Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Ward : Ier-IIe siècle

Couverture du livre Ward : Ier-IIe siècle

Auteur : Frédéric Werst

Date de saisie : 27/05/2013

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Fiction & Cie

Prix : 22.00 €

ISBN : 9782021035728

GENCOD : 9782021035728

Sorti le : 13/01/2011

Dans cet étonnant "roman", écrit en "bilingue" wardwesan/français, l'auteur invente un peuple, une langue, une mythologie, une histoire. Qu'est-ce qu'une culture, une civilisation, que sont les codes sociaux ? Dans la veine de Michaux et de Tolkien, Werst présente l'anthologie des écrits d'un peuple imaginaire avec une impressionnante et vertigineuse maîtrise.


  • Les présentations des éditeurs : 27/01/2011

Soit un peuple imaginaire. Ils s'appelleraient les Wards. Ils parleraient une langue nommée le wardwesân. En des temps anciens, ils auraient habité le continent du nord. Mais après la chute de leur première capitale, ils se seraient peu à peu installés sur le continent du sud. C'est là, vers l'année zéro de leur calendrier, qu'ils auraient fondé un nouveau royaume, l'Aghâr, sous la conduite de leur chef Zaragabal. Poussés par le désir de fixer leurs traditions, leurs croyances, leurs idées et leurs rêves, ils se seraient mis à écrire abondamment. Alors aurait commencé la période «classique» de leur histoire et de leur littérature.
C'est cette littérature que j'ai voulu reconstituer ici, me référant à nos connaissances les plus actuelles sur les Wards. Le présent volume est une anthologie des oeuvres composées par ce peuple aux Ier et IIe siècles après Zaragabal. C'est un recueil bilingue : les extraits qui le composent y figurent dans leur version originale en wardwesân, accompagnés d'une traduction française. Le lecteur découvrira ainsi des poètes et des prosateurs, des mythes et des récits, des textes religieux ou philosophiques, des fragments relevant de l'histoire, de la géographie et de quelques autres domaines.
Une rapide notice introduit chacun de ces extraits. Un abrégé de la grammaire du wardwesân ainsi qu'un lexique aideront les lecteurs qui le souhaitent à tenter de nouvelles traductions.

Frédéric Werst est né en 1970. Il vit à Paris.



  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 24 février 2011

A une époque de fictions parfois minuscules, l'ambition de Frédéric Werst détonne par son apparente inactualité, sa prétention salutaire et sa liberté presque fanfaronne. Elle rappelle que l'écrivain peut tout, certes, mais surtout qu'il n'a de comptes à rendre à personne, sinon à sa langue et à son lecteur. Gageons d'ailleurs que ce dernier, l'épais volume en question à peine entrouvert, connaîtra entre deux vertèbres cette sueur froide et ce frisson qui témoignent d'un texte qui échappe et poursuit tour à tour. Car inqualifiable, ce premier livre de Frédéric Werst l'est, indéniablement. Et pourtant qualifié, ce qui en fait le vertige et l'enjeu...
Après avoir exploré des formes poétiques épiques, élégiaques ou lyriques, le conte mythologique ou populaire, les discours scientifiques, religieux ou philosophiques, le livre glisse en effet du côté du roman, à la fois achèvement linguistique et synthèse intellectuelle. Fiction et parabole de la gestation historique du roman, Ward Ier-IIe siècle raconte en fait, et presque sans que le lecteur s'en rende compte, sa propre naissance en tant que roman. Et sans aucun doute, celle de son auteur comme romancier - et pas n'importe lequel.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 26 janvier 2011

Car si Ward fascine et captive, si on s'y laisse happer et submerger, c'est aussi, et surtout, parce nous y est racontée une histoire extraordinaire : celle de l'aube d'un peuple, appliqué à rêver et construire une civilisation. Un peuple qui vit et tout ensemble médite cette expérience d'exister, élaborant peu à peu son grand récit fondateur. Celui que, toujours et partout, se sont inventé et raconté les hommes pour expliquer l'incompréhensible monde qui les entoure...
A travers tous ces textes, produits par la capacité spéculative et rêveuse de ce peuple imaginaire, la rencontre a bel et bien lieu, intense et poignante, entre le lecteur d'aujourd'hui et ces hommes venus d'antan, venus d'ailleurs.


  • Les courts extraits de livres : 14/01/2011

Le livre que voici se présente comme une anthologie de la littérature d'un peuple imaginaire, les Wards. Dans les extraits qui la composent, j'ai cherché à évoquer ces gens, leur histoire, leur monde, leurs mythes, leurs idées, élaborant des genres littéraires, essayant des principes formels ou esthétiques, rêvant des poètes ou des prosateurs, des théologiens ou des philosophes - mais avant tout, c'est de l'invention d'une langue qu'il était question. Cette anthologie est en effet bilingue, et j'ai choisi de donner de ces textes, outre une traduction française, leur version originale dans la langue des Wards, le «wardwesân».

Il y aura peut-être des personnes pour s'étonner qu'on puisse emprunter le détour d'une langue fictive au lieu de s'exprimer simplement dans son parler naturel. L'essence du projet cependant {impliquait. Mais au-delà des motifs personnels et de l'intérêt que j'ai pris à ce jeu, on pourrait éventuellement lui trouver quelques raisons plus sérieuses, et quand bien même celles-ci ne seraient que rétrospectives.
Il paraît que tous les quinze jours une langue disparaît de la surface de la planète. Ce seul fait suffirait à justifier que la littérature puisse prendre la peine de penser, sinon de compenser, une telle déperdition. Je m'étonne quelquefois que mes contemporains, prompts à s'émouvoir de la fonte des glaciers ou de l'extinction d'espèces animales, soient si peu inquiets de cette autre destruction, qui n'est peut-être pas moins significative, au sens où elle touche intimement à notre humanité. Et même sans considérer ces cas extrêmes, ne fait-on pas, à l'occasion, le constat d'un malaise dans l'usage de la langue, et à tout le moins d'un désamour assez répandu pour ce qui apparaît de plus en plus comme une technologie jetable vouée à la «communication», et de moins en moins comme la texture de notre parole ?


  • Le courrier des auteurs : 01/03/2011

1) Qui êtes-vous ? !
S'il m'intéressait de parler de moi-même, j'écrirais de l'autofiction.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le thème central de Ward, s'il y en a un, c'est l'histoire d'un peuple appelé les «Wards», et racontée à travers sa littérature. Leurs textes sont présentés dans leur langue et traduits en français.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Au hasard, celle-ci, tirée d'un ouvrage composé par une philosophe des Wards ayant vécu au début du IIe siècle :
«Ereza mazh ke Atwashōn ār maza atwazan ankōn nenō ab emarenta zawan ak na xent zant ar maza aw zaman bēr ak aw jora nazma ab mazaphan axad ar mazaran axad ar mazaban axad ar mazaghan.»
Ce qui veut dire : «Atwashôn nous fit un jour, à nous ses disciples, la réponse suivante au sujet du bonheur : qu'il avait l'intuition qu'il existait quatre sortes de bonheur, et qu'elles peuvent être nommées la satisfaction, le futur, l'échange de paroles et la traduction.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Peut-être une oeuvre vocale, et polyphonique. Quand j'écris, j'ai besoin de silence et je n'écoute pas de musique. A une seule exception près : un hymne religieux que j'ai écrit en écoutant Akhnaten («Akhenaton») de Philip Glass. C'est une évocation de l'Égypte millénaire, dont certaines parties sont chantées en ancien égyptien. Ce n'est pas sans rapport avec Ward.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La fascination pour les autres façons d'être humain que celle que nous avons aujourd'hui et que nous jugeons, sans doute à tort, très «civilisée». La curiosité pour les langues, les littératures, les cultures étrangères ou disparues. L'interrogation sur notre histoire, nos choix de civilisation, nos valeurs, nos croyances. L'inquiétude, enfin, devant ce qu'entraîne la mondialisation : domination d'une culture uniforme, langue unique et bientôt obligatoire, destruction programmée de tout ce qui est différent.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia