Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le coeur cousu

Couverture du livre Le coeur cousu

Auteur : Carole Martinez

Date de saisie : 08/02/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 23.00 €

ISBN : 978-2-07-078305-2

GENCOD : 9782070783052

Sorti le : 08/02/2007

Voici une histoire sur fond de merveilleux, de rites, de croyances, de dons. L'histoire de Frasquita Carasco, une couturière aux doigts, aux aiguilles et aux fils magiques. Brodant, raccommodant des tissus en leur transmettant des pouvoirs. Cousant de la peau, de la chair en leur redonnant vie. L'histoire d'une mère aux nombreux enfants, êtres singuliers, différents. L'histoire d'une femme jouée et perdue par un mari obstiné et un peu fou. Une histoire qui connaîtra la révolution en Espagne des paysans qui en ont assez de se faire exploiter. Puis...chut ne pas trop en dire.

Ce roman vous happe dès les premières phrases. L'écriture est puissante, profonde, poétique, philosophique, émouvante. Le vocabulaire est riche pour donner à sentir, ressentir les choses. On vibre. On est étourdi. On frissonne. On se laisse couler dans cette atmosphère parfois étrange, parfois grisante de ce récit fait de beauté, de souffrance, de bonheur, d'errance, d'amour, d'amitié, de tristesse, d'enchantement, de gaîté, de terreur, de sang, de lâcheté, de force, d'imaginaire...je pourrais continuer encore longtemps à vous énumérer tout ce par quoi on passe durant la lecture de ce livre admirable, étonnant, magnifique.

Il faut absolument que vous le lisiez. C'est le premier roman de Carole Martinez. Je l'ai dégusté.

Lire ce livre et oublier tout le reste...


Carole Martinez - 24/09/2007


Claire Lamarre - 09/05/2007


  • Les présentations des éditeurs : 03/05/2007

" Ecoutez, mes soeurs ! Ecoutez cette rumeur qui emplit la nuit ! Ecoutez...
le bruit des mères ! Des choses sacrées se murmurent dans l'ombre des cuisines. Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d'épices, magie et recettes se côtoient. Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le coeur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées. Onctueuses larmes au palais des hommes ! " Frasquita Carasco a dans son village du sud de l'Espagne une réputation de magicienne, ou de sorcière.
Ses dons se transmettent aux vêtements qu'elle coud, aux objets qu'elle brode : les fleurs de tissu créées pour une robe de mariée sont tellement vivantes qu'elles faneront sous le regard jaloux des villageoises; un éventail reproduit avec une telle perfection les ailes d'un papillon qu'il s'envolera par la fenêtre : le coeur de soie qu'elle cache sous le vêtement de la Madone menée en procession semble palpiter miraculeusement...
Frasquita a été jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs. Réprouvée par le village pour cet adultère, la voilà condamnée à l'errance à travers l'Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang, suivie de ses marmots eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels... Le roman fait alterner les passages lyriques et les anecdotes cocasses on cruelles. Le merveilleux ici n'est jamais forcé : il s'inscrit naturellement dans le cycle tragique de la vie.

Carole Martinez est née en 1966. Le coeur cousu est son premier roman.



  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express du 3 juillet 2008

Quand le premier livre d'une inconnue remporte une flopée de prix. Et que le succès sourd. De là à voir en elle la nouvelle Barbery...
Dans la famille, elle est la première à oser prendre la plume. Mais pas la seule à s'enivrer d'histoires. Mémé, sa grand-mère Martinez, concierge (tiens ! tiens !) boulevard du Montparnasse, était une formidable conteuse. Dans son escarcelle, l'incroyable odyssée de sa propre grand-mère, Frasquita Carasco, une Andalouse de la fin du xixe siècle qui, après avoir été perdue au jeu par son mari, s'enfuit à pied vers l'Algérie avec toute sa marmaille...
Reste que notre nouvelle romancière, à la langue envoûtante et poétique, a un sacré toupet. Elle écrit à voix haute, nous dit-elle. Alors susurrons-le haut et fort : «Lisez ce roman, et n'hésitez pas à faire courir la rumeur.»


  • La revue de presse Astrid de Larminat - Le Figaro du 3 mai 2007

Le Coeur cousu se déroule au sein d'une société archaïque, écrasée de soleil et traversée de forces ténébreuses. C'est une geste en trois actes qui embrasse l'histoire d'une lignée de femmes dépositaires de prières puissantes ; c'est aussi un mille-feuille de saynètes qui campent le quotidien de la famille de Frasquita où l'étrange est familier...
Ce roman aux allures picaresques est le premier de Carole Martinez qui débarque à 40 ans, en pleine maturité, sur la scène littéraire. Elle n'a pas peur des mots, les malaxe, joue avec leurs formes rebondies, fait sonner les adjectifs, dans un phrasé dont le roulis réveille des échos aux quatre points cardinaux. Son univers, sensuel et tragique, rappelle le rêve baudelairien où «les parfums, les couleurs et les sons se répondent», où l'homme «passe à travers des forêts de symboles/qui l'observent avec des regards familiers». La narration, sertie d'incantations, agit comme un envoûtement lent : on pénètre dans la substance même du monde dont l'équilibre repose sur le sacrifice des uns et la jubilation des autres.


  • Les courts extraits de livres : 29/09/2007

Extrait du prologue :

Mon nom est Soledad.
Je suis née, dans ce pays où les corps sèchent, avec des bras morts incapables d'enlacer et de grandes mains inutiles.
Ma mère a avalé tant de sable, avant de trouver un mur derrière lequel accoucher, qu'il m'est passé dans le sang.
Ma peau masque un long sablier impuissant à se tarir.
Nue sous le soleil peut-être verrait-on par transparence l'écoulement sableux qui me traverse.
LA TRAVERSÉ
Il faudra bien que tout ce sable retourne un jour au désert.

À ma naissance, ma mère a lu ma solitude à venir.
Ni donner, ni recevoir, je ne saurais pas, jamais.
C'était inscrit, dans la paume de mes mains, dans mon refus obstiné de respirer, de m'ouvrir à l'air vicié du dehors, dans cette volonté de résister au monde qui cherchait à s'engouffrer par tous mes trous, furetant autour de moi comme un jeune chien.
L'air est entré malgré moi et j'ai hurlé.

Jusque-là, rien n'était parvenu à ralentir la marche de ma mère. Rien n'était venu à bout de son entêtement de femme jouée. Jouée et perdue. Rien, ni la fatigue, ni la mer, ni les sables.
Personne ne nous dira jamais combien de temps aura duré notre traversée, combien de nuits ces enfants qui suivaient leur mère ont dû dormir en marchant !
J'ai poussé sans qu'elle y prît garde, accrochée à ses entrailles, pour ne pas partir avec toute cette eau qu'elle perdait sur les chemins. J'ai lutté pour être du voyage et ne pas l'interrompre.

La vieille Mauresque qui a arrêté ma mère en lui touchant le ventre, celle qui a murmuré «Ahabpsi !» comme on élève un mur, et qui, armée d'une main et d'une parole, s'est dressée seule face à la volonté furieuse de cette femme grosse d'une enfant arrivée à terme depuis longtemps déjà et qui voulait poursuivre sa route et qui voulait marcher encore, bien qu'elle eût déjà marché plus qu'il n'était possible et qu'elle se sentît incapable de marcher davantage, la vieille Arabe aux mains rousses de henné plus fortes que le désert, celle qui est devenue pour nous le bout du monde, la fin du voyage, l'abri, cette femme a lu, elle aussi, ma solitude dans mes paumes, elle qui ne savait pas lire.
Son regard est entré d'un coup dans les viscères de ma mère et ses mains sont venues m'y chercher. Elle m'a cueillie au fond de la chair où j'étais terrée, au fond de cette chair qui m'avait oubliée pour continuer de marcher, et, après m'en avoir libérée, elle a senti que mes mains ne me serviraient de rien, que j'y avais comme renoncé en naissant.
Sans se comprendre, elles m'ont donné, chacune dans sa langue, le même prénom. «Soledad» a dit ma mère sans même me regarder. Et la vieille en écho lui a répondu «Wahida».


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia