Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

.. Justin Catayée et la question de l'égalité républicaine

Couverture du livre Justin Catayée et la question de l'égalité républicaine

Auteur : Serge Serge Mam Lam Fouck

Date de saisie : 22/01/2011

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Ibis rouge, Matoury, Guyane Française

Collection : Espace outre-mer

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782844503886

GENCOD : 9782844503886

Sorti le : 01/09/2010

  • Les présentations des éditeurs : 15/02/2011

La figure de Justin Catayée est peu connue hors de la Guyane, le pays qu'il a représenté à l'Assemblée nationale de 1958 à 1962. Sa portée dépasse pourtant les frontières de la France et des pays de l'outre-mer français, pour concerner la tragédie du rapport à l'Autre en situation de domination.

Justin Catayée a refusé l'enfermement de ses compatriotes de la Guyane dans la situation de citoyens de seconde zone. Il s'est également opposé à leur représentation dans la posture du colonisé. Il pensait que la qualité de citoyens français, qu'il proclamait avec fierté, avait vocation à ouvrir les portes de l'égalité républicaine à tous. Il dut rapidement déchanter, lorsque la proposition d'une certaine autonomie au sein de la République qu'il formula, pour sortir la Guyane de ses difficultés économiques, lui valut d'être traité en quasi-ennemi de la France, pratiquement assimilé aux nationalistes aspirant à l'indépendance.

Il avait pourtant foi au principe de l'égalité républicaine, au nom duquel il entendait marier les intérêts de la Nation et l'aspiration au développement d'un pays qu'il pensait en citoyen français. Il disparut brutalement de la scène politique guyanaise, lors de l'accident d'avion qui endeuilla les Antilles françaises et la Guyane le 22 juin 1962.

A la suite de plus d'un demi-siècle de déchirements (1956-2010) sur la question du rapport à la France, l'analyse du discours qu'il a tenu au cours des années 1960 révèle les talents d'un visionnaire, qui a compris l'identité politique de la Guyane comme l'association de l'autonomie et de l'appartenance indiscutable à la République française. L'approche qu'il en eu apparaît aujourd'hui comme la plus féconde au plus grand nombre. Lui qui n'a connu que l'incompréhension de la majorité de ses compatriotes de Guyane, qui, sous les effets de la décolonisation triomphante, se trouvèrent ligués contre un projet politique jugé bien suspect ; lui qui, sous la présidence du général de Gaulle, n'a connu que la défiance des gouvernements, trop engagés dans les affaires africaines (guerre d'Algérie et marche vers l'indépendance des pays de l'Afrique subsaharienne), pour percevoir le trait innovant de son projet de société.

Serge Mam Lam Fouck est professeur d'histoire contemporaine à l'Université des Antilles et de la Guyane.


  • Les courts extraits de livres : 15/02/2011

Extrait de l'introduction

A plusieurs milliers de kilomètres de leur métropole, les quatre «vieilles colonies» françaises, au tissu d'entreprises peu diversifié, au poids démographique relativement limité, sont pourtant immergées dans les structures économiques, sociales et politiques de la France des «Trente Glorieuses». Longtemps réclamée par leurs porte-parole, cette intégration avait «érigé» les colonies de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et de la Guyane française en départements, par le moyen de la loi du 19 mars 1946.

Au nom de l'application du principe de l'égalité républicaine, le fondateur du Parti socialiste guyanais et député de la Guyane de 1958 à 1962 (la France est alors dirigée par le général de Gaulle), Justin Catayée, comme nombre de leaders politiques de ces pays-là, s'engagea dans la lutte en vue de leur assurer un niveau de développement comparable à celui de la «Métropole».

Justin Catayée a voulu marier deux données qui se sont trouvées incompatibles dans l'imaginaire politique de la France et des départements d'outre-mer (dom) des années 1960 : l'autonomie et l'appartenance à la République, au même titre que les collectivités de la «Métropole», ainsi que l'avait établi la loi du 19 mars 1946. L'homme voulait que son pays, la Guyane, puisse parvenir au développement en jouissant au sein de la République française d'une certaine autonomie, à l'exclusion de la perspective de l'indépendance. Au milieu du XXe siècle, une telle prise de position pouvait difficilement être comprise.

Elle heurtait en effet de plein fouet la culture de la gouvernance du territoire national : depuis la Révolution de 1789, elle s'est construite sur le mode du jacobinisme, qui frappe de suspicion toute tendance à l'affirmation de particularismes régionaux. Sous la IIIe République, dans les quatre «vieilles colonies», cette culture de la gouvernance s'est imposée pour contraindre à la proscription du self-goverment sur le modèle britannique, et à la revendication de «l'assimilation» qui postulait l'intégration de ces colonies à leur métropole, sur le mode de la gestion administrative centralisée pratiquée en France. Plus tard - au moment de la montée en puissance de la décolonisation - cette culture de la gouvernance a commandé la manière de voir l'évolution des nouveaux départements d'outre-mer.


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2018 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia