Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le Notre Père

Couverture du livre Le Notre Père

Auteur : Simone Weil

Préface : François Dupuigrenet Desroussilles

Date de saisie : 05/06/2017

Genre : Religion, Spiritualité

Editeur : Bayard, Montrouge, France

Collection : Comètes

Prix : 13.90 €

ISBN : 9782227489042

GENCOD : 9782227489042

Sorti le : 22/03/2017

  • Les présentations des éditeurs : 08/11/2017

«L'été dernier, faisant du grec avec Thibon je lui avais fait le mot à mot du Pater en grec. Nous nous étions promis de l'apprendre par coeur. Depuis lors je me suis imposé pour unique pratique de le réciter une fois chaque matin avec une attention absolue.»
Simone Weil

Le commentaire de Simone Weil sur le Notre Père date de 1942, un an avant sa mort, quand le Troisième Reich semblait triompher partout en Europe. Au moment du plus grand désespoir, elle choisit d'interroger la plus ancienne prière de l'Église, celle que le Christ lui-même avait enseignée à ses disciples et dont la récitation quotidienne, en grec, constituait son unique pratique religieuse. Cette méditation en forme de soliloque philosophique, comparable aux «discours édifiants» de Kierkegaard, apparaît aujourd'hui comme un des sommets de son oeuvre.

Simone Weil (1909-1943) fut une ardente militante de la cause ouvrière. Elle ira jusqu'à abandonner sa chaire de professeur, au profit d'un travail en usine, avant de s'engager contre Franco dans la guerre d'Espagne. 1938, tournant décisif : sa rencontre avec la figure du Christ. D'une santé fragile et éprouvée, elle meurt à 34 ans à Ashford en Angleterre où elle avait rejoint la France Libre. Ses ouvrages, La Condition ouvrière (1951), L'Enracinement (1949) ou La Pesanteur et la Grâce (1947) ont été publiés à titre posthume.


  • Les courts extraits de livres : 08/11/2017

Extrait de la préface

NOTRE PÈRE SECRET

Dans une lettre au dominicain Joseph-Marie Perrin, publiée en 1950 sous le titre Autobiographie spirituelle, Simone Weil indique très précisément la place qu'occupa le Notre Père dans sa vie à partir de l'été 1941 :

«L'été dernier, faisant du grec avec Thibon, je lui avais fait le mot à mot du Pater en grec. Nous nous étions promis de l'apprendre par coeur. Je crois qu'il ne l'a pas fait. Moi non plus, sur le moment. Mais quelques semaines plus tard, feuilletant l'Évangile, je me suis dit que puisque je me l'étais promis et que c'était bien, je devais le faire. Je l'ai fait [...] Depuis lors je me suis imposé pour unique pratique de le réciter une fois chaque matin avec une attention absolue.»

Rédigé à Marseille quelques mois plus tard, au mois de mai 1942, son commentaire se présente comme une suite de méditations sur chacun des versets du Notre Père, en grec, tels qu'ils apparaissent dans l'Évangile de Matthieu et qu'ils ont été repris dans la liturgie des Églises chrétiennes, accompagnée de sa propre traduction. Il a été lui aussi publié dans le recueil de 1950, sous le titre «À propos du Pater», mais comme une note en marge de la correspondance avec le P. Perrin. Ce texte majeur mérite aujourd'hui d'être lu pour lui-même, à l'instar des grands commentaires de Tertullien, Thomas d'Aquin ou Karl Barth, pour ressentir ce que Jacques Julliard a récemment appelé «le choc Simone Weil».

«MON UNIQUE PRATIQUE»

Il s'agit, d'abord, d'un document capital quant à l'évolution spirituelle de Simone Weil. Nous sommes, grâce à lui, témoins de la façon dont elle pria jusqu'à sa mort, et du sens qu'elle donnait à la prière. Simone Weil - qui avait reçu la certitude du Dieu vivant lors de son voyage au Portugal d'août 1935, s'était pour la première fois agenouillée à Assise dans l'église Sainte-Marie-des-Anges, et avait été «prise par Jésus» à Solesmes en 1938 -, pendant longtemps ne pria pas, ne s'autorisa pas la prière. Elle n'avait pas osé l'avouer au P. Perrin lors de leur première rencontre, mais s'en était ouverte à lui dans Y Autobiographie spirituelle : «Jamais je n'avais prononcé une prière liturgique. Il m'était arrivé parfois de me réciter le Salve Regina mais seulement comme un beau poème.»

Réciter le Notre Père, elle commença à le faire - pas seulement chaque matin mais plusieurs fois par jour -, pendant les vendanges gardoises où elle s'épuisait à la tâche, la prière devenant partie intégrante de cette «mystique du travail» qui, à ses yeux, permet une adhésion totale au Christ car «nulle finalité terrestre ne sépare les travailleurs de Dieu». Travailler manuellement, comme elle l'avait fait en 1934 et 1935 chez Alsthom puis chez Renault, n'allait plus sans prier, ce qui lui faisait rejoindre l'idéal des bénédictins.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia