Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. A la rencontre des cygnes

Couverture du livre A la rencontre des cygnes

Auteur : Aurélien Loncke

Date de saisie : 13/03/2008

Genre : Jeunesse à partir de 13 ans

Editeur : Ecole des loisirs, Paris, France

Collection : Médium

Prix : 9.50 €

ISBN : 978-2-211-08996-8

GENCOD : 9782211089968

Sorti le : 13/03/2008

Le thème de ce livre est triste, c'est vrai et pourtant c'est un bonheur de lecture. Une histoire pleine d'amour entre ces frères jumeaux. Timothée va être envahi par la peine à la mort accidentelle de son frère Amblin. Aurélien Loncke décrit alors les sentiments de ce dernier avec beaucoup de sensiblitité et de délicatesse. Pour apaiser sa souffrance il pense à son frère. Il se souvient des moments passés avec lui. De sa gentillesse. De son respect. De cette fois où son frère et lui ont vu les cygnes sur le lac. Amblin, ce jour-là, dira...

"...c'est à couper le souffle. Ils tournoient d'abord au-dessus des cimes dans un joyeux désordre. On dirait des anges qui imitent une nuée de chauves-souris. Ensuite, ils perdent de l'altitude pour se poser tous ensemble, telle une pluie d'ailes. Une averse d'ailes ! Leurs pattes font des ondes à la surface de l'eau, des ondes qui se transforment en vaguelettes pour rouler jusqu'à la rive. Les oiseaux sur leur passage tanguent comme des bateaux, chacun leur tour et c'est beau à en mourir..."

Continuer la vie sans Amblin est dur. Dur pour lui, dur pour ses parents qui depuis ce jour se sont éteints, noyés de chagrin. Pourtant, un matin, les cygnes reviendront...

Que cette fin est émouvante et bouleversante !

A la rencontre des cygnes est un très beau livre à l'écriture empreinte de poésie. Je vous le conseille vivement.


  • Les présentations des éditeurs : 13/03/2008

A la rencontre des cygnes

«J'étais un peu fou, un peu hors de moi. À la fois le même et un autre. Si vous voulez la vérité,j'aurais fait n'importe quoi, des sports de haut niveau, de la méditation intensive ou même des activités débiles comme des concours de fléchettes ou de mots croisés, tout, pour oublier ne serait-ce qu'une minute l'absence définitive de mon frère. Amblin était mort et moi vivant, et je croyais que, si la pluie pouvait me nettoyer la tête, je n'y penserais plus trop. Il avait disparu tragiquement, il me manquait du matin au soir et rien, me disais-je, ne pourrait le remplacer. Je me trompais en un sens. Il ne faudrait jamais avoir trop de certitudes. Si c'est le cas, la vie finit toujours par vous contrarier pour le pire ou le meilleur.»

Aurélien Loncke est né en 1978 à Sarrebourg. Il vit maintenant à deux pas de la baie de Somme, un endroit merveilleux où la couleur change toujours. Après des études de lettres modernes, il a travaillé quelques années dans une école primaire, où il essayait de donner aux élèves le goût de la lecture. Il dit adorer les contes, adorer les bons bouquins. Selon lui, si le monde est souvent trop gris, trop sérieux, trop vicieux, la fantaisie d'un livre pour «enfants» est comme un bon bol d'air, une promesse, un sourire écrit.


  • Les courts extraits de livres : 13/03/2008

Je sais que pour certaines personnes la pluie est romantique, et peut-être l'est-elle vraiment ! Peut-être que marcher sous la pluie apporte d'agréables sensations, comme ils disent dans les films et les chansons, mais j'en doutais franchement à une époque. Je suis sceptique par nature. On ne me fait pas avaler n'importe quoi. Sceptique mais pas buté. Je veux bien décortiquer une incertitude si c'est nécessaire, aucun problème, sinon elle me taraude et m'empêche de dormir. Ainsi, un jour différent des autres, il me fallut vérifier cette histoire de pluie avant de me montrer si catégorique. Je détesterais ressembler à ces gens obtus qui s'imaginent tout savoir et ne se remettent jamais en question. La plupart des amis de mes parents sont ainsi. Ils aiment expliquer de manière à peine voilée à quel point ils sont intelligents, sensibles, un poil au-dessus de la mêlée et beaux et malins. Ensuite, ils disent qu'il faut savoir se montrer humble et à l'écoute de son prochain. À l'écoute, la bonne blague ! Ils sont aussi attentionnés qu'un serpent affamé avec sa proie, et c'est pourquoi ils me rendent nerveux. Je ne les comprends pas et il m'est très difficile de les supporter plus d'un quart d'heure. En général, chaque semaine, j'ai au moins dix raisons de m'énerver contre eux.
Je suis donc resté sous une averse l'année dernière, juste pour essayer. Simple expérience menée sur un coup de tête ! J'étais sorti sans veste et sans écharpe pour la bonne raison que je n'en voulais pas, même s'il pleuvait à seaux ce jour-là. De longues cordes d'argent chutaient à flots ininterrompus. Le déluge ! À force de faire les cent pas sur un bout de gazon boueux et collant, je fus victime de la vigoureuse offensive d'un rhume carabiné en moins de vingt minutes. Un rhume de la pire espèce qui valait au moins une grippe, voire une pneumonie bien salée. Pas étonnant si j'usai des mouchoirs à la chaîne. Comme je n'avais aucune protection, l'eau me traversa facilement. Au début, peu m'importait de tomber malade, l'essentiel étant de mener l'expérience à son terme pour sentir cette petite étincelle de joie sous la pluie, si elle existe.
Je persévérai dans les trombes d'eau, je patientai. Seulement voilà, après ces vingt minutes de va-et-vient sous la plus importante mousson du siècle, une violente toux me secoua brusquement. J'ai une santé délicate qui me rend sujet à des quintes en série. Autant rentrer au chaud avant de cracher ma langue dans le jardin, me dis-je. Tant pis pour les sensations agréables. J'en avais pourtant besoin. Une prochaine fois, qui sait.
En attendant, je dégoulinais de partout, au moins autant qu'une serpillière imbibée. J'aimerais dire que c'était formidable de sentir toutes ces rigoles sur mon visage. Que les gouttes brillaient dans la lumière, qu'un léger parfum flottait dans l'air. Mais non, certainement pas. Je ne vous ferai pas le coup du film sentimental où tout est si perpétuellement merveilleux. Je ressemblais à une loque au moment de pousser la porte. Les vête­ments me collaient à la peau, mes cheveux étaient complètement aplatis et de grosses gouttes de boue nourrissaient une flaque au milieu du salon. Une énorme flaque de la taille d'une marée. En plus, je frissonnais comme un animal blessé, ce que j'étais en quelque sorte. Un animal fragile.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia