Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Virginie Despentes

est l'auteure notamment de "Les Jolies choses"

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jordan Harper

est originaire du Missouri

José Luis Zárate

est considéré comme un pionnier des littératures fantastiques au Mexique.

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

.. Une éducation libertine

Couverture du livre Une éducation libertine

Auteur : Jean-Baptiste Del Amo

Date de saisie : 02/08/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-07-011984-4

GENCOD : 9782070119844

Sorti le : 25/08/2008

  • Les présentations des éditeurs : 19/06/2010

«C'est un homme sans vertu, sans conscience. Un libertin, un impie. Il se moque de tout, n'a que faire des conventions, rit de la morale. Ses moeurs sont, dit-on, tout à fait inconvenantes, ses habitudes frivoles, ses inclinations pour les plaisirs n'ont pas de limites. Il convoite les deux sexes. On ne compte plus les mariages détruits par sa faute, pour le simple jeu de la séduction, l'excitation de la victoire. Il est impudique et grivois, vagabond et paillard. Sa réputation le précède. Les mères mettent en garde leurs filles, de peur qu'il ne les dévoie. Il est arrivé, on le soupçonne, que des dames se tuent pour lui. Après les avoir menées aux extases de l'amour, il les méprise soudain car seule la volupté l'attise. On chuchote qu'il aurait perverti des religieuses et précipité bien d'autres dames dans les ordres. Il détournerait les hommes de leurs épouses, même ceux qui jurent de n'être pas sensibles à ces plaisirs-là. Oh, je vous le dis, il faut s'en méfier comme du vice.»
Paris, 1760. Le jeune Gaspard laisse derrière lui Quimper pour la capitale. De l'agitation portuaire du fleuve aux raffinements des salons parisiens, il erre dans les bas-fonds et les bordels de Paris. Roman d'apprentissage, Une éducation libertine retrace l'ascension et la chute d'un homme asservi par la chair.



  • La revue de presse Maud Vergnol - L'Humanité du 16 octobre 2008

On ne s'attendait pas à ce qu'un nouveau-né de la rentrée littéraire vienne mettre son grain de sel dans l'héritage littéraire français. Les premiers romans sont le plus souvent autobiographiques, une manière de se dégager de soi, pour le meilleur comme pour le pire. C'est un tout autre choix qu'a fait Jean-Baptiste Del Amo, du haut de ses vingt-six ans, qui, avec Une éducation libertine, signe un roman d'apprentissage d'une ambition exceptionnelle...
Lointain cousin du Rastignac de Balzac, Gaspard et «son éducation libertine», dont le titre est un clin d'oeil assumé à Flaubert, sentent bon le roman d'apprentissage du XIXe siècle. Il fallait du cran pour se lancer dans une entreprise romanesque d'une telle ambition, d'autant que Jean-Baptiste Del Amo a confié à plusieurs occasions qu'il n'avait ni la «formation littéraire» ni la connaissance particulière de cette période de l'histoire. Il n'en a que plus de mérite.


  • La revue de presse Patrick Kéchichian - Le Monde du 26 septembre 2008

Dans ces années du milieu du XVIIIe siècle - nous sommes vers 1760 -, les Lumières peuvent bien briller dans quelques salons, de grands esprits peuvent bien deviner et annoncer de grands bouleversements : la réalité, elle, ne brille guère et l'avenir des hommes du peuple, quand il y en a un, est aussi obscur et incertain que le présent. Dans son premier roman, Jean-Baptiste Del Amo, qui est âgé de vingt-six ans, s'est emparé de cette réalité, l'a mise en oeuvre. Une oeuvre qu'il a voulue haute en couleurs et en saveurs, à la mesure d'une intuition, peut-être d'une obsession. Car s'il s'est documenté sur l'époque, il l'a plus encore rêvée, laissant aller son imagination sur les vagues de ce rêve littéraire.


  • La revue de presse Bernard Morlino - Le Figaro du 4 septembre 2008

La plus grande des qualités de Jean-Baptiste Del Amo est de donner une dimension physique à sa littérature. Il sait très bien créer des ambiances et décrire des lieux que l'on traverse le temps de la lecture. Ce premier livre sur l'initiation à la vie sociale d'un provincial, parent éloigné d'un Diderot qui n'aurait jamais lu ni écrit, contient des bonheurs d'écriture qu'on ne rencontre plus chez beaucoup d'écrivains dits installés. La fraîcheur d'âme est perceptible chez Del Amo. C'est un lointain héritier du Le Clézio alors débutant avec Le Procès-verbal. Il y a des filiations moins enthousiasmantes.


  • La revue de presseFrançois Busnel - L'Express du 4 septembre 2008

Encore un premier roman d'une grande maîtrise. Saluons l'auteur : Jean-Baptiste Del Amo a 26 ans, une plume et un ton. Il signe la troublante chronique d'individus à l'humanité vacillante...
Le destin de Gaspard illustre à merveille ce qu'il advient lorsque, par désir d'arriver, on oublie jusqu'à sa propre humanité. Mais ce qui fascine, ici, ce sont les descriptions des «jupons de misère» dont se pare la ville. Dans ce Paris magistralement décrit, on viole, on tue, on égorge à chaque coin de rue. Dans l'indifférence. Et dans une puanteur inhumaine...
Le tour de force de Jean-Baptiste Del Amo est d'avoir fait des pestilences qui accompagnent chaque instant de la vie de son héros autant de symboles de ce statut qui nous menace tous : l'imposture.


  • Le courrier des auteurs : 02/09/2010

1) Qui êtes-vous ? !
Je m'appelle Jean-Baptiste Del Amo. En 2008, j'ai publié un premier roman aux éditions Gallimard, "Une éducation libertine". Au mois d'août 2010 paraîtra mon second roman, "Le sel".

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La famille.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Y a-t-il une heure dans la vie où l'on prend conscience de ce qu'il ne reste plus à vivre ?"

4) Si ce livre était u
ne musique, quelle serait-elle ?

"Breathe me" de Sia

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Des sensations, des images, des obsessions.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia