Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Inscrivez-vous àla Lettre des Bibliothécaires.

Bibliothécaires,partagez vos découvertes.

Clubs de lecture,envoyez vos choix.

Editeurs,valorisez vos livres.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Les coups de cœur de Isabelle Ignaczak de la bibliothèque BIBLIOTHÈQUE JEAN BALESDENS à NAOURS, France


  • Le choix des bibliothécaires : Swap - Antony Moore - Liana Levi, Paris, France - 14/07/2012

Un simple échange entre enfants. Pas un timbre-poste, ni un jouet, ni un autocollant. Une BD, échangée contre un banal tuyau en plastique. Un acte anodin au départ. Mais avec le temps, le Superman numéro un a pris une immense valeur. Et Harvey, devenu libraire, de bandes dessinées justement, ne rêve que de le récupérer. C'est même une obsession, le seul but de sa vie d'adolescent attardé : retrouver ce comic rarissime... Mais après toutes ces années d'attente, son scénario longuement mûri va dérailler, et il se retrouvera pris dans un imbroglio impitoyable.
Conseil de l'éditeur : ne commencez ce livre que si vous avez du temps, car vous ne pourrez pas le lâcher. (quatrième de couverture)

Je confirme, je ne l'ai pas lâché ce roman.

Anthony Moore est un anglais et cela se sent dans son écriture. Humour décapant et ton sarcastique. C'est drôle. J'ai très souvent éclaté de rire.

Ce pauvre Harvey ! Dans quel bazar il s'est fichu, et tout ça pour une BD ! Bien sûr cette BD de collection a pris beaucoup de valeur alors il aimerait bien la reprendre, surtout qu'il tient un magasin de bandes dessinées, mais il ne s'imagine pas où cela va le mener.

Les personnages sont très attachants et leurs conversations (en particulier celles d'Harvey avec ses parents) valent de l'or. Les pauvres, ils pensent bien faire et c'est tout le contraire qui arrive. Ils l'enfoncent. Et les situations dans lesquelles il se retrouve... on souffre pour lui.

Vous l'aurez compris, si vous avez envie de passer un très bon moment, de rire et en même temps de suivre une enquête et de comprendre le pourquoi du comment, il y a SWAP d'Anthony Moore ! Vraiment pas mal pour un premier roman.

Les lectures se suivent et ne se ressemblent pas.


Voilà un livre extrêmement bien écrit. Le style est appuyé mais juste. Je n'avais jamais lu Marc Dugain. Belle erreur !

1945. En Allemagne. Maria est seule dans une ferme. Son père est sur le front. Sa mère en maison de repos. Pour survivre, elle se nourrit de patates. L'armée française la retrouve là. Elle intrigue particulièrement un capitaine. Il se pose des questions et va faire des recherches.

Et nous lecteurs, nous en savons dès le début, un peu plus. A peine un peu plus. Et le capitaine va réussir à nous mettre le doute en tête. Ce qui parait si simple va nous le sembler un peu moins. Elle s'est retrouvée seule à cause de la guerre... Nous allons donc suivre les recherches avec attention et aussi avec une émotion de plus en plus forte. Elle est attachante cette Maria. Encore enfant et à peine femme. Résolue à vivre. Et d'une telle lucidité !

Je ne l'ai pas lâché ce roman. Il est dit des choses terribles mais avec beaucoup de pudeur. Il est une réflexion profonde sur l'être humain en temps de guerre. Il est...excellent !


  • Le choix des bibliothécaires : La piscine était vide - Gilles Abier - Actes Sud junior, Arles, France - 14/07/2012

La piscine était vide est un roman pour grands adolescents et pour adultes, bien écrit et prenant. Une jeune fille, accusée du meurtre de son petit ami est déclarée non coupable lors du procès. Narratrice de son histoire, elle va revenir sur leur rencontre, leur amour et sur le jour de la mort de celui qu'elle aimait tant.

Dans un style simple et subtil, l'auteur nous fait ressentir les émotions du premier grand amour d'une adolescente.

A la lecture du livre de Gilles Abier, je m'entendais lire. Le fait d'avoir envie de lire le texte à voix haute fait que l'on se l'approprie encore plus. On touche les mots de la voix. Le lecteur se laisse glisser dans la peau du personnage. Les émotions sont là. A fleur de peau. On les entend...

La collection D'une seule voix est dirigée par Jeanne Benameur et Claire David et se définit ainsi :

Des textes d'un seul souffle. Les émotions secrètes trouvent leur respiration dans la parole. Des textes à murmurer à l'oreille d'un ami, à hurler devant son miroir, à partager avec soi et le monde.

J'ai un vrai coup de coeur pour cette collection. Elle est vraiment sensationnelle. Je pense qu'un adolescent peut trouver en elle un tremplin vers une littérature adulte de qualité. Les textes, des monologues, sont donc écrits pour être lus à voix haute. Cela se ressent tout de suite. Ils se lisent en 3/4 d'heure à peu près. Voilà aussi une raison pour laquelle ces livres ne peuvent que plaire aux ados.

Attendez-vous à lire souvent dans ce site des avis sur des livres de cette collection...très vite ! J'adore !


  • Le choix des bibliothécaires : Exauce-nous - Pierre Makyo - Futuropolis, Paris, France - 14/07/2012

Exauce-nous est un livre bande dessinée vraiment très agréable à lire. Oui je mets livre et bande dessinée parce que je trouve que cela convient mieux. Le personnage principal, Léo, est extrêmement touchant. Il est "simple" mais cela le rend pur, doux et beau à l'intérieur. Qu'est-il arrivé à Léo pour qu'il se soit enfermé en lui ainsi ? Mais qui est donc celle qu'il cherche ? Lui-même ne le sait pas ! Alors comment faire pour la trouver ? C'est ce qu'un de ses amis va faire. Chercher. Questionner.

Les dessins sont très chouettes. Comme éclairés par une chaude lumière en intérieur et aux teintes plus hivernales en extérieur. Un mélange de marron, de gris et de bleu très beau. Il y a des petits détails qui plaisent beaucoup comme les maisons, les vitrines, les voitures qui permettent de situer l'époque de cette histoire ou encore des livres par-ci par-là... Les visages sont très expressifs. Les lieux où se passe l'histoire bien choisis. Les personnages attachants dans leur caractère, leur attitude, leurs paroles. Et puis j'ai trouvé que Frédéric Bihel avait l'art de faire ressentir le temps qui passe. Les dessins accompagnés du texte de Pierre Makyo, ou le texte accompagné des dessins, donnent à ce livre une belle atmosphère, paisible. Moi qui n'aime pas trop les BD, je suis entrée dans celle-là très facilement. J'ai beaucoup aimé.


Ce livre est une merveille ! Je suis tombée sous le charme des illustrations. Elles sont très belles. Monochromes. Le mouvement est rendu de façon très subtile. Elles sont empreintes de sérénité et de poésie. J'aime beaucoup.

Et puis il y a le livre, qui est là, au sol. Le vent tourne les pages. Les animaux passent à côté de lui, sur lui et pourtant ne le voient pas. Une petite fille arrive, lit le livre, vit l'histoire en exécutant une petite danse, ce qui interpelle les animaux. Quand elle part, ces derniers se précipitent sur le livre et le lisent ensemble. Et là ! Un grand sourire éclaire leur face.

Tout repose sur les interrogations suscitées chez le lecteur : que se passe-t-il dans ce livre mystérieux ? Tout comme les animaux on a envie de savoir. Qu'est-ce qui a fait danser cette petite fille ? Les phrases sont succinctes. Ce sont les illustrations et l'imagination du lecteur qui font tout.

La dernière page est colorée. La petite fille dort dans son lit et sa couverture ressemble au livre. Une illustration qui dit toute la magie des livres. Elle s'est endormie enveloppée de l'histoire.

Ah ! Il est beau, il est beau, il est beau !


Elles sont drôles ces deux soeurs. Regardez la couverture et vous devinerez tout de suite le ton de cette bande dessinée. Elles sont comme mes filles ces deux-là ! Elles s'adorent et elles se disputent comme deux furies. Elles ont des visages très expressifs. La petite veut lire le journal de la grande... La grande veut des cheveux comme la petite... La petite veut prendre modèle sur la grande... La grande ne supporte plus la petite...la petite dort avec la grande...la grande console la petite. Deux portraits plein d'humour. Bref c'est comme à la maison... et c'est succulent ! Et puis ce que j'apprécie, c'est que même si les parents n'apparaissent que rarement - on voit leurs pieds ou leur ombre - on devine tout de même leur autorité. Il y a des règles à suivre, ils sont là pour le rappeler.

Vous avez plusieurs filles ? Mettez-leur cette BD entre les mains ! Vite ! Cachez-vous derrière leur porte et écoutez. Elles vont rire aux éclats...Ah ! Et n'oubliez pas de leur chiper après ! !


Sur la quatrième de couverture est écrit "un roman d'une profonde humanité empreint de violence et d'animalité". Oui c'est vrai. Violent, dur et parfois bestial. Mais ces passages sont nécessaires. Je le sentais bien à la lecture même si c'était parfois pénible. Certains personnages s'oublient en tant qu'êtres humains. La vie les a tellement broyés moralement qu'ils se jettent à corps perdu dans des comportements inouïs de violence contre eux-mêmes. Les deux personnages principaux, Léonard et Sammy sont des enfants sans parents par abandon ou par nécessité. Une nécessité qui a fait des ravages à la Réunion. On a fait croire à beaucoup de parents que leurs enfants seraient mieux en France. Sammy faisait partie de ceux-là. Ca l'a brisé pour la vie. Alors parfois pour supporter il raconte, il rêve, il s'envole...Léonard croisera sa vie quelques mois. Lui est blanc. A deux ils survivront mieux auprès de cette famille si dure. Mais tout cela laissera des traces. Et quelques années plus tard, Léonard voudra revoir celui dont il se sent si proche. Il se battra pour retourner à la vie. Voir en elle un espoir. Affronter le passé pour mieux vivre le présent. Construire. Ce livre est fort, difficile. Les émotions, les sensations, les sentiments, les pensées sont ici extrêmement bien dépeints. Il m'a retournée parfois mais il m'a aussi beaucoup émue. Il ne laisse vraiment pas indifférent...


  • Le choix des bibliothécaires : Grand et Petit - Henri Meunier - Atelier du poisson soluble, Le Puy-en-Velay, France - 14/07/2012

Oh que je l'aime beaucoup ce livre. Il a une atmosphère particulière. Impression de lire un vieux cahier d'écolier ou un vieux livre qui a jauni. Des teintes sépias. Des détails dans les illustrations qui ouvrent notre imagination. Et puis l'histoire est singulière mais à la fois toute simple, toute belle, toute empreinte d'amour, de poésie et de sérénité. Ils sont différents mais proches. Ils changeront, évolueront, mais seront toujours attentifs à l'autre. La fin se pose simplement, délicatement et nous porte un peu plus loin.

Cet album est très beau.


  • Le choix des bibliothécaires : La rêveuse d'Ostende - Eric-Emmanuel Schmitt - Albin Michel, Paris, France - 14/07/2012

J'ai beaucoup aimé ce recueil de nouvelles.
Dans la première on oscille entre rêve et réalité. Qu'est-ce qui est vrai ? Qu'est-ce qui ne l'est pas ?
Dans la deuxième on se rend compte qu'une imagination débordante peut complètement fausser la réalité et amener quelqu'un à commettre le pire et ce par erreur !
La troisième nous montre que bien souvent on se voit à travers le regard des autres. Un mot gentil et charmeur et les inhibitions sautent. Une critique et l'on se referme sur soi.
La quatrième nous brosse le portrait d'un homme acerbe qui a des idées préconçues. Pourtant un jour il se laissera tenter par une chose qu'il refusait de faire avant : lire un roman !
Enfin dans la cinquième nouvelle, plusieurs personnes brodent une histoire autour de cette femme qui attend tous les jours sur le quai d'une gare.
Eric-Emmanuel Schmitt, dans un style simple et précis a su exprimer les émotions, la vision des choses de ses personnages, leurs impressions bonnes ou mauvaises. Il les exprime tellement bien que parfois on s'identifie à ces personnes. On se dit "mais oui ! je réagirais comme ça moi aussi".
J'ai vraiment passé un très bon moment en lisant ce livre.


  • Le choix des bibliothécaires : Fleur de neige - Régine Joséphine - Gecko jeunesse, Rouen, France - 14/07/2012

Fleur de Neige. Le titre est déjà très beau. Et la couverture... ce bleu. J'aime tant le bleu qu'elle ne pouvait que m'attirer. Et puis l'auteure. Régine Joséphine. Une belle écriture. Je sentais bien que j'allais l'aimer cet album. Beaucoup l'aimer. Et c'est ce qui est arrivé. Il est magnifique. Le texte et les images sont emplis de douceur, de délicatesse et de poésie. Je l'ai lu aux enfants de la lecture. C'est un livre qu'on a presque envie de chuchoter. L'histoire est très belle. Alors il faut la raconter de façon sensible et délicate. Les enfants ont beaucoup aimé aussi. Ils me l'ont dit. Ils aiment les jolis contes un peu magiques. Ils ont aimé ce peuple fantastique qui transforme les flocons en magnifiques étoiles, cet enfant qui a les mains trop tièdes.

Il ne faut jamais rejeter quelqu'un parce qu'il est différent. Sa différence justement peut être source d'autre chose. Elle peut faire naître quelque chose d'encore plus beau.

Qu'il est bon de se laisser envelopper par une belle histoire aussi joliment illustrée...


Copyright : lechoixdesbibliothecaires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia