Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Trésors de la faïence maçonnique française du XVIIIe siècle

Couverture du livre Trésors de la faïence maçonnique française du XVIIIe siècle

Auteur : Jean-Claude Momal

Préface : Roger Dachez

Date de saisie : 22/05/2017

Genre : Esotérisme

Editeur : Dervy, Paris, France

Collection : L'univers maçonnique

Prix : 29.90 €

ISBN : 9791024201849

GENCOD : 9791024201849

Sorti le : 24/04/2017

  • Les présentations des éditeurs : 08/11/2017

L'histoire racontée ici par l'image est celle d'un trésor caché. C'est l'histoire dans l'Histoire de ce patrimoine maçonnique méconnu, jamais inventorié, illustré par les maîtres faïenciers français du XVIIIe siècle, au sommet de leur art. C'est l'aboutissement d'une longue patience qui permet enfin de rassembler, pour la première fois, l'existant répertorié dans les collections publiques ou privées, en France ou à l'étranger.
Abordée par le biais improbable de l'art du feu, la symbolique maçonnique du siècle des Lumières offre au regard ses mystères. Restituée en pas moins de 100 décors spécifiques répertoriés sur 250 pièces, elle dévoile dans un inventaire régional, symbolique et historique, l'exceptionnelle richesse, diversité et originalité de la pratique maçonnique française d'origine. Évocation des loges d'Ancien Régime, déclinaison des systèmes naissants, expressions plus personnelles des francs-maçons eux-mêmes, jalonnent ce parcours de reconnaissance et de réappropriation.
Lever le voile sur cette part confidentielle de la céramique française du XVIIIe siècle, alors à son apogée, c'est constater combien cette production si particulière y a pleinement participé et l'a brillamment illustré. C'est aussi, dans cette rencontre de l'art du feu et de l'Art Royal, restituer les premiers pas de la Franc-maçonnerie. C'est enfin, avec le banquet, rappeler un aspect original de ce moment maçonnique le mieux inscrit dans la sociabilité de son temps. Mais c'est surtout renouer les fils d'une mémoire symbolique et historique dont ces objets sont aussi le conservatoire, avant que le voile de mystère qui déjà en soustrait certains à notre compréhension ne les recouvre définitivement.

Jean-Claude Momal est membre du comité scientifique du Musée de la Franc-maçonnerie-Grand Orient de France et de l'Institut d'Études et de recherches Maçonniques (IDERM). Il est l'auteur de plusieurs contributions sur le patrimoine maçonnique publiées dans la revue Chroniques d'Histoire Maçonnique et de différents ouvrages et publications. Il a établi, en quarante années de recherches, un inventaire quasi exhaustif du décor maçonnique français sur faïence au XVIIIe siècle.


  • Les courts extraits de livres : 08/11/2017

CHAPITRE I

«Par l'art seulement nous pouvons sortir de nous, savoir ce que voit un autre de cet univers qui n'est pas le même que le nôtre...»

Marcel Proust, Le Temps retrouvé, 1922.

ART ET FRANC-MAÇONNERIE

Les noces de l'art et de la Franc-maçonnerie ont tardé à se célébrer. ! Ont-elles même bien été consommées, une belle et solide ignorance réciproque les ayant tenus longtemps jalousement séparés ? Le nom même d'«Art Royal» donné à la maçonnerie spéculative moderne par le pasteur Anderson, rédacteur des premières Constitutions de 1723, n'y a pas peu contribué. Il installa dès l'origine une ambiguïté que le temps peinera à dissiper. Mais il est désormais bien établi que ce label initial ne saurait désigner mystérieusement et électivement l'un des beaux-arts.

Cette appellation quelque peu désuète d'«Art Royal», écho du monde d'hier, est en cela moins présente dans le vocabulaire maçonnique d'aujourd'hui. Elle ne renvoie plus aussi manifestement à l'art de bâtir incarné par Hiram, l'architecte du Temple de Salomon, figure centrale de la légende maçonnique, nommé par la Bible au livre des Rois. La tradition voulait qu'elle désigne d'abord et exclusivement la seule architecture, en rappel des sources opératives de la maçonnerie ancrées dans la tradition biblique. La figure du «Grand Architecte de l'Univers» extraite par Anderson de sources médiévales où Dieu et le Christ sont présentés comme architectes avait par ailleurs conforté cette lecture. Mais une maçonnerie moderne devenue spéculative, s'éloignant des authentiques maçons tailleurs de pierre, ne pouvait limiter ses spéculations au seul art de bâtir. Les Lumières, irrésistiblement, allaient l'entraîner à embrasser la généralité des arts libéraux. Le chevalier Ramsay, orateur de l'Ordre, devait l'y engager dans un célèbre discours de 1736 assignant aux francs-maçons un rôle essentiel dans la construction d'une société nouvelle fondée sur la vertu, la science et les arts. C'est ainsi que l'entendirent, quarante ans plus tard, en 1776, les fondateurs de la loge des Neuf Soeurs. Se plaçant sous l'invocation des muses, ils se fixèrent comme objectif de réunir sur leurs colonnes l'élite artistique du temps. L'Art Royal s'ouvrit alors à la peinture (Joseph Vernet et Creuze), la sculpture (Houdon), le dessin (Moreau le Jeune), la gravure (Gaucher et Choffard) et la musique (Piccinni et Dalayrac), sans oublier la littérature avec Voltaire. Le Grand Orient n'en hésita pas moins à se rattacher cette loge atypique, son titre distinctif lui paraissant sans grand rapport avec la tradition maçonnique.

Ce glissement interprétatif n'épuisait cependant pas la question, il la brouillait même davantage, exposant à l'assimilation entre arts, désormais pluriels, et Art Royal. Un retour au texte fondateur des Constitutions atteste qu'il n'en est rien et que l'Art que le Maçon est invité par Anderson à «bien comprendre» est d'abord une méthode. Déduite des éléments de la géométrie, elle-même au fondement de tous les arts, elle s'offre à l'homme pour «rechercher la vérité» et clarifier sa lecture du monde. La première traduction française des Constitutions, d'une fidélité relative, celle de La Tierce en 1746, ignore le terme de méthode, mais en rend néanmoins compte en agrégeant toutes les sciences et «particulièrement la géométrie» comme moyens de perfectionnement de tous les arts «aussi bien que de l'architecture», ne distinguant donc pas cette dernière. L'Art Royal ne saurait ainsi être circonscrit au seul héritage opératif ni renvoyer à la seule architecture, même si la symbolique héritée des sources opératives reste marquée au plus profond de la pensée maçonnique et de ses rituels par un rapport électif à l'art de bâtir. Méthode extensible à l'ensemble des sciences libérales, elle privilégiera le raisonnement analogique, mode de réflexion original et spécifique, propre à la pensée symbolique. Autre voie d'accès à la connaissance, elle va, par l'invitation à un travail d'interprétation autonome, s'avérer un redoutable gage de liberté de pensée. Issue et inscrite dans le mouvement d'émancipation de l'esprit venu de l'Antiquité, elle nous permet, modernes Sisyphe, après que la Grèce ait renvoyé les dieux sur l'Olympe, de continuer à rouler notre rocher.

(...)


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia