Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Lily et Braine

Couverture du livre Lily et Braine

Auteur : Christian Gailly

Date de saisie : 20/05/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Minuit, Paris, France

Collection : Romans

Prix : 14.50 €

ISBN : 978-2-7073-2090-2

GENCOD : 9782707320902

Sorti le : 07/01/2010

Après un long séjour dans un hôpital militaire, Braine tente de retrouver une vie normale avec sa femme Lily, leur fils Louis et leur chienne Lucie. Il se réadapte petit à petit au rythme du quotidien en travaillant dans le garage de son beau-père.
Mais un jour, son patron l'envoie dépanner une belle blonde dont la berline noire est tombée en panne près de chez lui. Cette femme séduisante se nomme Rose Braxton et vient de racheter la boîte de jazz où Braine se produisait avec son groupe quinze ans auparavant. L'ancien jazzman va alors se retrouver face à un dilemme : rester dans son rôle de mari fidèle et bon père de famille, ou céder à la tentation que représentent la vie nocturne, la musique et la sulfureuse Rose. Lily, qui vient d'apprendre qu'elle est enceinte, commence à regarder Braine d'un mauvais oeil lorsqu'il ressort son saxophone de l'armoire où il l'avait rangé, à côté de son revolver de soldat ?

Dans son 14ème roman, Christian Gailly reprend ses thèmes de prédilection (le jazz, la femme fatale, la tentation de changer de vie) mais cette fois-ci sur le "mode mineur".
Dès les premières pages, on sent bien que Braine ne peut plus se résoudre à reprendre le train-train quotidien, et que Lily se demande si l'homme que l'armée lui rend est bien celui qu'elle a épousé. Il ne manque plus que deux ingrédients pour faire exploser le mélange : le jazz et la séductrice. Et quand c'est Christian Gailly qui prépare le cocktail, on sait que ce sera fait avec finesse, dans un style épuré, simple mais efficace, qui frappe là où ça fait mal.


  • Les présentations des éditeurs : 21/01/2010

Braine vient de passer trois mois dans un hôpital militaire. Il a été gravement commotionné. Il peut de nouveau dire, lire et écrire son nom. Il va rentrer à la maison. Lily l'attend. Il est de retour. Il arrive. Souhaitons-leur de vivre enfin heureux.



  • La revue de presse Astrid de Larminat - Le Figaro du 28 janvier 2018

L'histoire de Lily et Braine est un magnifique drame antique, avec un orchestre de jazz en guise de choeurs...
Tout cela est léger et lourd, primesautier en apparence, pesant par en dessous. C'est l'été, il fait beau, mais c'est comme si l'on entendait gronder l'orage dans le lointain. Une inquiétude plane sur ces personnages charmants, attachants. Il y a le pistolet de Braine, que Lily a caché dans un placard. Il y a le père, qui tient le couple sous sa coupe. Il y a aussi qu'on ignore pourquoi Braine s'était engagé pour aller se battre dans un pays lointain...
Du moment où le jazz entre en scène, dès lors que s'enclenche la mécanique de ce que les Grecs appelaient l' hybris se met en marche, le texte s'anime, se met à vibrer. Gailly joue avec audace et dextérité de sa phrase, il la coupe ou l'allonge, enchaîne dans une même séquence récit au passé, discours indirect et discours direct.


  • La revue de presse Claire Devarrieux - Libération du 21 janvier 2010

Pourquoi faudrait-il avoir peur pour Braine, pour Lily, Louis et Lucie ? Braine a recouvré ses capacités de raisonnement, même si l'infantilisation guette ici chaque adulte. L'«incapacité à ne pas aimer» serait-elle une régression ? Rose Braxton a ressuscité le musicien en lui, «un improvisateur d'exception», disent les anciens de son groupe de jazz, à nouveau réunis, et qui répètent. Pianiste, bassiste, saxophoniste, batteur ont leur mot à dire, chacun son quant-à-soi dans un souffle, une volée de notes, au sein du concert romanesque. Braine abandonne la dépanneuse pour la musique, le puissant beau-père facilite la vie, qui possède la Société des automobiles Sligo. Lily dit oui, elle veille, elle est enceinte, «Je suis vraiment cinglée, se disait-elle». Elle est jalouse. Lily et Braine a le parfum des temps révolus, cuir, femmes fatales. Comme dit Braine : «J'aime sa sonorité de solitude et de silence.»


  • La revue de presse Amaury da Cunha - Le Monde du 22 janvier 2010

L'écrivain pourrait nous mener toujours à l'endroit qu'il désire, on le suivrait toujours, obstinément. On pense évidemment à un autre de ses livres, Un soir au club, mais celui-ci est plus éthéré, comme si Christian Gailly cherchait à rendre ses phrases transparentes pour mieux transformer son motif romanesque en impression musicale.


  • La revue de presse Bruno Bouvet - La Croix du 20 janvier 2010

Tel un musicien se lançant dans une improvisation dont il ne perd jamais le fil, Christian Gailly développe ses thèmes de prédilection : l'amour qui fuit, l'identité qui se dérobe...
De quoi est-il question derrière cette histoire de dépannage, trois ans après Les Oubliés ? D'une improvisation libre sur le thème de la recherche de l'amour et de la quête de soi, obsessions lancinantes de l'auteur qu'il développe ici avec une liberté sans limites...
Peu importe la logique. Nous sommes ici dans le registre de l'association libre. Celui dont Christian Gailly ne perd jamais la maîtrise, en virtuose de l'imaginaire. Le final, inattendu, en est la glaçante démonstration.


  • La revue de presse Jean-Louis Ezine - Le Nouvel Observateur du 14 janvier 2010

L'auteur sonore mais discret de «Dring», de «Be-bop» et de «l'Incident», récemment adapté au cinéma par Resnais, nous revient. Plus jazz que jamais...
«Lily et Braine» est un roman noir dont la mélancolie veloutée retient longtemps, très longtemps, la violence. Elle dort sur l'armoire, on sait quoi en penser. Bugle ou pistolet, elle désigne les voyous : les musiciens. «On nous pardonne, on nous passe tout, parce qu'on fait de la bonne musique, mais on est quand même des voyous», confesse Braine...
Le roman est sombre, mais délivré avec une sorte de gaieté qui lui vient de ce perpétuel déhanché musical, qui s'arrête à tout moment sur une saveur, une image, un détail inutile mais qui en paraîtra d'autant plus vrai. Ecrivain sonore et visuel à la fois, capable de traduire en mots aussi bien la douceur ronde et trompeuse du bugle que la cafouilleuse petite musique où s'illustrent les vies en panne, Christian Gailly impose ici un art consommé de la scène juste et ce n'est pas un hasard si deux de ses romans ont été adaptés au cinéma, «l'Incident» par Alain Resnais (sous le titre «les Herbes folles») et «Un soir au club», par Jean Achache. Aussi on ne vous racontera pas la fin, ça vous gâcherait la séance.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 13 janvier 2009

On s'en voudrait de raconter plus avant l'histoire de Lily et Braine - une histoire d'amour, comme le sont toutes celles qui naissent sous la plume de Christian Gailly, ici trempée dans une encre plus noire que jamais. Les romans de Gailly sont d'ailleurs formidablement rétifs aux tentatives de résumé, de mise à plat. Limpides, denses, agissants, ils existent par la grâce seule de l'écriture - choix des mots, rythmes changeants, respiration toute musicale des phrases et de leur enchaînement. Pour composer finalement, avec ce Lily et Braine, une mélodie grave et parfaite, ponctuée d'une note tragique et renversante.


  • La revue de presse Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 7 janvier 2010

Le romancier ajuste ici une perfection d'horlogerie narrative, trame serrée sous des allures de continuelle improvisation. Le groupe commençait à répéter dans un hangar. Une fille 
à Mobylette passait par là. Lily attendait un autre enfant. Braine rendait régulièrement visite à Rose dans une chambre d'hôtel. Les événements se succèdent, d'apparence chaotique mais commandés 
par un invisible engrenage. Telle une session de jazz. 
Ou la mécanique d'une tragédie. Quand Braine mangeait du poulet, il pensait à la mort du volatile, «la gorge tranchée comme un civil»  ; quand il tenait le couteau à pain, «il avait envie de le planter dans le ventre 
de quelqu'un». Une violence paraissait s'être définitivement inscrite dans son ADN, dont seuls l'amour et la musique pouvaient le divertir. Aimer et jouer, 
dans une manière d'infini recommencement  : 
la similitude est troublante, avec le programme 
d'écriture de Christian Gailly.


  • La revue de presse Jean-Baptiste Harang - Le Magazine Littéraire, janvier 2010

On refermera le livre sur une soudaine panne de son, la bande déchirée du magnéto qui claque dans le vide à chaque tour comme le battement d'un coeur déchiré, K.-O. par le gong, sonné pour le compte par les deux directs des dernières lignes, comme au sortir d'un rêve dont on croit se souvenir longtemps et dont il ne reste qu'un vague fredon, puis un silence fébrile, parce que la vie est ailleurs, loin de la musique, du côté de la mort. En 1992, lorsqu'on demandait à Gailly pourquoi il avait intitulé son livre Dring, il avait répondu : «Parce que ça sonne bien», et plus tard, dans un autre livre, il avait raconté pourquoi il avait abandonné le saxophone, lui ou son héros, après un couac impardonnable. Il n'a pas arrêté, toute la musique est dans ses livres.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia