Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Jon l'Islandais

Couverture du livre Jon l'Islandais

Auteur : Bruno d' Halluin

Date de saisie : 12/07/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gaïa, Monfort-en-Chalosse, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-84720-161-1

GENCOD : 9782847201611

Sorti le : 10/03/2010

L'action se situe à la fin du XVème siècle : le jeune Jon, Viking islandais, est enlevé par des navigateurs anglais et devient domestique d'un armateur à Bristol. Adulte, il deviendra marin pour retrouver sa mère et sa terre natale, le Grenland. Mais les aléas de sa quête le conduiront des contrées boréales jusqu'aux Açores. Ce premier roman très documenté s'inspire des sagas islandaises, des récits d'explorateurs et rend hommage à la mer à toutes les pages. On se laisse emporter par cette histoire haute en couleurs qui fait penser à Jules Verne et à Dickens.


  • Les présentations des éditeurs : 03/06/2010

Au XVe siècle, des vaisseaux triomphants sillonnent les mers et se disputent la découverte de nouveaux continents. Une époque vertigineuse où un océan peut encore être découvert au détour d'une forêt. Mais à l'heure où des hommes tentent de repousser les limites du monde, un peuple brillant sombre dans l'oubli.

Jôn Thorsteinsson est le dernier héritier des Vikings du Groenland. Enlevé à l'âge de sept ans par les Anglais, il doit quitter l'Islande et devient domestique à Bristol. L'océan qu'il traverse pour la première fois le fascine. Et c'est bientôt un jeune marin exceptionnellement doué qui reprend le large, mû par le désir de retrouver sa mère et d'arpenter à nouveau les fjords sauvages et les glaciers de son enfance.

La vie, à l'image de la mer, est imprévisible et réserve bien des surprises au jeune garçon qui file à vive allure dans le sillage des grands explorateurs de son temps.

Bruno d'Halluin est né à Annecy en 1963. Depuis l'enfance, la géographie et l'histoire des grandes découvertes le passionnent. Il partage sa vie entre la Haute-Savoie et la Bretagne, et multiplie les voyages au long cours, avec sac à dos ou sac de marin. Sur son propre voilier, il a vogué jusqu'en Patagonie et au cap Horn lors d'un périple de quatorze mois, puis vers l'Islande dont il a accompli la circumnavigation.


  • Les courts extraits de livres : 03/06/2010

Extrait du préambule

Au XVe siècle, des États et des hommes intrépides se lancèrent à la découverte du monde.
Ce fut le prince d'un petit pays, à l'extrême sud-ouest de l'Europe, qui amorça le mouvement. Depuis Lisbonne ou l'Algarve, l'infant Henrique envoyait inlassablement ses caravelles, toujours plus loin, sur la mer immense et ténébreuse.
L'objectif des Portugais était de contourner l'Afrique, dans l'espoir de trouver un passage vers les Indes et leurs fabuleuses richesses. En 1434, une expédition doubla le cap Bojador, au-delà des îles Canaries, brisant les vieilles superstitions médiévales qui situaient là, derrière cette langue de sable rougeâtre, le gouffre brûlant où la Terre finissait. Les limites du monde étaient repoussées. Bientôt, les navires dépassèrent le cap Vert et basculèrent dans le golfe de Guinée.
Mais les vents dominants de nord-est compliquaient le retour des caravelles. Plutôt que de s'éreinter à lutter contre l'alizé et l'harmattan du Sahara, les capitaines osèrent peu à peu s'éloigner des côtes et se laisser porter vers le large, en direction des Açores, afin d'y bénéficier de vents favorables pour rejoindre le Portugal. Ils appelaient ce détour «la volta du grand large».
Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, on avait acquis une compréhension du climat à l'échelle de l'océan. La navigation hauturière était inventée. On pouvait ainsi voyager durant des semaines et des milliers de milles sans voir la terre, en se laissant pousser par les vents portants. La volta ouvrait une perspective vertigineuse : la découverte maritime du monde. En 1488, les navires portugais doublèrent le cap de Bonne-Espérance. L'Afrique avait une fin vers le sud, et la route des Indes était ouverte.


  • Le courrier des auteurs : 12/07/2010

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un informaticien qui donne des "respirations" à sa carrière par le voyage ou l'écriture.

2) Depuis quand écrivez-vous ?
J'ai commencé l'écriture de mon premier livre, un récit de voyage, en 1998.

3) Pourquoi écrivez-vous ?
C'est un plaisir à multiple facettes. Il y a le plaisir de la création, le plaisir de manipuler les mots. Il y a aussi, il faut bien l'avouer, l'espoir de la reconnaissance de mes contemporains !
Mais c'est aussi un vrai travail avec ses moments de doute et de lassitude.

4) Quand avez-vous su qu'un jour vous seriez écrivain ?
J'ai commencé à ne plus refuser le terme "écrivain" lorsqu'un éditeur (Gaïa) a choisi de publier mon second livre et premier roman, "Jón l'Islandais". A la sortie du premier livre, "La Volta" (récit de voyage paru chez Transboréal), le terme "auteur" me paraissait plus approprié. Ce recul sur l'échelle de la modestie (ou avancée sur celle de la vanité ?) est dû au fait que si l'écriture d'un récit n'est certes pas facile, celle d'un roman (a fortiori "historique") est un exercice plus accompli : il faut imaginer, et cela dans une autre époque !

5) Avez-vous des rituels d'écrivain (choix du lieu, du papier, de l'horaire, de la musique) ?
J'ai pris un grand plaisir à écrire "La Volta" dans un studio sous les toits d'une maison de Belle-Ile-en-Mer, en plein hiver. Et à écrire une partie de "Jón l'Islandais" dans mon voilier amarré au port de La Roche-Bernard.

6) Vous «protégez-vous» des écrivains quand vous écrivez ?
C'est vrai, j'évite de lire d'autres livres (sauf pour me documenter) pendant mon travail d'écriture. A une exception notable : j'avoue avoir peiné à trouver de justes niveaux de langage dans les dialogues de "Jón l'Islandais". Je me suis donc replongé dans les romans d'aventures maritimes de ma bibliothèque, et j'ai fini par trouver des tons qui me convenaient dans les dialogues de "La course du thé", de John Masefield.

7) Comment choisissez-vous vos idées de romans ?
Pour mon unique roman (à ce jour...), l'idée de départ est venue d'une "coïncidence" (ou "ironie") de l'histoire : au moment où Christophe Colomb atteint les côtes de ce qui allait devenir l'Amérique, les derniers descendants de ceux qui l'avaient découverte cinq siècles plus tôt disparaissent : les Vikings du Groenland. Mon héros, Jón, est le témoin privilégié de ce qu'il va considérer pour sa part comme une "injustice" de l'histoire.

8) Donnez-vous de la liberté à vos personnages ou au contraire essayez-vous de les guider pas à pas ?
J'ai découvert avec "Jón l'Islandais" le pouvoir absolu qu'un romancier avait sur ses personnages. Mais en despote éclairé, il ne doit pas en abuser ! Et il est vrai que parfois, un personnage à la personnalité déjà bien construite peut se rebiffer contre certaines idées de son créateur !

9) A quoi servent les écrivains ?
Personnellement, les écrivains me servent à mieux comprendre le monde et les hommes qui l'habitent, à élargir mon regard et, bien sûr, à m'évader.

10) Quels sont les écrivains préférés ?
Dans le désordre (mon critère : le nombre de leurs ouvrages contenus dans ma bibliothèque !) : Francisco Coloane, Mika Waltari, Luis Sepulveda, Jack Kerouac, Jorn Riel...


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia