Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Le coeur glacé

Couverture du livre Le coeur glacé

Auteur : Almudena Grandes

Traducteur : Marianne Millon

Date de saisie : 27/08/2008

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Lattès, Paris, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 978-2-7096-2962-1

GENCOD : 9782709629621

Sorti le : 27/08/2008

C'est toute l'Espagne qui se réveille d'un trop long cauchemar Franquiste, L'Espagne qui chante ses poètes assassinés, son peuple martyrisé. En tournant les pages, «Pour qui sonne le glas»revient nous hanter et les chansons de Léo Ferré nous murmurent des chants désespérés. Les réfugiés espagnols, «sans-papiers» ni identité nous racontent tous les espoirs et les trahisons de la Guerre Civile, de la France de Pétain, jusqu'au retour en Espagne bien après la mort de Franco. Sur trois générations voici tout un peuple qui fouille ses plaies ouvertes - Bouleversant, poignant, ce roman de 800 pages retentit longtemps en vous, tel un chant Flamenco Andalou : envoûtant, magnifique.


  • Les présentations des éditeurs : 02/08/2008

«Almudena Grandes est l'un des plus grands écrivains de notre temps. Son dernier roman. Le Coeur glacé, ambitieux, profond et passionnant, en est une nouvelle preuve.»

Mario Vargas Llosa

Il est beaucoup d'histoires que nos pères et nos grands-pères n'ont jamais racontées. Les unes parce qu'elles étaient s et si héroïques que nous ne voulions pas en connaître la fin. Les autres, parce qu'elles étaient si atroces que nous ne pouvions pas les pardonner. De ces histoires qui ont toujours l'air de mensonges, mais qui ne disent que la vérité.

Grande fresque de l'Espagne du XXe siècle, marquée par les blessures de la guerre civile. Le Coeur glacé a connu un succès retentissant et a reçu plusieurs prix dont celui de la prestigieuse Fondation Lara. Egalement désigné par les libraires comme la meilleure lecture de l'année 2007, Le Coeur glacé est un roman tragique et lyrique qui raconte l'âme passionnée de ce pays.
Almudena Grandes vit à Madrid. Avec Le Coeur glacé, elle signe son roman le plus ambitieux, qui lui a demandé plus de quatre ans de recherches et de travail.



  • La revue de presse Jean Soublin - Le Monde du 17 octobre 2008

Ce gros livre d'une écrivain universellement reconnue raconte une vengeance. Le thème, on le sait bien, n'est pas nouveau, c'est même l'un des plus présents dans la littérature. On peut penser, parmi beaucoup d'autres, à Monte-Cristo. Mais le projet de l'auteur est plus vaste : elle veut raconter l'histoire morale et sentimentale de son pays, l'Espagne, depuis le soulèvement des généraux en 1936 jusqu'à nos jours. Elle le fait naturellement à sa manière de romancière...
Mais ce qui séduit dans ce gros livre où le lecteur peine à suivre des généalogies trop complexes, c'est une autre forme d'amour : celui que l'auteur elle-même porte à son peuple et à sa terre, plus précisément à sa ville de Madrid ici merveilleusement évoquée, non pas dans la splendeur de ses monuments mais dans l'humanité de ses rues, le vacarme de ses cafés, la démarche de ses femmes... et la fierté de ses déchirures.


  • La revue de presse Agnès Séverin - Le Figaro du 16 octobre 2008

La romancière Almudena Grandes appartient à cette génération d'Espagnols qui peut enfin regarder en face la période où républicains et franquistes s'entre-tuaient. Se retourner sur le passé ne veut pas dire se détourner de la vie. Almudena Grandes livre une fresque de l'Espagne, vue par deux personnages contemporains. Avec ce cinquième roman, l'auteur de Vents contraires et de l'Atlas de la géographie humaine s'est décidé à regarder en face l'histoire de son pays depuis la guerre civile, et de la raconter au présent...
Ce roman de l'Espagne est une drôle de spirale où les perspectives sont sans cesse bouleversées et les nuances des sentiments traduites par des notations presque triviales. Il se dévore comme une saga, avec ce petit supplément d'âme qui donne l'impression d'en sortir grandi.


  • Les courts extraits de livres : 02/08/2008

Les femmes ne portaient pas de bas. Leurs genoux larges, bombés, charnus, soulignés par l'élastique des chaussettes, dépassaient parfois de leurs robes, qui n'étaient pas des robes, mais des sortes de housses en toile légère, sans forme et sans revers, auxquelles je n'aurais su donner un nom. Ce fut ce qui attira mon attention sur elles, plantées comme des arbres étiques dans l'herbe négligée du cimetière, sans bas, sans bottes, sans rien d'autre pour se couvrir qu'une veste en gros tricot qu'elles serraient contre leur poitrine avec leurs bras croisés.
Les hommes ne portaient pas de manteau non plus, mais ils avaient boutonné leurs vestes, en laine épaisse elles aussi, plus sombres, pour dissimuler leurs mains dans leurs poches de pantalon. Ils présentaient entre eux la même ressemblance que les femmes. Ils avaient tous une chemise boutonnée jusqu'au cou, la peau rêche, rasée de frais, et les cheveux très courts. Certains avaient coiffé un béret, d'autres non, mais leur posture était la même, les jambes écartées, la tête très raide, les pieds bien campés sur le sol, des arbres comme elles, courts et massifs, capables de supporter des calamités, très vieux et très robustes à la fois.
Mon père méprisait lui aussi le froid, et les frileux. Je m'en souvins alors, pendant que le vent glacé de la sierra - un peu d'air, aurait-il dit - me cinglait le visage de son couteau horizontal, acéré. Début mars, le soleil sait tromper, feindre qu'il est plus mûr, plus chaud lors des dernières matinées d'hiver, quand le ciel ressemble à une photo de lui-même, un bleu aussi intense que si un petit enfant l'avait retouché avec un crayon, le ciel idéal, pur, profond, transparent, sur fond de montagnes aux sommets encore parés de neige, quelques nuages pâles qui s'effilochent très lentement, pour affirmer par leur indolence la perfection d'un mirage de printemps. Quelle belle journée, aurait dit mon père, mais moi, j'avais froid, le vent glacé me cinglait le visage et l'humidité du sol transperçait la semelle de mes bottes, la laine de mes chaussettes, la fragile barrière de la peau, pour congeler les os de mes doigts, la plante de mes pieds, mes chevilles. J'aurais voulu vous y voir, en Russie, en Pologne, nous disait-il quand nous étions petits et que nous nous plaignions du froid qui régnait dans son village par des matinées comme celle-ci, ces dimanches d'hiver où le plus beau ciel du monde choisit de se lever sur Madrid. J'aurais voulu vous y voir, en Russie, en Pologne, je le revis alors dans ces hommes secs, méprisant le froid, auxquels il aurait pu ressembler, j'aurais voulu vous y voir, en Russie, en Pologne... Et la voix de ma mère, Julio, s'il te plaît, ne dis pas des choses comme ça aux enfants...
«Ça va, Alvaro ?»
J'entendis d'abord la voix de ma femme, puis je sentis la pression de ses doigts, le contact d'une main qui cherchait la mienne dans la poche de mon manteau. Mai me regardait, les yeux grands ouverts avec un sourire indécis, l'expression d'une personne intelligente qui sait qu'elle ne trouvera jamais la façon de consoler quiconque face à l'action dévastatrice de la mort. Elle avait le bout du nez rougi, et ses cheveux châtains, d'habitude lisses, et sages, lui battaient le visage comme si le vent les avait rendus fous.
«Oui, lui assurai-je immédiatement, ça va.»


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia