Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault

Couverture du livre Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault

Auteur : Caroline Zéau

Date de saisie : 22/05/2017

Genre : Cinéma, Télévision

Editeur : Yellow now, Crisnée, Belgique

Collection : Côté films, n° 34

Prix : 12.50 €

ISBN : 9782873404062

GENCOD : 9782873404062

Sorti le : 24/05/2017

  • Les présentations des éditeurs : 25/05/2017

Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault (1963) est un film fondateur et libérateur : en même temps qu'il clame l'avènement d'une cinématographie québécoise radicalement singulière, il annonce la maturité du cinéma direct et le renouveau du film documentaire, pour les générations à venir... Il ne se contente donc pas de s'adresser à elles pour leur léguer les trésors en péril de l'oralité et du geste, porteurs des traditions et de la culture québécoises. Il s'adresse aussi, plus de cinquante ans plus tard, aux générations de spectateurs à venir pour leur rappeler ce qui, du cinéma, ne doit pas être négligé au nom de la modernité : le temps qu'il faut pour le regard et pour l'écoute.
S'il est important de reconsidérer ce film aujourd'hui, c'est parce que, comme Chronique d'un été dont il prolonge la recherche - le premier dit Ce film a été vécu et joué par les habitants de l'Ile-aux-Coudres, le second disait Ce film n'a pas été joué par des acteurs mais vécu par des hommes et des femmes... -, il représente une matrice, toujours féconde, en ouvrant une voie large et assumée aux relations entre fiction et documentaire qui forment le creuset du documentaire contemporain.

Caroline Zéau est maître de conférences à l'université de Picardie Jules Verne à Amiens. Elle enseigne l'histoire et l'esthétique du cinéma documentaire et dirige le Diplôme d'université «Réalisation documentaire de création». Elle est membre du conseil d'administration du Centre de création cinématographique Périphérie. Elle a publié sa thèse sous le titre L'Office national du film et le cinéma canadien (1939-2003). Éloge de la frugalité aux Éditions scientifiques internationales Peter Lang en 2006, a écrit pour diverses revues (Images documentaires, 1895, Vertigo, 24 Images, Nouvelles Vues sur le cinéma québécois, Décadrages) et contribué à divers volumes collectifs.


  • Les courts extraits de livres : 25/05/2017

L'un et l'autre

«L'un est venu à l'image par le verbe. L'autre au verbe, par l'image. Et un jour, l'un et l'autre, nous nous sommes rencontrés à l'occasion du tournage d'un film, maintenant presque oublié, qui s'est lui-même intitulé, sans intervention de notre part, Pour la suite du monde.» Ainsi Pierre Perrault évoquait-il, en 1990, sa rencontre avec Michel Brault et son premier long métrage réalisé au cours de l'année 1962. Ce film «presque oublié» a pourtant rempli bien plus que la mission qu'il s'était donnée, celle de garder vivants, à travers une «épopée documentaire», la parole et les gestes des habitants de l'Île-aux-Coudres, une terre de dix kilomètres sur trois située au large de la côte nord du Québec, dans le région de Charlevoix. Située dans l'estuaire du Saint-Laurent, c'est-à-dire «entre la mer et l'eau douce», elle fut l'une des premières haltes de Jacques Cartier à son arrivée sur le continent en 1535.
Pour la suite du monde... le titre de ce film comporte pour une oreille française une dimension prophétique, quelque chose d'un peu présomptueux : un film pour la survie de l'humanité, de la planète. Mais pour une oreille québécoise, le monde c'est d'abord les gens. Ce que nous dit Grand Louis dans le film - «On fait quelque chose pour la suite du monde» - c'est que les hommes de l'Île-aux-Coudres oeuvrent, en s'associant à l'aventure du film, pour les générations d'hommes et de femmes qui y vivront après eux (la traduction anglaise du titre qui a été adoptée pour le DVD, For the Ones to Come, lève cette ambiguïté). La hauteur d'homme est bien ici ce dont il est question, et même si la lune y joue un rôle crucial, c'est celui d'une complice familière et attentive aux besoins des simples mortels que la création lui a confiés. Ce décalage - récurrent, nous le verrons - entre le mot que nous croyons connaître et le sens que nous lui découvrons rend peut-être l'expérience du film encore plus riche pour le public français qui apprécie tout à la fois la familiarité de la langue et de ces personnages, presque nos grands-parents, et une étrangeté irréductible que le film ne veut pas résoudre. Car si la passion de l'homme, ce qui le définit, son rapport à l'histoire et à l'avenir, sa façon de légender nous deviennent familiers, le mystère de la pêche, lui, reste entier pour ceux-là mêmes qui la pratiquent.

Faudrait-il alors attribuer à ce plaisir d'observateur lointain, pour reprendre l'expression de Noël Burch, le succès du film en Europe, et particulièrement dans les pays francophones ?
L'historien du cinéma québécois Yves Lever semble confirmer cette idée quand il écrit, en 1999, dans un texte hommage à Pierre Perrault intitulé Le Profanateur : «À vingt ans, quand je vois pour la première fois Pour la suite du monde, lors de sa première à la télévision, je ne suis pas emballé du tout. Alexis ressemble trop à mon père, Marie à ma mère, Léopold à mon oncle Roger, et il n'y a que des Grand-Louis et des Abel Harvey dans le voisinage. [...] Confusément aussi, je sens un peu le malaise que Stéphane-Albert Boulais explicitera magnifiquement vingt ans plus tard, celui de ne plus être que "métonymie", "signifiant dans le langage d'un autre", "sens que le maître d'oeuvre veut bien construire". À mes yeux, ce monde profane n'a rien de séduisant à côté du cinéma que j'ai déjà appris à aimer.» Pas assez d'étrangeté pour lui, qui a vécu son enfance dans la région de Charlevoix, à la première vision du film, mais il découvre finalement que la démarche profondément profane de Pierre Perrault pour décrire ce monde de croyances est ce qui lui vaut sa singularité : la façon d'ancrer le mythe dans le quotidien qui caractérise et légitime le documentaire.

(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia