Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. La mauvaise vie

Couverture du livre La mauvaise vie

Auteur : Frédéric Mitterrand

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Robert Laffont, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-221-09225-5

GENCOD : 9782221092255

  • Les présentations des éditeurs : 28/10/2009

«Un homme se penche sur son passé. Le passé ne lui renvoie que les reflets d'une mauvaise vie, bien différente de celle que laisse supposer sa notoriété.
Autrefois on aurait dit qu'il s'agissait de la divulgation de sa part d'ombre; aujourd'hui on parlerait de «coming out».
Il ne se reconnaît pas dans ce genre de définitions.
La mauvaise vie qu'il décrit est la seule qu'il ait connue. Il l'a gardée secrète en croyant pouvoir la maîtriser. Il l'a racontée autrement à travers des histoires ou des films qui masquaient la vérité. Certains ont pu croire qu'il était content de son existence puisqu'il parvenait à évoquer la nostalgie du bonheur. Mais les instants de joie, les succès, les rencontres n'ont été que des tentatives pour conjurer la peine que sa mauvaise vie lui a procurée.
Maintenant cet homme est fatigué et il pense qu'il ne doit plus se mentir à lui-même.»

Pourquoi vouloir à tout prix reconstituer un simulacre de famille ? Passer le plus clair de son temps à la radio et à la télévision alors qu'on rêve de se consacrer à l'écriture et au cinéma ? Devenir spécialiste des princes et des princesses alors qu'on se passionne pour les peuples opprimés ? Et puis il y a les nuits qui, elles aussi, ne devraient pas être ce qu'elles sont...

Avec une liberté d'esprit exceptionnelle, Frédéric Mitterrand, ici, ose tout dire. L'autobiographie la plus juste n'est-elle pas celle de la vie qu'on aurait dû mener ?



  • La revue de presse Baptiste Liger - Lire de mai 2005

... l'écriture de Frédéric Mitterrand révèle un incontestable styliste et un ton décadent. Au bout de quelques pages, l'aspect «people» est oublié, place à la littérature !... La mauvaise vie de Frédéric Mitterrand impose une vision noire du monde, grâce à ses réminiscences bouleversantes et une méditation sur les rapports de pouvoir ou le mal d'amour...


  • La revue de presse Daniel Rondeau - L'Express du 2 mai 2005

La Mauvaise Vie est une confession. Un homme parle de lui comme s'il était un autre, en articulant bien ses phrases. L'enfance tient un grand rôle dans son récit. Le sexe aussi. Frédéric Mitterrand raconte son goût pour les garçons... Tout commence avec l'enfance. La sienne, dorée et confortable, est rattachée à ce qu'il y a de brillant et de riche dans la France des années 1950. Frédéric est un petit prince confié aux mains des bonnes. C'est alors qu'il a commencé à se détester au point d'aimer ses doubles dans le miroir des jours, ceux qui lui ressemblaient et ne l'aimeraient pas non plus. Et maintenant il est tard.

Qu'est-ce qu'il lui reste ? Les enfants qu'il arrache à la pauvreté et dont il s'occupe, la tentation d'être un saint, ou la solution du touriste ordinaire, qui part faire le plein de garçons en Thaïlande, dans le système sans faille de l'argent, de la misère et du sexe. Il lui reste aussi sa générosité, sa lumière, sa vraie réussite, mais de tout cela il ne parle pas. Deux femmes apparaissent dans le ciel de cette histoire exclusivement masculine. Elles sont le soleil et la lune de cette vie en mauvaise part...


  • La revue de presse Josyane Savigneau - Le Monde du 8 avril 2005

La Mauvaise Vie, délicat, pudique jusque dans l'impudeur. Un homme qui, souvent, ne s'est pas aimé et le dit avec élégance, sans prendre la pose de l'aveu, en restant à égale distance de l'ostentation et de l'autoflagellation, dans un récit courageux et émouvant, écrit sans afféterie, dans un beau style, simple et clair... "C'est un geste de mémoire", mais ce ne sont pas pour autant des Mémoires, avec ce que cela suppose de construction chronologique et de mise en spectacle de soi-même... C'est l'absolu contraire des livres écrits ­ ou plutôt non écrits ­ par ceux qu'on nomme aujourd'hui des "people". Un texte pour vrais lecteurs. Un récit de solitaire, une autobiographie en creux, où l'on suit le parcours intime de Frédéric Mitterrand à travers des rencontres marquantes, des bonheurs, des chagrins... C'est étonnamment émouvant. "Peut-être parce que je n'ai en rien voulu me placer du côté de la révélation ou du témoignage, conclut presque timidement Frédéric Mitterrand. Les témoignages pour moi ne sont pas des livres, je voulais essayer de faire un livre, et...", il finit par le dire, "un acte littéraire". Qu'il se rassure, c'en est un.


  • La revue de presse Dominique Fernandez - Le Nouvel Observateur du 31 mars 2005

De Frédéric Mitterrand, avantageusement connu dans d'autres domaines, on n'attendait pas un livre aussi bouleversant. Autobiographie mi-réelle, mi-rêvée, flottement de réminiscences où au passé se mêle le présent, «la Mauvaise Vie» a la grâce d'une oeuvre mélancolique, dans un genre que l'autofiction avait provisoirement (on l'espère) détrôné. Ici, pas de confession tapageuse, pas d'éructations narcissiques, mais un livre à la fois cru et pudique, hardi et secret, tout en soupirs, en murmures, en larmes contenues, servi par une écriture serrée, contrôlée, souvent savoureuse, toujours juste et d'une complexité sans chichis. Un homme aux approches de la soixantaine raconte les moments forts de sa vie ; et celui que sa carrière brillante dans les médias semblait avoir fixé dans le rôle léger et superficiel de chouchou du grand public révèle, d'un coup, qu'il appartient à cette race des grands saturniens où la littérature depuis la nuit des temps recrute ses plus fidèles serviteurs... Ce qui est admirable dans ce livre, c'est le mélange de courage dans l'aveu et de retenue dans l'expression. Aucun déballage obscène. Tout est dans l'allusion, dans le non-dit, dans ce frémissement fiévreux et timide qui est la marque du véritable érotisme littéraire...


  • La revue de presse Jean-Paul Enthoven - Le Point du 17 mars 2005

Avant d'ouvrir ce livre, il faut oublier tout ce que l'on croit savoir de son auteur. Oublier ses éloquences de télévision, son patronyme illustre, ses variations sur «Sunset Boulevard», ses roucoulements devant quelque destin royal et brisé. Avant d'entrer dans ce récit, il faut aussi admettre que certains individus, chéris par l'époque, peuvent souffrir en secret sous nos yeux qui ne voient rien, et derrière des écrans qui maquillent tout. Le jeune Frédéric - son prénom flaubertien le vouait-il à un excès de mélancolie ? - était de cette tribu : avec, côté soleil, les signes extérieurs de la bonne fortune ; avec, en intérieur nuit, les morsures plus troubles de cette «Mauvaise vie» qu'il éclaire aujourd'hui d'une lucidité inattendue, rageuse, quasi proustienne... Le plus étrange, dans ce livre magnifique - j'insiste : ce livre est magnifique -, c'est qu'il y plane, dès les premières pages, un climat de fatalité et de rédemption. Frédéric, comme le jeune Spartiate de la légende, se laisse dévorer par le renard qu'il dissimule sous son manteau. Et dans cette mortification se glisse une trouée de lumière. On s'attache, par la magie des aveux, à ce garçon qui s'adresse à lui-même les lettres qu'il aurait aimé recevoir de ses amants ; qui se voit comme un «ersatz d'homme» dans le regard des femmes vieillissantes, et comme un «ersatz de femme» pour les maquereaux de Nice ou de Patpong. A cette âme sensible il a fallu un courage inouï pour concevoir et brandir un tel étendard...


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia