Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants

Couverture du livre Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants

Auteur : Mathias Enard

Date de saisie : 22/01/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-7427-9362-4

GENCOD : 9782742793624

Sorti le : 18/08/2010

En 1506, Michel-Ange reçoit une lettre du sultan Bajazet l'invitant à Constantinople afin de concevoir un pont au-dessus du Bosphore. Le projet de Léonard de Vinci vient d'être refusé et son orgueil lui dicte secrètement d'accepter et de relever ce défi. Le sculpteur, en conflit avec le pape Jules II, alors qu'il a commencé son tombeau monumental, se laisse tenter par l'aventure. Il est de plus en grande difficulté financière et le sultan lui promet une belle somme.

Mathias Enard s'est basé sur un fait véridique, à savoir la lettre envoyée par le sultan Bajazet, mais le voyage de Michel-Ange n'a jamais été historiquement vérifié. Sa magnifique écriture nous fait partager les états d'âme du sculpteur, sa découverte de Constantinople, sa quête de l'inspiration mais aussi sa méfiance à l'égard des musulmans et des puissants. Il a saisi de façon subtile ce moment impalpable où le sculpteur de génie se transforme en architecte talentueux.


Mathias Enard au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

En débarquant à Constantinople le 13 mai 1506, Michel-Ange sait qu'il brave la puissance et la colère de Jules II, pape guerrier et mauvais payeur, dont il a laissé en chantier l'édification du tombeau, à Rome. Mais comment ne pas répondre à l'invitation du sultan Bajazet qui lui propose - après avoir refusé les plans de Léonard de Vinci - de concevoir un pont sur la Corne d'Or ?
Ainsi commence ce roman, tout en frôlements historiques, qui s'empare d'un fait exact pour déployer les mystères de ce voyage.
Troublant comme la rencontre de l'homme de la Renaissance avec les beautés du monde ottoman, précis et ciselé comme une pièce d'orfèvrerie, ce portrait de l'artiste au travail est aussi une fascinante réflexion sur l'acte de créer et sur le symbole d'un geste inachevé vers l'autre rive de la civilisation.
Car à travers la chronique de ces quelques semaines oubliées de l'Histoire, Mathias Enard esquisse une géographie politique dont les hésitations sont toujours aussi sensibles cinq siècles plus tard.

Né en 1972, Mathias Enard a étudié le persan et l'arabe et fait de longs séjours au Moyen-Orient. Il vit à Barcelone. Il a publié trois romans chez Actes Sud : La Perfection du tir (2003, Prix des cinq continents de la francophonie ; Babel n° 903), Remonter l'Orénoque (2005) et Zone (2008 ; Babel n° 1020), salué par le prix Décembre 2008 et le prix du Livre Inter 2009.



  • La revue de presse Julie Etienne - Le Monde du 22 octobre 2010

Le roman remplit son programme, convoquant un Orient et un siècle épiques et capiteux, peuplés de bûchers, de dagues et d'intrigues de palais. Il permet aussi à un lyrisme plus intime de se développer dans le lien qui se noue entre un artiste de la Renaissance italienne et un poète ottoman..
Il est spécialement convaincant dans l'amour du langage et la foi dans le récit qui circulent entre les protagonistes. Ainsi la danseuse andalouse, qui de son pays perdu affirme qu'"il ne vit plus que dans les histoires et ceux qui les portent"...
Parle-leur de batailles... parle surtout du coeur des hommes, et, comme le texte de Kipling où il prend sa source, des pouvoirs du récit, capable de bâtir des ponts entre l'Orient et l'Occident.


  • La revue de presse François Busnel - Lire, septembre 2010

Mathias Enard écrit dans les blancs de la grande Histoire. De cette escapade de quelques semaines il tire un récit savoureux où l'amour et l'espionnage viennent se mêler aux mystères de la création artistique. Qui est cette femme, belle, andalouse, juive, un poignard entre les mains, qui murmure à l'oreille du peintre endormi : "Je sais que les hommes sont des enfants qui chassent leur désespoir par la colère, leur peur dans l'amour [...] On les conquiert en leur parlant de batailles, de rois, d'éléphants et d'êtres merveilleux" ? Enard fait du génie renaissant un perpétuel fuyard : devant la vie, devant l'amour. Et c'est ainsi que Michel-Ange est grand.


  • La revue de presse Grégoire Leménager - Le Nouvel Observateur du 16 septembre 2010

Sous son titre à rallonges emprunté à Kipling, «Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants» cache un petit récit d'espionnage bruissant de mille conspirations de palais, doublé d'une fable lumineuse sur la création, ses séductions et ses tâtonnements. omment un artiste compose-t-il avec les contraintes politiques, économiques et sociales ? Avec les modèles convenus légués par ses prédécesseurs ? Autrement dit, et à tous les niveaux : comment conquiert-il son autonomie ? C'est la vraie question posée par le livre, qui rappelle les méditations de Thomas Bernhard sur les «Maîtres anciens», à travers un subtil échafaudage de correspondances et d'images. «Sous tous les cieux il faut donc s'humilier devant les puissants», comprend peu à peu Michel-Ange.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 16 septembre 2010

En passant du grand flot historique de Zone à cette forme resserrée, Mathias Énard n'a pas restreint ses ambitions à un portrait d'artiste. Dans le huis clos de l'atelier, il nous parle encore de batailles, de rois, de mers. Et d'éléphants, donc. Dans ces pages, denses à l'extrême, écrites à la pointe sèche, passe une méditation sur l'histoire, sur la beauté et la diversité d'un monde. C'est de cet émerveillement que naît le dessin de Michel-Ange. Le beau roman de Mathias Énard témoigne, lui, du pouvoir de l'art d'écrire.


  • La revue de presse Baptiste Liger - Lire, septembre 2010

A la demande du sultan, Michel-Ange accepte de plancher sur un pont à Constantinople. Un superbe voyage dans le temps sur les traces d'un génie...
Après un roman-performance comme Zone (prix Décembre 2008), on ne savait pas comment Mathias Enard allait rebondir. Aurait-il cédé avec Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants (titre formidable) aux sirènes de l'académisme du roman historique ? Certainement pas. Avec ce court roman, magnifiquement écrit, dont l'apparente modestie dissimule un projet ambitieux (quelle saisissante reconstitution de Constantinople du XVIe siècle !), ce jeune auteur réussit une remarquable parabole sur un monde en mutation, les conflits de religion (de civilisation, aussi), les méandres de la création et la place de l'artiste.


  • Les courts extraits de livres : 26/11/2010

La nuit ne communique pas avec le jour. Elle y brûle. On la porte au bûcher à l'aube. Et avec elle ses gens, les buveurs, les poètes, les amants. Nous sommes un peuple de relégués, de condamnés à mort. Je ne te connais pas. Je connais ton ami turc ; c'est l'un des nôtres. Petit à petit il disparaît du monde, avalé par l'ombre et ses mirages ; nous sommes frères. Je ne sais quelle douleur ou quel plaisir l'a poussé vers nous, vers la poudre d'étoile, peut-être l'opium, peut-être le vin, peut-être l'amour ; peut-être quelque obscure blessure de l'âme bien cachée dans les replis de la mémoire.
Tu souhaites nous rejoindre.
Ta peur et ton désarroi te jettent dans nos bras, tu cherches à t'y blottir, mais ton corps dur reste accroché à ses certitudes, il éloigne le désir, refuse l'abandon.
Je ne te blâme pas.
Tu habites une autre prison, un monde de force et de courage où tu penses pouvoir être porté en triomphe ; tu crois obtenir la bienveillance des puissants, tu cherches la gloire et la fortune. Pourtant, lorsque la nuit arrive, tu trembles. Tu ne bois pas, car tu as peur ; tu sais que la brûlure de l'alcool te précipite dans la faiblesse, dans l'irrésistible besoin de retrouver des caresses, une tendresse disparue, le monde perdu de l'enfance, la satisfaction, le calme face à l'incertitude scintillante de l'obscurité.
Tu penses désirer ma beauté, la douceur de ma peau, l'éclat de mon sourire, la finesse de mes articulations, le carmin de mes lèvres, mais en réalité, ce que tu souhaites sans le savoir, c'est la disparition de tes peurs, la guérison, l'union, le retour, l'oubli. Cette puissance en toi te dévore dans la solitude.
Alors tu souffres, perdu dans un crépuscule infini, un pied dans le jour et l'autre dans la nuit.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2017 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia