourd'hui, resta toute la journée lové dans son nouveau refuge. En classe, elle le sortit de temps en temps pour le regarder discrètement sous son bureau, le respirer, le caresser, avant de vite le replonger dans sa poche, le maintenant tapi au creux de son ventre, persuadée de posséder un véritable trésor. À aucun moment elle n'eut l'idée de suivre les recommandations de sa mère et encore moins de le dépenser.
Le soir même, Madeleine, que la crainte d'avoir une fille menteuse et voleuse avait taraudée toute la journée, l'attendit de pied ferme pour vérifier si elle lui avait bien obéi. Surprise, la petite bafouilla, s'égara dans ses explications et ses joues s'empourprèrent tant que les efforts qu'elle déploya pour convaincre sa mère ne firent que la rendre définitivement suspecte. Alors, Madeleine lui intima l'ordre d'approcher, afin d'interroger ses poches. L'une d'elles la moucharda : le billet, plusieurs fois replié sur lui-même se faisait tout petit, mais il était bien là, apeuré et craintif. Prise au piège, la petite avoua l'avoir dérobé dans le tiroir du bureau de sa maîtresse d'école. Telle une furie, Madeleine se jeta sur elle et la rossa sévèrement, se servant du scion qu'elle gardait toujours à proximité.
(...)


  • Le courrier des auteurs : 25/05/2017

1) Qui êtes-vous ? !
Je m'appelle Muriel Kunth. Je suis psychologue clinicienne, psychanalyste.
Dès ma naissance et longtemps après, la vie ne m'avait pas gâtée, ne m'avait pas bien servie comme l'on dit, et pour me protéger d'elle je vivais à côté, en marge. Je la craignais la vie.
Aujourd'hui, je ne dis plus la vie, je dis ma vie. Je la goûte, je la déguste, je la croque à pleines dents, je la dévore, j'en redemande... Elle m'a offert des cadeaux inestimables : des enfants et des petits enfants, puis il y a dix ans : une histoire d'amour, une vraie.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est un récit autobiographique que j'ai envie de présenter d'abord sous la forme d'un oxymore : c'est l'histoire d'un grain de sable qui agresse une huitre. Il lui fait mal plusieurs fois et longtemps, jusqu'au jour où l'huitre va petit à petit trouver en elle les moyens de faire de ce grain de sable, une perle.

Peu après les années 50, dans un milieu ouvrier et un contexte familial particulier, comment, après une humiliation à laquelle préexistait son histoire, une petite fille va grandir, traverser son adolescence, sa vie de jeune femme, de mère,...pour devenir enfin une femme libre.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Ce serait une valse populaire, et plus particulièrement la chanson d'Édith Piaf «La foule». D'ailleurs, celle-ci ressemblait étrangement à ma mère : «une petite chose» fragile et solide à fois. La valse est un tourbillon qui invite, qui enivre, et qui peut séparer. C'est la vie. C'est mon livre. Il s'agit de rencontres, de fulgurance, de ravissement (à la «Duras»), de déchirures...

4) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La phrase de JP Sartre : «On peut toujours faire quelque chose de ce qu'on a fait de nous».
Le «toujours» est peut être excessif et exigeant, mais on peut toujours essayer ! Non ?

J'aimerais également partager la découverte qu'a été pour moi l'écriture. «Je suis une voleuse» est mon premier roman. J'avais écrit il y a longtemps l'humiliation vécue à l'âge de sept ans, sans savoir que j'étais en train d'écrire un livre. Alors que je suivais une psychanalyse, en plus du «dire», j'avais ressenti impérativement la nécessité d'écrire cette scène. C'était un moyen à la fois de m'en séparer et de me l'approprier autrement. Puis, je l'ai rangée dans un tiroir, sans m'en préoccuper. Je l'ai retrouvée plusieurs années après et j'ai eu envie de prolonger mon histoire. C'est là que naît mon désir d'écrire et que chemin faisant, je trouve une jouissance dans cette farandole de mots. Je me laisse prendre, emporter par les mots qui parfois me précédent, me jouent des tours, me font des pieds de nez. Trouver les mots justes, ou juste les mots... Ces mots qui en font toute une histoire...mon histoire.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia